Soutenez notre demande d'adduction d’eau potable au hameau de la Ferrière (Gard)

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Lorsque vous avez lu les romans de Pagnol ou vu à la télévision « Jean de Florette » et « Manon des sources », vous avez sans doute pensé que c’était du passé et que ces situations n’existaient plus. Malheureusement notre hameau demande une adduction d’eau depuis 1966 et rien n’a évolué en dépit de nos demandes répétées auprès de la mairie.

Le hameau de la Ferrière est situé dans le Gard (30) sur la petite commune d’Aumessas. Il est habité par 11 familles. Certaines habitations sont alimentées en eau par des sources, les autres par les trop-pleins des voisins.

Ce tableau idyllique cache une réalité bien pénible. Toutes ces sources sont impropres à la consommation et les jeunes enfants ont la diarrhée à cause de l’utilisation de l’eau pour la cuisine ou la vaisselle. Pire, un habitant a dû être hospitalisé en urgence et a failli mourir du simple fait d’avoir bu de l’eau de sa source. La seule source à peu près potable se tarit tous les étés. Le hameau étant en forte déclivité, les habitations les plus hautes se trouvent sans la moindre goutte d’eau car les autres sources sont trop basses pour pouvoir les alimenter en eau.

Et là commence la corvée d’eau, une corvée qu’on pensait réservée aux pays sous-développés et d’un autre siècle en France : aller chercher de l’eau avec des bouteilles et des seaux au trop-plein des voisins en contrebas et attendre plusieurs minutes pour que le maigre filet d’eau remplisse le seau. Il faut faire 10 à 15 voyages d’eau par jour pour satisfaire aux besoins les plus élémentaires. Le chauffe-eau est inutilisable, de même que la machine à laver. Pour se laver, il faut faire 4 voyages pour remplir la baignoire de bébé, chauffer l’eau dans une marmite sur la cuisinière, se laver et se rincer avec le gant. Surtout on ne jette pas l’eau à la fin du lavage, car il faut un bon seau d’eau pour évacuer les grosses commissions dans les toilettes. Impossible de se laver les cheveux dans de telles conditions ; il faut aller au torrent ou à la fontaine du village à 5 km : lavage vivifiant garanti avec une eau entre 15°C et 17°C en été. Quant au lavage du linge, il faut se rendre à la laverie dans la ville la plus proche à 20 km : le Vigan.

Cette situation d’un autre âge pourrait se comprendre s’il n’y avait pas d’eau à la Ferrière et dans les environs. Oui, mais voilà : l’eau coule à flots dans le torrent du Bavezon 1 km plus haut et les habitants des deux hameaux en amont et surplombant la Ferrière ont des droits d’eaux ancestraux avec prise d’eau dans ce cours d’eau. Mais comme dans les romans de Pagnol, dans les Cévennes, l’eau est un bien aussi précieux que la terre et ne se partage pas facilement.

L’association Les H’am’eaux a été créée en 1996 pour tenter de faire accélérer le processus d’adduction d’eau des 3 hameaux, mais en vain jusqu’à présent. La mairie du petit village d’Aumessas (237 habitants) nous informe qu’elle pourra prendre en compte notre demande d’adduction d’eau au plus tôt en 2023, sans aucune certitude que le dossier sera retenu. Il faudra encore ajouter 5 à 6 années à cette échéance pour mener à bien le projet... si celui-ci est retenu.

Si ce délai vous paraît inacceptable, nous vous prions de signer cette pétition et vous en remercions par avance.

Marie-France Robbe
présidente de l’association Les H’am’eaux

 



Marie compte sur vous aujourd'hui

Marie ROBBE a besoin de votre aide pour sa pétition “De l’eau potable pour le hameau de la Ferrière”. Rejoignez Marie et 203 signataires.