DROIT A LA SECURITE, A L'ECOLE ET A LA SANTE POUR LEDJON

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


DROIT A LA SECURITE, A L’ECOLE ET A LA SANTE POUR LEDJON

La famille de Ledjon, enfant de 5 ans, a fui son pays, Leur fuite n’est pas un choix mais un acte de survie et de protection vis-à-vis de leur famille!

Il est urgent qu’un logement et une réponse décente, digne des valeurs républicaines permettent à cet enfant et à sa famille d’être protégés et de trouver dignement une place sur la terre française républicaine, parmi nous.

Nous ne pouvons pas supporter ni accepter une rupture dans sa scolarité, la mise en danger de la santé des membres de la famille faute de logement.

Cette famille faisant preuve de discrétion, d’efforts d’intégration ; leur enfant trouvant sa place au sein de l’école française et développant son engagement et ses apprentissages, ne peuvent être oubliés. Leurs efforts ne peuvent être balayés et saccagés par le manque de solidarité. Leurs droits d’hommes et de femmes, d’enfant, ne peuvent être bafoués et niés !

Monsieur le Préfet,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous faire part de notre inquiétude et indignation de citoyens français, hommes et femmes, parents.

Nous voyons chaque jour, la famille de ce jeune enfant, survivre et se battre pour offrir à leur fils une vie digne.

L’an passé, cet enfant est arrivé dans notre ville et s’est intégré malgré une vie rude. En effet, il y a la vie laissée derrière, le voyage, les conditions de vie ou plutôt de survie extrêmes, indécentes et insalubres. Malheureusement, dans le courant de l’année scolaire passée, nos enfants perdent leur camarade qui ne vient plus à l’école, nous interrogent et restons sans réponse à leur donner.

Nous apprendrons plus tard que leur camarade a été hospitalisé ayant développé une bronchite chronique aigue du fait des conditions misérables dans lesquels sa famille parvenait à s’abriter.

Au printemps, nos enfants retrouvent enfin leur camarade et nous comprendrons plus tard qu’au regard des conditions de santé de cet enfant, des voies qui ont pu se faire entendre et des sensibilités de plusieurs, au titre de la trêve hivernale, un mobil homme aura pu être mis à disposition dans une autre commune et ainsi un retour à la scolarité sur ce nouveau lieu d’accueil. La trêve achevée, la famille a de nouveau cherché abri dans notre ville afin de permettre à son enfant de retrouver ce qu’il appelait « son école ».

7 juillet 2017 : à la veille des « grandes vacances » , quoi de plus inadmissible que l’expulsion manu militari de cet enfant et de sa mère tandis que son père est parti à la recherche de la ration d’eau quotidienne !

La mère de Ledjon, traumatisée et paniquée par la menace de mort qui plane au dessus de sa tête a une crise, d’angoisse dans l'avion devant son petit garçon de 4 ans alors. Le pilote refuse alors de l'accepter à bord et ils sont remis "en liberté" aux portes de l'aéroport. La mobilisation de plusieurs associations, la contribution du ministère de l’intérieur, ont permis un retour dans la région nantaise dans des conditions bien entendu toujours précaires. Après une semaine dans une école à Nantes, c’est à nouveau lui qui demandera à ses parents de «revenir dans son école» à La Roche-sur-Yon.

Ledjon est vu comme un élève plutôt agréable et en demande d'apprentissages malgré son histoire et les conditions de précarité extrême dans lesquelles il survit. 

Il y a peu, vos services ont statué sur leur demande de carte de séjour par un refus, au titre de la vie familiale et privée. Nous vous demandons de bien vouloir prendre en compte les droits d’homme et de citoyen, de femme, les droits de l’enfant afin d’œuvrer dans le sens des valeurs que notre République défend. Nous vous prions de reconsidérer sous cet angle leur demande qui se trouve être finalement plus que légitime. Vous connaissez l'histoire de cette femme encore recherchée par ses proxénètes, et celle de ses enfants La traite humaine tout autant que l’exploitation des enfants ne peuvent être acceptées aujourd’hui par notre pays, ses acteurs politiques, ses citoyens.

Nous vous faisons part de notre désarroi, de notre colère. Cette situation est indigne de notre nation qui se retrouve alors dépouillée de ses qualités et valeurs.

Aujourd'hui, nous ne sommes pas seuls à nous indigner et ne resterons pas muets. Nous sommes nombreux à réclamer un traitement décent pour cet enfant, pour ses parents qui ne font que se tourner vers la Vie, à défaut, vers la SURVIE, eux qui n’ont pas LE CHOIX tandis que nous et vous l’avons, portons nos responsabilités d’hommes et de femmes, tandis que vous avez une partie des cartes de leur vie en main.

Nous vous demandons, de bien vouloir mobiliser des moyens afin que cette famille soit protégée et obtienne un statut qui permette son maintien sur le territoire dans des conditions décentes pouvant garantir la vie de chacun de ses membres, abrités sous un toit, leur garantir les droits fondamentaux à l’éducation et à la santé.

Que dirons-nous à nos enfants bâtisseurs, fondateurs du monde de demain lorsque cet enfant et ses parents seront encore sous la menace, seront malades et sans accès à l’école, à un toit, à l’eau ?! Quelle responsabilité accepterons-nous et accepterez vous dignement d’endosser face à cela ?!

 La seule chose que nous puissions faire, c'est dénoncer par tous les moyens l'indignité de ce qui est fait ou n’est pas fait en notre nom à tous.

Veuillez agréer, Monsieur,  l'expression de nos sentiments républicains.

Des représentants de parents d'élèves de l'école maternelle et les signataires de la pétition, citoyens, hommes, femmes, parents.

 



Anne-Cecile compte sur vous aujourd'hui

Anne-Cecile DUCASSOU a besoin de votre aide pour sa pétition “DROIT A LA SECURITE, A L'ECOLE ET A LA SANTE POUR LEDJON”. Rejoignez Anne-Cecile et 867 signataires.