Petition Closed

La société Dessange Paris se dit soucieuse de préserver l'environnement et de la biodiversité et a mis des actions allant dans ce sens. Alors pourquoi proposer des produits contenant de l'huile de palme et ses dérivés et plus spécialement le produit "Crème de palme" pour les cheveux composés à 99% de cette huile ?

Letter to
Président du directoire de Dessange international Monsieur Benjamin Dessange
Si on me demande si je suis rassurée par les actions que vous dîtes avoir mis en place pour la préservation de l'environnement et de la biodiversité ? En toute honnêteté : non ! Les raisons, les voici.

La première raison, et de loin la plus importante, est de proposer un produit "Crème de palme" où l'huile de palme est le composant plus que majeur (99% d'huile de palme) et où sa prétendue "qualité" est mise en avant comme argument de vente. En promotionnant l'huile de palme comme vous le faites, vous ne favorisez en rien la sensibilisation des consommateurs aux conséquences catastrophiques qu'engendre la culture des palmiers à huile. Dire que l'huile est certifiée RSPO n'est pas une excuse pour proposer un tel produit. Les 3/4 des consommateurs ne savent pas ce qu'est la RSPO, pour eux c'est un produit contenant de l'huile de palme comme peuvent l'être le Nutella, les shampooings l'Oréal, les soupes Knor, les biscuits Delacre, etc. A noter que même si certaines de ces sociétés utilisent de l'huile de palme certifiée, elle n'est certifiée qu'à hauteur de 20% dans le cas du Nutella (source Ferrero).
Proposer votre crème n'est qu'une incitation à une production toujours plus importante d'huile de palme, phénomène d'autant plus inquiétant que cette demande ne fait que croitre et pour répondre à une telle demande, le nombre de terres cultivées se doit être exponentiel. Comment faire comprendre au consommateur lambda que consommer le moins possible d'huile de palme pour préserver le peu de forêts qu'il reste. Je me doute de votre réponse en me citant comme argument l'huile certifiée et ses conditions de cultures. Point que j'aborde ci-après.

La seconde raison est donc la RSPO. Cette institution est très largement controversée par les associations écologiques par son manque de fermeté et de contrôle mais aussi par les acteurs qui la compose. Les grands noms de groupes agroalimentaires et pétrochimiques en font partie dont le but premier est de faire toujours plus de bénéfices. La santé de notre planète passe très largement au second plan ou même pour être plus précis, au dernier plan. Ne me dîtes pas que Mosanto, Cargill, Sinar Mas se soucient des animaux, des peuples vivant depuis toujours les forêts primaires ? Si elles le font, c'est à grand renfort de communication pour se redorer un blason très largement sali... actions que j'appellerai tout bonnement "greenwashing". Voulez-vous être comparés à de telles sociétés et être catalogués comme participants à cet écocide ?
Ces plantations sont traitées avec des pesticides nocifs pour l'environnement et qui seront acheminés via l'huile au consommateur final.
De toute façon, les produits proposés à la vente ne mentionnent que très rarement si l'huile contenue est certifiée ou non et à quelle hauteur. Même certifiée, il y a 3 niveaux de certification dont vous n'êtes pas censés ignorer.
De plus, l'huile certifiée RSPO n'est pas un gage de totale confiance puisque en janvier 2013, une société membre de la RSPO a rasé un pan entier de forêt primaire pour faire place à la culture de palmiers à huile (source Centre for Orangutan Protection). Combien restera-t-il d'orangs-outans, gibbons, tigres, etc. à l'état sauvage et non derrière des barreaux de zoo ? Combien seront encore battus, massacrés car considérés comme nuisibles sur les plantations de palmiers à huile ? Combien encore de mères abattues sous les yeux de leurs bébés pour raser leur habitat pour faire place à de énièmes plantations ? Combien encore d'orphelins, de vies brisées pour satisfaire l'égoïsme des consommateurs ?
Dernière précision, pour que l'huile de palme soit certifiée, il faut qu'elles proviennent de plantations faites sur des terres déjà exploitées. Ces millions d'hectares de terres étaient quoi pour vous avant ? je vous laisse deviner... des forêts primaires voir secondaires qui ne le seront plus jamais après une exploitation sans limite des ressources de ces terres autrefois fertiles de vie.

Dernière raison. Certains prétendent que ces cultures sont une source de revenu pour les habitants. Ce qu'il faut savoir c'est que les terres cultivées appartenaient à de petits paysans et qu'ils ont été chassés de leurs terres sans leurs consentements et sans contrepartie. Ils se retrouvent, ainsi que de milliers d'habitants, esclaves des temps modernes de ces compagnies d'exploitation.Dernier point : après avoir ravagé les îles de Sumatra et de Bornéo (partie Malaisienne et celle Indonésienne Kalimantan) , ces compagnies pour la plupart indonésienne et malaisienne mais également américaine, sont en train de reproduire le même schéma en Papouasie Nouvelle-Guinée, Libéria, Cameroun, Congo et Côte d'Ivoire.


Bornéo a perdu près de 80% de sa forêt primaire, des milliers d'espèces végétales et animales ont et sont détruites chaque jour les rendant pour la plupart en danger d'extinction voir danger critique d'extinction. Le plus charismatique de cet emblème est l'orang-outan. Ce dernier, à l'état sauvage, ne compte plus que 50 000 individus contre environ 200 000 en 1960. Ce chiffre s'est accéléré durant ces deux derniers décennies par la demande de plus en plus croissante d'huile de palme. Elle est utilisée, et ce dont les industriels n'osent jamais avouer clairement, par son coût d'achat très bon marché.

Vous collaborez avec Monsieur Olivier Behra. C'est une très bonne démarche que je ne peux que féliciter. Pourquoi ne pas continuer cette démarche et être de ce fait au plus prêt de vos convictions ? Pourquoi alors ne plus accepter de jouer le jeu des industries palmières dont l'argent n'est que le seul but au détriment de la vie tout simplement ? La vie n'a pas de prix, ces espèces d'une rare beauté la laisseront avec leur forêt, leur habitat détruit à jamais...

Cordialement.