Une famille afghane, en danger de mort dans son pays, risque l'expulsion

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Les parents, Rayanna et Mortaza, et leurs deux enfants, de 7 et 2 ans, risquent de manière imminente d’être renvoyés dans leur pays où leur vie est en danger. Dès ce lundi 14 janvier, ils seront conduits à Jodoigne avant d’être expédiés en Afghanistan endéans le mois.

La maman de 28 ans avait été contrainte à la fuite avec son compagnon, sous la menace d’un mariage forcé, de sévices vécues et à venir, son frère l’ayant notamment gravement poignardée. Le traumatisme est telle que la mère de famille arrive maintenant à envisager le suicide, effrayée par un retour qui signerait l’explosion de sa famille et une mort presque assurée. Arrivés dans des conditions extrêmement difficiles avec leur fille âgée maintenant de 7 ans, cette famille est passée par plusieurs centres belges en trois ans. Plusieurs demandes de droit d’asile ont été émises, toutes essuyées par un refus, le dernier en date signe leur expulsion imminente.

Dans une démarche d’intégration, ils ont entamé très tôt l’apprentissage du français. Leur petite fille est également scolarisée, dans les meilleures conditions possibles, une pétition de l’école ainsi que du voisinage venant appuyer leur demande et garantir, s’il le faut encore, leur bonne intégration à la communauté. Leur comportement est décrit comme « irréprochable » par les personnes qui ont pu les côtoyer au quotidien.

On ne peut pas accepter une telle décision ! Nous sommes dans une situation d’urgence. Il y a des risques de représailles de la famille même de Rayanna, la maman, de représailles de groupes extrémistes également qui jugent très sévèrement ces départs et les choix faits par cette famille. Le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides n’a pas estimé que cette famille rentrait dans les critères prévus par la Convention de Genève, le risque étant jugé « faible ». Comment comprendre un tel verdict ? La sécurité est un enjeu majeur, la Convention de Genève devant garantir la protection de ces réfugiés. Qui peut garantir honnêtement la sécurité des quatre membres de cette famille ?

L’Afghanistan est en guerre depuis 30 ans avec encore une forte présence terroriste, aucune zone sécure, une pauvreté accrue. Le parcours de cette famille fait qu’une lourde menace pèse sur eux. Selon certaines sources, 10% des personnes ayant été contraintes à la fuite et renvoyées en Afghanistan survivent à leur retour.

L’Article 1 de la Convention de Genève désigne le réfugié comme une personne « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. ». Ces parents ont peur, à juste titre, de retourner à la source de leurs problèmes et de leur malheur.

Il est urgent de se mobiliser pour soutenir cette famille qui a besoin de notre aide, de notre solidarité. Cette décision d’expulsion est criminelle, inhumaine, et va à l’encontre du droit de l’humain.

 

Nous vous remercions de votre engagement et vous invitons à partager un maximum cette pétition.

 

https://www.dhnet.be/regions/namur/une-famille-afghane-en-danger-de-mort-a-andenne-5c37a2777b50a607249a4b88?fbclid=IwAR3nWFjq0_-HWhZNiy-HXakQENz7VL-9rTtpiXM76-zbx1zcU9wf9JqMvT8



Claire-Sophie compte sur vous aujourd'hui

Claire-Sophie D. a besoin de votre aide pour sa pétition “Dominique Ernould: Une famille afghane, en danger de mort dans son pays, risque l'expulsion”. Rejoignez Claire-Sophie et 3 079 signataires.