Retirer à la vente un rhum qui rend hommage à un maitre d'esclaves

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !

Guillaume DELENCLOS
Guillaume DELENCLOS a signé la pétition

La distillerie Bologne a fait un rhum vieux, le Dark Sail, pour rendre hommage à Jean-Antoine AMÉ-NOEL, considéré comme un homme de "couleur" libre.
Ce personnage à acheté le domaine de Bologne en 1830, et du coup à possédé 36 esclaves. Suite à son premier mariage, il se retrouve à la tête de 257 esclaves.
Après la mort de sa première femme, AME-NOEL épouse Delphine, et maintenant se trouve à la tête de plus de 400 esclaves.

Jean-Antoine AMÉ-NOEL a fait fortune entant que pêcheur. La légende dit que pour acheter le domaine de Bologne, il aurait trouvé un trésor de grande valeur.

Mais l'histoire aurait pu s'arrêter la !

La distillerie Bologne pour rendre hommage à cet homme, sort un rhum vieux appelé : DARK SAIL (voile sombre), et nous dit au dos de cette bouteille :

"C'est en 1830 que Jean-Antoine AMÉ-NOEL se porte acquéreur de Bologne. Il sera le premier homme de couleur "libre de naissance" à devenir propriétaire d'un domaine aussi étendu que l'est Bologne à cette époque.
Ce pêcheur, devenu grand propriétaire à force de persévérance, aurait aussi, d'après la légende, découvert un trésor au large de Basse-Terre au moyen d'un navire aux voiles noires.
C'est en hommage à cette figure illustre et à ce voilier emblématique, que nous avons baptisé cette cuvée "Dark Sail".

Bologne a volontairement omis de donner certains détails sur ce personne.
Et pour cause, il n'était pas si bon qu'on veut nous faire croire.
(source : https://www.rhumbologne.fr/rhum-bologne-terre-d-histoire-guadeloupe)

QUI ÉTAIT RÉELLEMENT JEAN-ANTOINE AMÉ-NOEL ?

Monsieur Gérard LAFLEUR, Docteur en Histoire et trésorier de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, paru dans le Bulletin 162-163 de la dite Société nous raconte un tout autre personnage avec une documentation imposante qui accompagne le récit et le travail conséquent de Monsieur Gérard LAFLEUR qui nous offre dans le chapitre consacré aux démêlés de Jean-Antoine avec la Justice.

En août 1839, Jean-Antoine AMÉ-NOEL est traduit en justice pour le meurtre d'un esclave : Jean-Pierre.
"La tragédie se déroule sur l’habitation La Duché, à Bouillante. Jean-Pierre est prisonnier de jambières qui l’immobilisent, une corde attachée à une poutre du toit lui tient relevées derrière le dos ses mains liées. Dans cette position, il est condamné à l’immobilité. Privé de nourriture et d’eau, gisant dans ses excréments, il est de surcroît frappé avec un bâton par ses bourreaux Amé-Noël et Delphine qui le brocardent et l’injurient. Jean-Pierre trépasse au bout de cinq jours de supplice. Amé-Noël ordonne qu’on jette son corps au fond d’un précipice."

Malgré des témoignages, Jean-Antoine AMÉ-NOEL a été acquitté et le seul reproche qui lui a été fait, c'est de ne pas avoir déclaré la mort de son esclave.

(sources : 97land.com, guadeloupeattitude, erudit.

LE DARK SAIL REND HOMMAGE A UN MAITRE D'ESCLAVES.

Ces faits sont rigoureusement authentiques. Si nos commémorations occultent volontiers ces bizarreries de l’époque esclavagiste, les recherches minutieuses et incroyablement documentées de notre auteur, Fred GENE, et d’autres publications comme le Bulletin de la société d’histoire de la Guadeloupe, ne laissent aucune place au doute.

Voici qui était Jean-Antoine AMÉ-NOEL :
- propriétaire de plus de 400 esclaves,
- il vendait des enfants de moins de 14 ans alors que la loi, a cette époque, l'interdisait,
- il a tué un esclave.

D'autant plus, que Bologne a façonné sa "vérité", en inventant la mort de ce dernier datant de 1850, hors, toutes les archives et recherches, et plus simplement, la propre tombe de AMÉ-NOEL, stipulent qu'il est décédé en 1845. Bologne veut nous faire croire que AMÉ-NOEL a tenté le travail libre avant de faire faillite. C'est pour cette raison que Bologne dit qu'il est décédé en 1850, soit 2 ans après l'abolition de l'esclavage (1848).

LA VÉRITÉ, C'EST QUE AMÉ-NOEL N'A PAS CONNU L'ABOLITION DE L'ESCLAVE.

Comment accepté, qu'en 2019, cette distillerie rende hommage à un tel personnage...

Qu’il soit porté en triomphe par les dirigeants de Bologne alors qu'il a torturé à l’envi, un de ses esclaves nous sidère.

Vidéo explicative.

LE BUT DE CETTE PÉTITION

On nous dit qu'il ne faut pas rester dans le passé, mais quand ce passé est adulé par des dirigeants de champs de cannes à la vue de tous, cela est inadmissible.

Il est important de noter que ceci est un affront direct envers les afros de la Caraibes qui ne peut et ne doit être toléré.

NOUS DEMANDONS QUE CETTE BOUTEILLE SOIT RETIRÉ DE LA VENTE IMMÉDIATEMENT.
C'EST INCONCEVABLE QU'UNE DISTILLERIE RENDE HOMMAGE A CET IGNOBLE PERSONNAGE.
PAR RESPECT POUR LE PEUPLE DESCENDANT D'ESCLAVES ET D'ESCLAVAGISTES.