A CALL TO ACTION FOR ALL AFRICAN LEADERS- APPEL À L'ACTION POUR TOUS LES LEADERS AFRICAINS

A CALL TO ACTION FOR ALL AFRICAN LEADERS- APPEL À L'ACTION POUR TOUS LES LEADERS AFRICAINS

0 have signed. Let’s get to 2,500!


(Veuillez faire défiler vers le bas pour la traduction française) ___________________________

This is an open letter to the AU from a collective of African youth. It is a call for our leaders to do better by our people, by Africa, by our planet. Climate change is not a distant reality, we can see it today, right here on the continent. We are concerned that the AU and our leaders are yet to internalize the great threat that this poses to the African people. This means that, while the world makes the shift to a more sustainable future- in nations that are not as vulnerable as Africa- our people like sitting ducks, remain exposed to great risk.


The issue of climate change in Africa, is a long story, but the following are some highlights:

  • Africa is the most vulnerable continent on the planet, with regard to climate change.
  • Research shows that the swarms of locusts, the floods, the droughts, the forest fires (and who knows what other extreme weather events are yet to rock the continent) will continue to occur; more frequent and more intense. These affect agriculture and food security, water quality and scarcity on the continent, among other things.
  • It goes beyond food security and our economies, climate change is causing civil unrest; the shrinking Lake Chad, a result of the changing climate, has contributed to hostility in the adjacent communities. In Somalia and the DRC (persistent militia presence), this continues to exacerbate already existing hostilities, leading to climate migration. Climate change will affect everything.
  • There were forest fires in the Congo that went unreported, yet the Australian fires became a global plea. This points to the problem of media blackout, that Africa is often dealt. It also points to the fact that it’s time for Africa to deal with her problems.
  • Africa being the most vulnerable to these events, also means that this continent’s peoples will suffer the most. We would imagine, at some point, your love for yourself, your people, Ubuntu, would call you to action. In the absence of that, the youth are here to demand it. You woke the sleeping giant, the African youth.
  • There are young activists from across the continent, who are trying to call attention to Africa’s problems and vulnerabilities, trying to get the world to reckon with the needs of the continent; but this is saddening because we have the solutions right here in Africa. Do not continue to belittle our genius, your own genius. Africa was not born poor; we are just asking to be restored to our former glory.

The youth leadership wants to change Africa. But we can’t do it alone. Africa is home to a host of creative, passionate, driven and knowledgeable people, and we can all help in the fight to protect our land:

  • Awareness: activism is currently an active point of action, this is being done by young Africans, some of whom have quit school to do this. While this might seem like a show of defiance, I would like you to understand that this form of activism is global, it is not by irresponsible children, in fact, probably the exact opposite. They can hear what the planet is trying to say, and they are worried that there might not be a tomorrow for them, let alone their children. 
  • Media coverage: there could be other things around the continent, climate events, that are going unreported just like the Congo forest fires. It is becoming more and more evident that climate change is affecting the planet in ways we do not fully understand, some are discovered, and others are yet to be discovered. For solutions to see the light of day, those that are already evident (effects of climate change) need to be brought to peoples’ attention. There is a lack of appreciation for the bigger picture with regard to climate change, right here in Africa
  • Political will: if people in leadership understood the actual risk that climate change poses, all discussions on the economy, security, politics, social matters etc, would be reframed while some issues possibly took a back seat. The awareness that without a liveable planet, or the possibility of humans becoming extinct, would render all these things irrelevant. 
  • Inclusion: all peoples especially those in rural areas, need to be made aware of climate change as a coordinated global event, as opposed to separate events that they experience on and off. They are at a loss and have become less reliant on indigenous knowledge; the traditional knowledge on weather patterns, that their communities have developed over time. However, a proper understanding of climate change would empower them with a new perspective on how best their knowledge could serve them today. Public Private Partnerships could prove useful in ensuring that this information is well disseminated to our communities
  • Research and technology: Some of the solutions to climate change already exist, we just need to implement them. For example, planting trees. Ethiopia showed the world that it is possible to have a solution and implement it, when they planted 350 million trees in one day. This made them instant heroes. Another example is renewable energy. Knowing that burning charcoal (an activity that is widespread in Africa) produces nitrous oxide (a greenhouse gas 300 times stronger than CO2), would result in better energy alternatives for Africa. On top of that, understanding needs that are specific to Africans, would lead to truly African solutions. This would further encourage solutions that are locally sourced and made. 
  • Climate emergency declaration: if developed countries have recognized climate change as a threat to the ‘life of the nation’, how is it possible that the same is not acknowledged for the most vulnerable people on the planet?
  • School curriculum: it is important to increase and spread awareness to everyone starting from schools. This is a subject that has scientific backing and should be taught in school as a take on very current affairs.
  • Protect our land: Our forefathers passed down a rich cultural heritage that we experience to date; from our food, to language, to clothes, to homes, to how we play, how we teach, how we live. We need to protect this essence of everything that makes us, everything that makes Africa. We need to protect our land.
  • Just green recovery: With regard to covid-19, we are aware that African leaders endorsed a covid recovery plan (inclusive of climate resilience), and we include this and all other recommendations made retroactively or preemptively as we say, 'these proposals are all equally matched by great expectations from the African people'.

We bring these concerns to the AU because you have a platform where matters that affect Africa are ratified by member states making them valid across the continent. We therefore hope that the platform will initiate climate change governance for targeted climate action, as well as foster measures to increase the adaptive capacity of the African people. Adaptation would reduce exposure to climate risks for our communities, empowering them to navigate climate change better. 

Let these measures be embodied within and without all our African institutions as a new fight for a new dawn. 

Protect our land!

Yours sincerely,

Continental Coalition of African Activists

 

In solidarity with Save Nairobi National Park (see petition here: https://bit.ly/3eGbV0I

Some actions that run on Africa Day:

_______________________________________

Français 

UN APPEL À L'ACTION POUR TOUS LES LEADERS AFRICAINS

Il s'agit d'une lettre ouverte à l'UA d'un collectif de jeunes africains. C'est un appel à nos dirigeants pour qu'ils fassent mieux par notre peuple, par l'Afrique, par notre planète. Le changement climatique n'est pas une réalité éloignée, nous pouvons le voir aujourd'hui, ici même sur le continent. Je crains que l'UA et nos dirigeants n'aient encore intériorisé la grande menace que cela représente pour le peuple Africain. Cela signifie que, alors que le monde s'oriente vers un avenir plus durable - dans des pays qui ne sont pas aussi vulnérables que l'Afrique - notre peuple, comme les canards assis, reste exposé à de grands risques.

La question du changement climatique en Afrique est une longue histoire, mais voici quelques faits saillants:


● L'Afrique est le continent le plus vulnérable de la planète en ce qui concerne le changement climatique.

● La recherche montre que les essaims de criquets, les inondations, les sécheresses, les incendies de forêt (et qui sait quels autres événements météorologiques extrêmes doivent encore secouer le continent) continueront de se produire; ils seront plus fréquents et plus intenses. Celles-ci affectent, entre autres, l'agriculture et la sécurité alimentaire, la qualité de l'eau et la rareté du continent.

● Cela va au-delà de la sécurité alimentaire et de nos économies, le changement climatique provoque des troubles civils; le rétrécissement du lac Tchad, résultat du changement climatique, a contribué à l'hostilité des communautés adjacentes. En Somalie et en RDC (présence persistante des milices) , cela continue d'exacerber les hostilités déjà existantes, entraînant une migration climatique. Le changement climatique affectera tout.

● Il y a eu des incendies de forêt au Congo qui n'ont pas été signalés, mais les incendies australiens sont devenus un plaidoyer mondial. Cela met en évidence le problème de la coupure des médias, que l'Afrique est souvent traitée. Cela montre également qu'il est temps pour l'Afrique de régler ses problèmes.

● L'Afrique étant la plus vulnérable à ces événements, cela signifie également que les peuples de ce continent souffriront le plus. J'imagine qu'à un moment donné, votre amour pour vous-même, votre peuple, Ubuntu, vous inciterait à passer à l'action. En l'absence de cela, les jeunes sont là pour l'exiger. Vous avez réveillé le géant endormi, la jeunesse africaine.

● Il y a de jeunes militants de tout le continent, qui essaient d'attirer l'attention sur les problèmes et les vulnérabilités de l'Afrique, essayant d'amener le monde à tenir compte des besoins du continent; mais c'est triste parce que nous avons les solutions ici en Afrique. Ne continuez pas à rabaisser notre génie, votre propre génie. L'Afrique n'est pas née pauvre; nous demandons simplement de retrouver notre ancienne gloire.

