Démission du préfet de l'Oise pour incitation à la violence

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000 !


Lors de la dernière assemblée générale de la fédération des chasseurs de l’Oise, soit une semaine après une manifestation pacifique record contre la chasse à courre le 31 mars 2018 à Compiègne, le préfet de l'Oise et les présidents de la Fédération Nationale de la Chasse et de la Fédération de la Chasse de l'Oise, ont répondu à l'unisson pour appeler à la violence contre les opposants à la chasse à courre, de plus en plus nombreux. 

Le Président de la Fédération Nationale des Chasseur, M Willy Schraen, en appelle à ses "gros bras", 800 chasseurs de gibier d'eau, pour venir "chasser en meute" les  citoyens qui s'opposeraient désormais à cette pratique. Il faut noter qu'il appelle des chasseurs non concernés par ce mouvement qui ne s'oppose qu'à une seule forme de chasse, la chasse à courre. 

 Le Préfet de l'Oise, M Louis Lefranc, appuie cette initiative en les appelant à "passer à l'action". 

Une véritable milice est levée à la simple demande de représentants de la chasse française. 

Ces méthodes sont anti-démocratiques et contraires aux droits de l'homme et du citoyen. Elles visent à écraser un élan citoyen qui n'en peut plus de supporter une pratique féodale et morbide qui représente la domination par la violence, extrême et gratuite, sur des êtres innocents. 

Au lieu d'écouter ce mouvement et ce désir de beaucoup de français de vivre sans ces horreurs et ses souffrances infligées aux animaux, juste pour le plaisir d'une minorité , M le préfet de l’Oise a choisi LA REPRESSION et soutient désormais toute action des chasseurs visant à se faire justice eux-mêmes afin de continuer à vivre selon leurs us et coutumes. 

Par ailleurs, M  Guy Harle d'Ophove affirme que toute personne n'aimant pas la chasse se doit de déménager et de quitter les villages forestiers, qui bien sûr selon lui, n'appartiennent qu'à une seule catégorie de citoyens : LES CHASSEURS. 

Ce discours, en plus de son caractère dictatorial et violent, atteint plus d'une liberté fondamentale du citoyen français:

- le droit de manifester et d'exprimer ses opinions,

- le droit de vivre à la campagne et dans les villages forestiers pour toute personne opposée à la chasse.

 En soutenant ces  propos dangereux, le préfet de l'Oise cautionne la violence contre des citoyens qui ne veulent que préserver la vie.

Il prône de même l'obligation d'abattre tout animal s'introduisant sur une zone urbaine. Ceci, alors que les habitants des villages ont souvent manifesté leur désir de protéger ces animaux.

 Comment un représentant de l'Etat peut-il à ce point ignorer le peuple au profit d'une caste minoritaire?

Comment un préfet peut-il cautionner l'emploi de la violence face à des militants pacifistes?

Comment peut-il mettre en place un dispositif tel que 'les chasseurs vigilants', tout en les incitant en même temps, à se faire justice eux-mêmes, alors qu'il s'adresse à des personnes munies d'armes ?

Il doit être le garant de la sécurité sur son territoire et non l'inverse.

Il doit par ailleurs respecter les libertés fondamentales des citoyens, ce qui n'est apparemment pas le cas.

 Pour rappel, la loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 relative à la DEONTOLOGIE et AUX DROITS et OBLIGATIONS des fonctionnaires:

 Art. 25.-Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l'exercice de ses fonctions, il est tenu à l'obligation de neutralité.

 Art. 25 bis.-I.-Le fonctionnaire veille à faire cesser immédiatement ou à prévenir les situations de conflit d'intérêts dans lesquelles il se trouve ou pourrait se trouver.

 Au sens de la présente loi, constitue un conflit d'intérêts toute situation d'interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou paraître influencer l'exercice indépendant, impartial et objectif de ses fonctions.

 Au vu des derniers évènements, le préfet Louis Le Franc, ne répond plus à aucune des obligations relatives à la DEONTOLOGIE et AUX DROITS et OBLIGATIONS des fonctionnaires.

Ses agissements sont de plus en plus dangereux pour nos concitoyens. Nous demandons de fait sa démission.

https://www.facebook.com/avapicardie/videos/1734101006647754/  



Anita compte sur vous aujourd'hui

Anita ESCA a besoin de votre aide pour sa pétition “Démission du préfet de l'Oise pour incitation à la violence”. Rejoignez Anita et 35 517 signataires.