Petition update

CREUSER LE SILLON, la part du colibri

Evelaine Lochu
France

Dec 1, 2015 — Bonjour à tous et bienvenue aux 400 signataires qui nous ont rejoints ces quinze derniers jours.
Un petit mot pour vous dire que LE SILLON, la longue marche de 1600 km que j'ai entreprise le 8 septembre entre St-Malo et Marseille s'est achevée 70 jours plus tard, le 16 novembre.
Ce sont les attentats de janvier 2015 qui m'ont fait prendre la route. Ce choc terrible m'a donné l'idée puis la force de me mettre en mouvement, d'aller sur le terrain interroger mes concitoyens sur leur rapport aux valeurs républicaines LIBERTE, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. Pendant dix semaines, j'ai demandé l'hospitalité et ai été reçue partout avec respect, ouverture d'esprit, simplicité, chaleur, bienveillance et générosité. Je suis également pleine de gratitude pour la communauté de lecteurs de mon blog (creuserlesillon.canalblog.com) dont l'accompagnement de qualité m'a donné tant de forces.

Tout au long de ce périple, j'ai particulièrement exploré la question de la fraternité, interrogeant sans relâche cette valeur fondamentale, la seule de notre devise sur laquelle nous avons véritablement un pouvoir d'action au plan individuel. Ce long sillon constitue une expérience fondatrice pendant laquelle j'ai questionné mes propres valeurs, ainsi que mon rapport à l'autre et au monde.
Ma marche s'est achevée lundi 16 novembre, 3 jours après cette autre vague d'attentats qui a traumatisé notre pays. Sur le plan symbolique, c'était terrible. J'ai dû lutter contre l'idée que cette belle aventure n'avait servi à rien, que mon désir de partager un espoir de paix, de dialogue et de confiance en l'autre s'était effrité sous le choc de l'impensable sauvagerie.
A présent, j'ai la conviction que tout cela n'était pas vain. Chaque acte posé individuellement engage le reste de l'Humanité. Nous sommes tous reliés, tous responsables de la grande famille humaine. A chacun de faire sa part.

Je termine avec la fameuse légende amérindienne du colibri :
Un jour, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !" Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."

Merci à chacun de vous. En signant cette pétition, vous avez apporté votre goutte d'eau pour éteindre le grand incendie du monde. A partager sans modération avec tous les colibris de bonne volonté !
Fraternellement,
Evelaine Lochu