Pétition fermée

Colorons l'Assemblée Nationale !

Cette pétition avait 270 signataires


Dans le 93, choisissons un « bamboula » pour nous représenter à l’Assemblée Nationale !

L’affaire Théo est une nouvelle humiliation faites aux habitant-e-s du 93, en premier lieu les immigrés maghrébins et africains et leurs descendants. Ce n’est pas « un incident tragique » comme l’a dit le ministre de l’Intérieur, ni même une « bavure » ou un « dérapage ». C’est un « fait société » comme le reconnaît le Défenseur des droits, une nouvelle preuve que le venin du racisme fait système au sein d’une partie des forces police. Ceci est confirmé dans les propos d’un leader syndical qui trouve convenable l’emploi du terme « bamboula » pour qualifier un jeune noir. Plus largement, c’est une nouvelle illustration des discriminations structurelles en matière d’emploi, d’éducation ou de transport que subissent les habitant-e-s des quartiers populaires de Seine-Saint-Denis.

Il est temps que, nous, les premières cibles de ces discriminations et de la stigmatisation, entrons dans l’arène politique. Dans le 93, nous, immigrés et enfants d’immigrés, sommes le peuple. Il est donc normal que nous soyons représenté-e-s à l’Assemblée Nationale. Si tout le monde parle de nous, nous ne sommes pas invités à y parler. Nos député-e-s ne sont pas à l’image de ce que nous sommes dans les quartiers populaires. Sur 12 députés dans le 93, on compte seulement trois femmes et un seul représentant de couleur. Et les candidatures à la députation annoncées dans le 93 pour la vraie gauche, malheureusement, ne semblent pas en mesure de combler ce fossé grandissant entre élu-e-s et habitant-e-s. Il est plus que temps de corriger le tir. Ça peut en prendre le chemin sur la circonscription de Saint-Denis, Saint-Ouen et Epinay-Sur-Seine. Bally Bagayoko, élu dionysien, a proposé sa candidature aux forces à gauche du Parti Socialiste. Né dans une famille malienne et d’origine populaire, il est, comme nous, ancré de longue date dans la Seine-Saint-Denis. Son engagement politique s’est forgé au sein du monde associatif. Face à Bruno Leroux (PS), premier flic de France, et face à une droite réactionnaire, il ne renonce ni à la justice sociale, ni à combattre les discriminations racistes. Parce qu’il est plus que temps de colorer l’Assemblée Nationale, nous vous appelons à soutenir sa candidature en signant cette pétition.

 

 



Yanis compte sur vous aujourd'hui

Yanis KHAMES a besoin de votre aide pour sa pétition “Donnons des couleurs à l'Assemblée Nationale !”. Rejoignez Yanis et 269 signataires.