Pour le retrait des réformes Vidal et Blanquer et le gel de la suppression des postes

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Les bonnes résolutions du gouvernement pour vos enfants

« L'objectif du gouvernement est d'orienter au mieux les futurs étudiants. » (Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la recherche)

Bilan de Parcoursup : 

  • 3000 néo-bacheliers sont toujours sans affectation.
  • 180 000 candidats ont quitté la plateforme au cours de processus.
  • Une grande partie des candidats et de leur famille ont vécu une attente interminable et angoissante pendant l'été. 
  • Une augmentation sans précédent des inscriptions dans le secteur privé, seul bénéficiaire de la réforme.

« L'école est la colonne vertébrale de la République », (Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation Nationale)

La politique du ministère pour 2019, c'est : 

  • 2600 suppressions de postes dans le secondaire dès la rentrée prochaine. 
  • Des effectifs dans les classes de plus en plus chargés, au collège comme au lycée.
  • Des remplacements qui ne sont plus toujours assurés.
  • Un recours massif à des contractuels qui manquent de formation.

« Les mêmes chances pour tous nos enfants », (programme officiel d'En Marche pendant la campagne présidentielle)

La réforme du lycée, c'est :

  • Une nouvelle carte des spécialités qui ne seront pas toutes proposées dans tous les établissements. Voici ce que précise la circulaire du ministère à ce sujet : "Ces enseignements de spécialité doivent pouvoir être accessibles dans un périmètre raisonnable. Dans le cas d'un établissement isolé, l'enseignement de spécialité non présent dans l'établissement est assuré par le biais du Cned. Deux établissements voisins peuvent au moyen d'une convention organiser collectivement l'offre des enseignements de spécialité."
  • Une mise en concurrence des établissements au sein d'un même territoire qui défavorisera les lycées ruraux et de petite taille.
  • Une absence totale de précision sur les nouveaux programmes.
  • La destructuration progressive du service public au profit du secteur privé et au détriment des citoyens les plus défavorisés.

 « Simplifier un examen devenu trop complexe » (Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education Nationale)

Le nouveau bac 2021, c'est :

  • Une vingtaine d'épreuves à organiser chaque année pour les établissements.
  • Des élèves soumis à une évaluation permanente.
  • Des évaluations locales et un diplôme qui dépendra de la réputation de l'établissement.
  • La fin du bac comme diplôme national, premier grade universitaire ouvrant des droits automatiques à l'inscription dans le supérieur.

Les réformes Vidal et Blanquer, c'est :

  • Plus de stress pour les élèves et les familles.
  • Plus d'inégalités entre les territoires.
  • Un système scolaire de plus en plus illisible pour les plus défavorisés.

EXIGEZ LE RETRAIT DE CES REFORMES ET LE GEL DES SUPPRESSIONS DE POSTES DANS L'EDUCATION NATIONALE


Voulez-vous partager la pétition ?