Protégez nos montagnes des avions

Protégez nos montagnes des avions

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Isabelle FAVRE-FELIX a lancé cette pétition adressée à direction de l'aéroport de Genève et à

Protégez nos montagnes des avions

 

A Monsieur André Schneider, Directeur Général de l’Aéroport de Genève

A Monsieur Patrick Gandil, Directeur général de la Direction Générale de l’Aviation Civile,

A Madame Elisabeth Borne, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire,

A Madame Véronique Riotton, députée de la 1ère circonscription de Haute-Savoie,

A Monsieur le Préfet de Haute-Savoie,

 

Nous, habitants de Haute -Savoie, vous présentons une pétition relative à l’intensification du trafic aérien et à ses conséquences dramatiques sur notre environnement et notre santé.

 

Voici les motifs de la présente pétition :

1)   Depuis plus d’un an, le trafic aérien s’intensifie au-dessus des villages et massifs montagneux de la région annécienne (Dingy St Clair, Nâves, Pringy, Thorens, Manigod, La Clusaz, le Grand Bornand, Glières…). Ces lieux, jusqu’alors paisibles, sont désormais victimes de nuisances sonores de 6h du matin à minuit, voire toute la journée pour les plateaux coupés du bruit de l’urbanisme. La situation empire le week-end et l’été. Certains avions, venus de l’aéroport de Genève, volent très bas et sont plus particulièrement bruyants, à l’image de la ligne Genève-Dubaï. Il faut aussi compter avec la multiplication des avions de tourisme. Ces nuisances ne manquent pas d’être inquiétantes lorsqu’on sait que le trafic aérien double tous les 15 ans (La Tribune, 12 juin 2018) et que l’aéroport de Genève ne cesse d’accroître ses capacités. Elles nuisent à la qualité de vie et à la santé des habitants.

2)   Elles sont également inquiétantes pour la faune de nos montagnes. Une étude publiée par la revue Science démontre ainsi que le bruit de l’homme menace la survie et la reproduction des espèces, avec des conséquences dramatiques pour l’ensemble de l’écosystème (Le Monde, 4 mai 2017).

3)   A ces nuisances sonores, s’ajoute la pollution atmosphérique, ce qui est préoccupant pour la santé de nos enfants dans un bassin annécien déjà fortement touché par la pollution et durablement marqué par la canicule à l’été 2018 et par la sècheresse à l’automne de cette même année. Les Alpes sont davantage marquées par le réchauffement climatique : selon Météo-France, la température moyenne a augmenté deux fois plus vite dans les massifs alpins qu’en France au cours du XXe siècle (Geo.fr, 23 juillet 2019). Or, selon Les Echos (3 décembre 2015), en France les émissions de CO2 de l’aérien sont déjà passées de 13,3 à 21,3 millions de tonnes de 1990 à 2013. Le rejet d’un avion est en moyenne de 360 grammes équivalents CO2 par passager lors d’un déplacement d’un kilomètre contre 150 grammes équivalents CO2 pour une voiture et 11 grammes équivalents CO2 pour le train (Géo, 12 novembre 2017).

4)   Nos espaces naturels sont menacés par l’accroissement d’un trafic aérien qui ne sert que pour 15% aux déplacements de travail (Télérama, 4-17 août 2018). Notre propre tourisme risque à terme d’en payer les conséquences.

 

Nous demandons :

1)   la baisse du survol des espaces naturels de montagne autour d’Annecy qu’il est urgent de préserver et de ne pas dénaturer

2)   le survol à plus haute altitude des avions en provenance des aéroports les plus proches, en particulier l’aéroport de Genève

3)   un retour à un développement qualitatif et raisonné de l’aéroport de Genève

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !