Déclaration Contre l'Assemblée Africaine de la Jeunesse

Déclaration Contre l'Assemblée Africaine de la Jeunesse

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Dr. Samson LUNGI a lancé cette pétition adressée à la Commission de l'Union africaine et à

Nous, Leaders élus des Jeunes Africains:

Déclaration contre la création d’une Assemblée de la Jeunesse Africaine, pour la démission de la Commissaire des resources humaines, sciences et technologies  de l’Union Africaine et du chef de division de la jeunesse de la Commission de l’Union Africaine.


Nous, leaders élus des jeunes africains:


   ● Considérant que l’Afrique est le continent le plus jeune avec plus de 65% de sa population composée des jeunes;


   ● Faisons part de notre déception et de notre étonnement face aux tentatives récurrentes et systématiques  de marginalisation de la jeunesse africaine par la Commission de l'Union Africaine (CUA);


- Dénonçons le projet machiavélique de dédoublement de l'Union Panafricaine de la Jeunesse et des Conseils Nationaux de la Jeunesse par des organes non statutaires et non représentatifs ;


- Fustigeons les mauvaises pratiques au sein de la Commission de l'Union Africaine visant à paralyser le leadership de la Jeunesse Africaine;


- Reconnaissons les efforts déployés par l'Union Panafricaine de la Jeunesse et l'ensemble des conseils Nationaux de la Jeunesse, seules  structures officielles des jeunes aux niveaux continental et national;


-Dénonçons les manœuvres orchestrées  par l'Envoyée Spéciale pour la jeunesse du Président de la Commission de l'Union Africaine, Mademoiselle Aya Chebbi, utilisée par le département des ressources humaines, sciences et technologies de la Commission de l'UA pour défier l'Union Panafricaine de la Jeunesse et les leaders légitimes des jeunes Africains en général, dans le cadre du règlement des comptes avec l'UPJ, ce qui constitue un blocage orchestré par certains fonctionnaires de la Commission de l'UA au lieu de privilégier  la perspective des actions concrètes pour le développement de la jeunesse africaine dans le cadre de la mise en oeuvre des décisions de l'Union Africaine sur la jeunesse du Continent;


- Ne nous reconnaissons que dans l'Union Panafricaine de la Jeunesse, seule et unique structure formelle de prise de décision par et pour les jeunes africains, en sa qualité d'organe de cordination des organisations des jeunes et d'agence focale de l'Union Africaine en matière de la jeunesse ayant démontré sa maturité même pendant que la Commission de l'Union Africaine n'arrivait plus à la financer depuis  plus de 8 ans, handicapant ainsi sérieusement son fonctionnement;


- Redoublons de vigilance contre les manigances du département des ressources humaines, sciences et technologies de l'Union Africaine qui passe outre les structures formelles des États sur la jeunesse pour imposer la participation des jeunes de leur Choix aux  activités de l'Union Africaine relatives à la jeunesse, tout en ignorant superbement que l'Union Africaine ne vaut que ce que valent les États Membres;


- Constatons la méfiance du département des ressources humaines de la CUA sur la participation des élus des jeunes dans les instances décisionnelles de l'UA, dont l'Union Panafricaine de la Jeunesse et les Conseils Nationaux des jeunes, seules structures officielles de l'Union Africaine et des Etats membres;


- Renouvelons notre engagement à travailler ensemble avec la Commission de l'Union Africaine afin de réaliser l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, et à mettre en oeuvre la Charte Africaine de la Jeunesse ainsi que d’autres engagements régionaux et internationaux;


-Rappelons aussi la décision des États membres de l'UA en Algérie en 2018 s'opposant à la création d'une autre organisation continentale des jeunes telle que  proposée par le département des ressources humaines, sciences et technologies de la Commission de l'UA lors d'une réunion des Ministres Africains de la jeunesse tout en recommandant à la Commission de l’UA de devoir mettre fin aux conflits avec les leaders des jeunes africains;


- Dénonçons avec la dernière énergie la tendance insidieuse à se cacher derrière le  forum panafricain des jeunes, qui n'a même pas pu réunir 10% des représentants légitimes des jeunes des États membres de l'Union Africaine, en dehors des mouvements non officiels des jeunes de certains États invités en pompe dans l'objectif de défier les structures officielles des États membres de l'Union Africaine, en l'occurrence l'Union Panafricaine de la Jeunesse, agence focale statutaire de l'Union Africaine sur les questions des jeunes, et les Conseil Nationaux des Jeunes, seules structures officielles de la jeunesse au sein des États membres ;


- Rappelons également plusieurs tentatives du département des ressources humaines de la CUA pour la création d'une autre structure des jeunes au niveau continental, après avoir échoué de renforcer et rendre plus efficace l'Union Panafricaine de la Jeunesse structure existante des jeunes dans l'Union Africaine et les Conseil Nationaux des Jeunes au niveau des États;


