Demande que les jugements de garde d'enfants soit fait dans un département neutre.

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Madame La Ministre.

 Je lance un appel à la solidarité d'une maman qui s'est vu retiré la garde de sa fille de 10ans en cour d'appel de Bastia par Monsieur le Juge François RACHOU, le 14 mars 2018 après 5 ans de bataille judiciaire (elle en avait 9 ans).

 Le père de ma fille est parti du jour au lendemain en Corse avec notre fille qui à l'époque était âgée de 4 ans 1/2.  Soit 1360 kms me sépare de ma fille.

Par son jugement, Monsieur le Juge cautionne les agissements d'un père qui prive sa fille de sa mère en réduisant au strict minimum les communications (très peu d'appels soit 1 fois tous les 15 jours, absence de webcams...). Il y a peu de temps, j'ai été privée de ma fille pendant 4 mois de ma fille . Ce n'est pas la première fois que je suis autant privé de ma fille. Avant même le commencement de la justice, j'ai été privé à 2 reprises de ma fille durant 8 longs mois. Actuellement, pour que je puisse communiquer par téléphone avec notre fille, je dois passer par le biais de son école, car son père répond pas à mes appels.

Ce dernier, malgré les preuves à l'appui (conversations SMS), m'a insulté gratuitement, a menacé de mort mon conjoint; et pourtant, monsieur le juge lui a confié la garde pour la raison que ma fille vit là-bas depuis 5 ans. Un enfant est capable d'adaptabilité. Et qu'un enfant a besoin de sa mère. D'autant plus que toute sa famille est proche du domicile de la maman.

Bien que ma fille s'est très clairement exprimé sur son choix de vivre chez sa maman et de son petit frère auprès de l'enquêtrice sociale et l'experte psychologue, monsieur le Juge, a confié la garde à un père inhumain. Ce dernier ne se soucie ni de la santé physique de sa fille ni de sa santé mentale. Dernièrement, ma fille était suivie par une psychologue. Elle avait réellement besoin de s’exprimer avec une personne neutre, cela lui faisait du bien. Elle avait aussi exprimé, lors de ces quelques séances, son souhait de vivre chez sa maman. Ma fille souffre. Le père, ayant su que notre fille avait exprimé son désir de revenir auprès de sa mère, ne l'emmène plus aux séances psychologiques.

De plus, ma fille n'est pas suivie médicalement (dentiste et podologue). Pour exemple, ma fille a besoin de porter des semelles orthopédiques. Son père ne les lui fait pas porter car cela vient d'un spécialiste de Normandie par ma simple implication de mère se souciant de la santé de sa fille

Toute la procédure s'est déroulé en Corse, les enquêtes psychologiques se sont déroulés en Corse. Il faut que cela change, que les affaires de gardes d'enfants se fassent dans un département neutre, ni dans le département de la mère ni de celui du père pour une justice impartiale.J'ai élevé ma fille depuis sa naissance, je l'ai porté pendant 9 mois. C'est une partie de ma vie qui m'a été ôté par cette sentence plus que honteuse!

Je me suis, depuis le début de cette affaire, comporté de manière droite et honnête alors que je me faisais insulter gratuitement; que psychologiquement, le père de ma fille tentait de m'atteindre. J'ai voulu tenter une médiation, sans succès. Et pourtant j'ai perdu la garde de ma fille. Je vous demande Madame La Ministre de mettre en place une loi qui stipule que toute procédure pour affaire de garde d'enfant se déroule en lieu neutre. Pour une justice équitable. Ma fille à deux reprises, n'a pas voulu embarquer pour rentrer chez son père. Il y a également un signalement qui a été lancé.


Voulez-vous partager la pétition ?