Le leadership des jeunes veut changer l'Afrique. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls. L'Afrique abrite une multitude de personnes créatives, passionnées, motivées et bien informées, et nous pouvons tous aider dans la lutte pour protéger notre terre:

Conscience: l'activisme est actuellement un point d'action actif, cela est fait par de jeunes Africains, dont certains ont quitté l'école pour le faire. Bien que cela puisse sembler une démonstration de défi, j'aimerais que vous compreniez que cette forme d'activisme est mondiale, ce n'est pas par des enfants irresponsables, en fait, probablement exactement le contraire. Ils peuvent entendre ce que la planète essaie de dire et ils craignent qu'il n'y ait pas de lendemain pour eux, sans parler de leurs enfants.

Couverture médiatique: il pourrait y avoir d'autres choses sur le continent, des événements climatiques, qui ne sont pas signalés, tout comme les incendies de forêt au Congo. Il devient de plus en plus évident que le changement climatique affecte la planète d'une manière que nous ne comprenons pas pleinement, certains sont découverts et d'autres restent à découvrir. Pour que les solutions voient le jour, celles qui sont déjà évidentes (effets du changement climatique) doivent être portées à la connaissance des populations. Il y a un manque d'appréciation pour la vue d'ensemble du changement climatique, ici en Afrique

Volonté politique: si les dirigeants comprenaient le risque réel que pose le changement climatique, toutes les discussions sur l'économie, la sécurité, la politique, les questions sociales, etc., seraient recadrées tandis que certaines questions pourraient éventuellement prendre un siège arrière. La prise de conscience que sans une planète vivable, ou la possibilité de l'extinction des humains, rendrait toutes ces choses non pertinentes.

Inclusion: tous les peuples, en particulier ceux des zones rurales, doivent être sensibilisés au changement climatique car après tout, ils sont la plus grande population du continent et les plus vulnérables. Ils ont besoin de savoir ce qui arrive à la planète et à leur maison.

Recherche et technologie: Certaines solutions au changement climatique existent déjà, il suffit de les mettre en œuvre. Par exemple, planter des arbres. L'Éthiopie a montré au monde qu'il était possible d'avoir une solution et de la mettre en œuvre, en plantant 350 millions d'arbres en une journée. Cela en a fait des héros instantanés. Un autre exemple est l'énergie renouvelable. Sachant que la combustion du charbon de bois (une activité répandue en Afrique) produit du protoxyde d'azote (un gaz à effet de serre 300 fois plus fort que le CO2), il en résulterait de meilleures alternatives énergétiques pour l'Afrique. En plus de cela, la compréhension des besoins spécifiques aux Africains conduirait à des solutions vraiment africaines. Cela encouragerait davantage les solutions d'origine et de fabrication locales.

Déclaration d'urgence climatique: si les pays développés ont reconnu le changement climatique comme une menace pour la «vie de la nation», comment est-il possible que cela ne soit pas reconnu pour les personnes les plus vulnérables de la planète?

Programme scolaire: il est important d'augmenter et de sensibiliser tout le monde à partir des écoles. Il s'agit d'un sujet qui a un soutien scientifique et devrait être enseigné à l'école comme un point de vue sur des affaires très actuelles.

Protégez notre terre: Nos ancêtres ont transmis un riche patrimoine culturel que nous connaissons à ce jour; de notre nourriture, à la langue, aux vêtements, aux maisons, à la façon dont nous jouons, comment nous enseignons, comment nous vivons. Nous devons protéger cette essence de tout ce qui fait de nous, de tout ce qui fait l'Afrique. Nous devons protéger nos terres.

Une récupération juste verte: En ce qui concerne Covid-19, nous sommes conscients que les dirigeants Africains ont approuvé un plan de rétablissement de Covid (y compris la résilience climatique), et nous incluons cela et toutes les autres recommandations formulées rétroactivement ou préventivement comme nous le disons, 'ces propositions sont toutes égalées par de grandes les attentes du peuple Africain'.

Nous portons ces préoccupations à l'attention de l'UA parce que vous disposez d'une plateforme où les questions qui affectent l'Afrique sont ratifiées par les États membres, ce qui les rend valables. Nous espérons donc que la plateforme initiera la gouvernance du changement climatique pour une action climatique ciblée, ainsi que des mesures d'encouragement pour accroître la capacité d'adaptation des Africains. L'adaptation réduirait l'exposition aux risques climatiques pour nos communautés, leur permettant de mieux gérer le changement climatique.


Que ces mesures soient incarnées à l'intérieur et à l'extérieur de toutes nos institutions africaines comme un nouveau combat pour une nouvelle aube.

Protégez notre terre.

Cordialement,
le leadership des jeunes Africains

 

En solidarité avec Save the Nairobi National Park (voir la pétition ici: https://bit.ly/3eGbV0I