- Rappelons que la création d'une assemblée des jeunes n'est pas l'initiative des jeunes des associations et mouvements non officiels choisis par le département des ressources humaines de la CUA pour participer au Forum Panafricain de la jeunesse à Addis Abeba à l'Union Africaine, mais plutôt un projet du département de ressources humaines de la CUA qui le fait endosser à l'envoyée spéciale du Président de la Commission de l'Union Africaine pour la jeunesse, qui, à son tour, l'imposera aux jeunes participants à ce forum dans l'optique de prétendre plus tard que l'initiative venait des jeunes Africains eux-mêmes. Une roublardise qui n'honore pas l'Union Africaine étant donné que l'initiative de la création d'une assemblée des jeunes est apparue dans le programme d'action 2019-2021 de l'envoyée spéciale du Président de la CUA sur la jeunesse, un mois avant la tenue de ce forum des jeunes qui a eu lieu à Addis Abeba du 24 au 27 Avril 2018, de connivence avec le département des ressources humaines. Il ne s'agit donc pas d'une  initiative émanant des jeunes africains... Il sied de rappeler que le forum panafricain des jeunes a été obtenu de haute lutte auprès des dirigeants africains par l'Union Panafricaine de la Jeunesse et les Conseils Nationaux des Jeunes qui seront finalement exclus en grande partie de ce Forum, fruit de leur lutte depuis Ndjamena au Tchad lors du Premier forum organisé sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Président Idris Deby;


- Demandons à la Commission de l'Union Africaine de mettre immédiatement fin aux conflits entre les leaders légitimes des jeunes sur le Continent, tel que recommandé par les États membres, mettant ainsi fin aux manoeuvres visant à déstabiliser davantage le leadership des jeunes sur le Continent;


- Demandons à la Commission de l'Union Africaine de respecter les décisions des États au service desquels elle est sensée oeuvrer au lieu de  décider intempestivement à la place des États en usurpant leur pouvoir et en violant les règles de base du fonctionnement de la Commission de l'Union Africaine;


-Appelons le Président de la Commission de l'UA à s'impliquer pour mettre fin à ces conflits artificiels créés  par le département des ressources humaines qui a eu visiblement à induire en erreur le Président de la Commission par tous les moyens;


- Rappelons que les différends entre les leaders des jeunes et le département de ressources humaines de la CUA ne date pas d'aujourd'hui, mais de longtemps. En effet les leaders des jeunes sont restés exigeants sur les actions de la Commission en faveur des jeunes. Quant aux fonctionnaires de la Commission au sein du  département des ressources humaines, sciences et technologies, plus précisément de la division de la jeunesse, ils accusent une incompétence qui dessert les actions de l'Union Africaine en faveur de la jeunesse en se contentant d'inviter les jeunes qui viennent acclamer et non ceux qui sont fondés à exiger des comptes sur le travail qui est fait en leur faveur. La division de la jeunesse a toujours eu peur d'affronter les leaders des jeunes éveillés sur les questions des jeunes en évitant toute contradiction sur leurs mauvaises pratiques;


- Demandons l'implication des Chefs d'États et de gouvernements pour mettre fin à cette mauvaise pratique de la Commission de l'Union Africaine en vue de  préserver les acquis des pères fondateurs de l'Union Panafricaine de la Jeunesse depuis 1962 en tant que plateforme préfigurant la création de l'Union Africaine elle-même une année plus tard ;


- Rappelons que les hommes passent et les institutions restent;


- Appelons la Commission de l'Union Africaine à rendre plus efficace l'Union Panafricaine de la Jeunesse en finançant son fonctionnement comme par le passé, étant entendu qu'il y'a de cela 8 ans depuis que la Commission ne finance plus l'UPJ;


-Appelons la Commission de l'UA à garantir l'implication des structures formelles des jeunes des États membres dans les activités de l'Union Africaine sur la jeunesse;


- En cas de non résolution des conflits opposant les leaders des jeunes africains à la  Commission de l'UA, plus précisément au département des ressources humaines, nous Exigeons la démission de la Commissaire des ressources humaines, sciences et technologies  de la Commission de l'Union Africaine et de la directrice de la division en charge de la jeunesse de ce même département, pour leur implication avérée dans des manoeuvres visant à déstabiliser les jeunes Africains, au mépris des règles de fonctionnement de la Commission de l'Union Africaine;


- Rappelons que c'est le Département en charge des resources humaines qui encadre les jeunes femmes volontaires victimes de harcèlement sexuel au sein de  la Commission de l'Union Africaine (Sex for Job).

Leaders des structures officielles des jeunes Africains.

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !