Petition update

Lettre ouverte

Danseurs du BALLET DE L'OPÉRA NATIONAL DE BORDEAUX
France

Jun 9, 2017 — Mesdames, Messieurs,

Nous tenions à vous faire part de la lettre ouverte que les danseurs ont adressée à nos tutelles ce jour afin de leur faire partager tous les
enjeux de notre problématique. Nous espérons que cette action permettra de dénouer notre situation.

Bien cordialement,

Pour les Artistes Chorégraphiques du Ballet
Guillaume Debut et Stéphanie Roublot.

Lettre ouverte aux Français,
au Public,
à Monsieur le Président de la République Française,
à Monsieur le Premier Ministre,
à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,
à Monsieur le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine,
à Monsieur le Maire de Bordeaux.





Les Artistes de la danse de l'Opéra National de Bordeaux
vous font part de l'avenir du paysage chorégraphique
de leur ville et de leur pays.




Quel est notre situation ?
Depuis le mois de décembre dernier, sur 39 postes nous avons vu 7 postes à pourvoir et 12 contrats de danseurs à renouveler menacés. En janvier 2017, 7 des contrats reconduits qui devaient être de 2 ans ont été réduit à 1 an. En février 2017, la Direction générale décide de suspendre le directeur de la danse. En mars, nous apprenons la mise en retraite anticipée de celui-ci à la fin de la saison.
Aujourd'hui, nous n'avons aucune vision sur l'avenir du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux, aucun Directeur de la danse, et tous les CDD de danseurs devant se terminer en Août 2018.

Sauver un savoir-faire français historique.
Aujourd'hui, en France, l'existence d'un Patrimoine de la Danse Classique est en danger. La danse classique est l'expression du génie français. C'est une technique, un style, un art qui se travaille et se transmet dans le monde entier par la langue française. Elle est aussi une technique de base aussi bien pour les danseurs contemporains qui l'utilisent et l'entretiennent durant tout leur parcours professionnel, que pour certains sports tels que le patinage artistique, la gymnastique ou la natation synchronisée. Tout ceci constitue un riche héritage. Ne voulons nous pas en tirer fierté et nous battre pour sa préservation ?

Une responsabilité face à un métier.
L'État, ces 10 dernières années, a créé des formations professionnelles et enseignements supérieurs au travers de la France. Dans la technique classique, pas moins de 50 nouveaux danseurs sortent de cet enseignement supérieur désormais pour entrer à pôle emploi. Beaucoup abandonnent à la sortie des écoles faute de débouchés, d'autres sont obligés de recourir à l'intermittence ou de s'expatrier, les quelques heureux élus à obtenir un poste dans une structure publique doivent passer 6 années en CDD avant d'obtenir un CDI. Mais aujourd'hui les emplois permanents sont remis en cause dans les structures nationales. Il n'y a que 325 postes de danseurs de technique classique permanents en France dont plus de 150 sont à l'Opéra de Paris. Que restera-t-il en dehors de la capitale ?

Ces 35 dernières années, nous avons constaté la réduction drastique du nombre de compagnies au répertoire de technique classique (Nantes, Rouen, Toulon, Lille, Marseille, Limoges, Nancy,...) engendrant un appauvrissement du répertoire et une baisse de la programmation des grands ballets.
Avec la remise en cause de son effectif indispensable, le Ballet de la Métropole Girondine est sur la même pente négative : mais pour quel projet ?



Faire le choix d'un projet artistique à Bordeaux
Alors que la programmation d'un ballet du répertoire classique (qui remplit assurément la salle !) sur une scène telle que celle de Bordeaux requiert entre 40 et 60 artistes, il n'est pas viable d'imaginer une compagnie où il n'y aurait que 20 ou 30 danseurs permanents. La permanence de ces emplois est indispensable. La cohésion et l'homogénéité nécessaire à une compagnie de ballet de qualité ne peut être obtenue qu'avec un travail commun quotidien. 39 danseurs permanents (effectif inscrit dans la convention nationale 2013-2017) est le minimum que doit prévoir le projet d'avenir de l'opéra de Bordeaux pour être à la hauteur de ses ambitions artistiques.

Un choix éducatif à faire
Le Ballet est une valeur sûre pour les programmateurs de spectacle et constitue un outil à part entière dans le paysage éducatif et culturel. La pratique de la danse classique n'est pas qu'une lutte exigeante pour modeler le corps, elle accompagne une interprétation, elle interroge le sens d'une chorégraphie, elle fait réference à des événements sociaux, littéraires, historiques, ...
Au sein même des actions culturelles, elle permet de travailler les notions d'autonomie, de patience, de sociabilité ainsi que le sens artistique et l'imaginaire. A Bordeaux, des rencontres entre les danseurs et "les publics" sont organisées pour sensibiliser à ce qu'une telle programmation à l'Opéra propose. Quel est ce métier à la fois mystérieux et admiré ? Quels en sont ses Artistes et leur travail d'interprétation ?
Ces axes sont mis à disposition des publics pour qu'ils en comprennent toute la richesse et puissent tout naturellement se l'approprier.

Un investissement économique
Un rapport inter-ministériel de décembre 2013 prouve que la culture et tout particulièrement
le spectacle vivant font vivre l'économie, qu'il existe "une corrélation positive" entre la
présence d'une structure culturelle et le développement socio-économique du lieu où elle est
implantée. "Un euro investi dans la culture apporterait sept euros de retombées
économiques", selon Jacques Pfister, Président de la chambre de commerce et d'industrie
Marseille-Provence. Il est alors paradoxal de constater les réductions infligées entre autre à l'activité du Ballet de l'Opéra qui ne demande qu'à être une entité qui part une gouvernance éclairée puisse générer cette "corrélation positive".

Que demandons-nous ?
Depuis 35 ans, les politiques ont organisé le génocide du patrimoine chorégraphique classique (hors Opéra de Paris) à partir d'un assèchement du volume d'emploi allant jusqu'à leur suppression. La technostructure est même allé jusqu'à refuser d'envisager la création d'un label "Ballet National" garantissant la permanence de l'emploi dans les structures au même titre qu'il existe un label "Orchestre National" qui protège les ensembles de musiciens.
Après deux préavis de grève pour lutter contre la précarisation de nos emplois et le maintien de l'identité du travail de la technique classique de notre Ballet, nous constatons que nos appels sont restés lettre morte. Les coupes budgétaires annoncées par la ville impactent directement l'effectif du Ballet et le répertoire qui en fait son identité et sa renommée.
Avec la renégociation du Label National de l'Opéra de Bordeaux nous avons la possibilité d'intervenir sur ce qui définira l'identité de notre maison de 2018 à 2022. Nous vous demandons de nous aider à lutter contre la paupérisation programmée de notre programmation chorégraphique (patrimoine et création) en inscrivant dans le cahier des charges du label les moyens nécessaires à la vie du Ballet.

L'Opéra National de Bordeaux se trouve en plein cœur de la ville. Il doit continuer à battre fort, à participer à l'effervescence culturelle et économique des lieux. Merci de tout faire pour préserver cette richesse de la Culture française.

Artistiquement vôtres

Les Danseurs du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux.


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.