Pour que vive le Hennebont Football Club (56), club sportif citoyen muselé par le maire !

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Le maire d'Hennebont (Morbihan) s'oppose à la création et au bon fonctionnement d'une association sportive, le Hennebont Football Club (HFC), émanation & continuité du projet de Groupement de Jeunes actuel, alors qu'en parallèle il soutient et promeut ardemment le nouveau projet de fusion entre les clubs historiques de la ville, l'Union Sportive Hennebontaise (USH) et la Garde du Vœu d'Hennebont (GVH).

Si être supporteur en tant que personne physique du futur Stade Hennebontais – fruit de cette fusion – est son droit, en revanche l'institution qu'il représente se doit de rester neutre vis-à-vis des deux clubs, en s'engageant notamment à ne pas entraver la bonne marche du HFC qui représente des dizaines d'administrés de sa commune et permet à 170 enfants de pratiquer leur sport dans d'excellentes conditions d'encadrement, sous la responsabilité de bénévoles dévoués et désintéressés.

En effet, le maire a informé les dirigeants du HFC de sa décision de ne pas mettre de terrains de football à disposition du club l'année prochaine. Ou tout le moins à privilégier fortement le Stade Hennebontais au détriment du HFC. Évidemment, sans équipements à disposition, le HFC sera dans l'incapacité de fonctionner et le club sera mort-né.

Cette prise de position contrevient à la loi puisqu'elle signifie une rupture de l'égalité d'accès à un service public (un équipement sportif communal) pour une partie des administrés de la ville qui pourtant, à travers leurs impôts locaux, ont financé ou continuent de financer ces équipements municipaux. Équipements publics qui sont simplement administrés par le maire mais ne lui appartiennent d'aucune façon en propre. A ce titre, il doit suivre les règles en vigueur et ne peut pas agir selon son bon-vouloir ou le sens du vent politique.

Par nature inique, cette partialité crée de fait des sous-citoyens ayant moins de droits que les autres alors même qu'ils demeurent des contribuables à temps plein.

Par ailleurs, cette décision, qui a évidemment un impact sur l'existence même du HFC, aurait pour conséquence immédiate qu'une partie des 170 enfants licenciés ne pourrait plus pratiquer leur activité à Hennebont puisque le Stade Hennebontais ne pourra pas tous les accueillir, faute d'encadrants en nombre suffisant (les encadrants du HFC ayant déjà exprimé leur souhait de ne pas intégrer la fusion). Leur choix sera alors de s'exiler ou d'arrêter le foot.

 Nous demandons donc au maire d'Hennebont :

1. De respecter la loi en s'engageant, comme l'y enjoint le Code Général des Collectivités Territoriales, à ne plus discriminer une partie des usagers de la ville par la confiscation arbitraire de certains équipements publics à leurs enfants, alors même qu'ils demandent à les utiliser dans des conditions strictement équivalentes aux autres usagers.

2. De remplir son rôle d'administrateur des biens publics municipaux en s'engageant à prêter au HFC les terrains de football municipaux et les locaux attenants dont le club a besoin pour ses entraînements et ses matchs (le synthétique de Kerlivio, le terrain en herbe de François Michard notamment).

3. De respecter son devoir de neutralité et de parfaite équité en prêtant ces terrains aux mêmes conditions, dans les mêmes proportions et selon les mêmes plages horaires que celles qui seront consenties au Stade Hennebontais, ne privilégiant ainsi aucune structure a priori.

4. De respecter le libre-arbitre des familles, pour la grande majorité habitants d'Hennebont et à ce titre contribuables et électeurs, qui ont fait le choix en conscience d'inscrire leurs enfants dans une structure associative donnée.

5. Et par conséquent de permettre aux 170 enfants licenciés du HFC de continuer à pratiquer leur activité sportive de prédilection dans leur ville.

En un mot, de démontrer par les actes et non seulement par les mots qu'il place effectivement la jeunesse d'Hennebont au centre de son action publique, balayant ainsi d'un revers de main tous les procès en cynisme politique ou quête irrépressible de gloire qui pourraient lui être intentés s'il persistait dans cette voie...



Collectif compte sur vous aujourd'hui

Collectif HFC a besoin de votre aide pour sa pétition “District de Football du Morbihan: Pour que vive le Hennebont Football Club (56), club sportif citoyen muselé par le maire !”. Rejoignez Collectif et 136 signataires.