Suicides, burnouts, maladies pros, licenciements SNCF ne doit pas devenir France Télécom

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !

Cheminots contre la répression #PLUSJAMAISAGENOUX
Cheminots contre la répression #PLU… a signé la pétition

Ne pas laisser la SNCF devenir une nouvelle France Télécom

Au moment où s’ouvre le procès France Télécom pour la vague de suicides qui a secoué l’ancienne entreprise publique entre 2007 et 2010, la direction de la SNCF pratique un management ultra-agressif à l’égard des cheminot.e.s, plus particulièrement, contre celles et ceux qui refusent la logique de la privatisation du rail et qui ont combattu la réforme ferroviaire voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement au printemps 2018.

Ces cheminot.e.s s’appellent Linda, Renald ou Cindy. Leur point commun ? S’opposer à la logique de marchandisation voulue par la direction. Le dernier cas en date est celui de Éric Bezou, cheminot de 52 ans et militant syndical à Paris Saint-Lazare, 27 ans d’ancienneté, et reconnu pour avoir aidé de nombreux collègues en souffrance dans l’entreprise et en dehors. Éric est un lanceur d’alerte et aujourd’hui il est menacé de radiation. Sa faute ? S’être mis à genoux devant un chef, en signe de défi, pour montrer qu’il ne comptait pas être traité comme une serpillère. L’entreprise, elle, l’accuse d’un manque de respect envers sa hiérarchie et veut le licencier pour son geste.

Le rail public, au service des usagers, est un bien précieux pour nous toutes et tous, plus encore si l’on a en tête la catastrophe écologique vers laquelle nous avançons inexorablement. C’est ce que défendent les cheminot.e.s et ce que ne supporte pas la direction.

Harcèlement, mise au placard, sanctions. On ne compte plus les attaques de la SNCF contre celles et ceux qui ne veulent pas plier. Le résultat, c’est plus de burn-out, mais également des suicides. Et à nouveau, le 6 mai, celui d’un cheminot, militant CFDT, qui s’est donné la mort en se jetant sous le RER D, en gare de Stade De France – Saint Denis.

C’est un suicide de plus qui vient s’ajouter à la trop longue et triste liste des cheminots qui ont mis fin à leurs jours. Depuis 2017 nous comptons plus d’une cinquantaine de cheminot.e.s qui se sont suicidés, il faut que cela s’arrête de toute urgence !

La SNCF ne saurait devenir une nouvelle France Télécom. Le management à la France Télécom doit immédiatement cesser. Les sanctions encourues par Éric et les syndicalistes et militant.e.s de la SNCF doivent être immédiatement retirées.

Premiers signataires :

Arié Alimi, avocat LDH

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière

Fernande Bagou, ex-gréviste ONET-CFDT

Esther Benbassa, sénatrice EELV

Olivier Besancenot, NPA

Éric Beynel, porte-parole de Solidaires 

Juan Branco, avocat

Ian Brossat, tête de liste PCF aux élections européennes

Aymeric Caron, journaliste

Collectif gilets jaunes de Rungis IDF

Eric Coquerel, député 93 LFI

Alexis Corbière, député 93 LFI

Jean-Claude Delarue,président SOS Usagers

Vikash Dhorasso, ancien footballeur et parrain d’OXFAM

Rokhaya Diallo, réalisatrice et journaliste

Éric Drouet, gilet jaune

Emma, dessinatrice

Fédération Sud Rail

Gérard Filoche

Raquel Garrido, avocate - Editorialiste C8TV

Benoît Hamon, tête de liste Génération.s aux élections européennes

Anasse Kazib, Sud Rail Paris Nord

Aude Lancelin, journaliste

Mathilde Larrere, historienne

Yvan Le Bolloch, comédien

Geneviève Legay, ATTAC Nice

Frédéric Lordon, économiste-philosophe

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice GRDS

Benoît Martin, secrétaire général UD CGT 75

Xavier Mathieu, acteur, ancien salarié de Continental CGT

Jean-Luc Melenchon, président groupe LFI

Jean-Pierre Mercier, DSC CGT groupe PSA  Danièle Obono, députée 75 LFI

Thomas Porcher, économiste

Thomas Portes, CGT Cheminot – PCF

Alexis Poulin, co-fondateur du Monde Moderne

Philippe Poutou, CGT Ford – NPA

Milfet Redouane, fille de Zineb Redouane

Assa Traoré, comité Adama

Audrey Vernon, comédienne

Michael Wamen, ex-secrétaire CGT Goodyear

 


Voulez-vous partager la pétition ?