COVID-19: Le Québec doit se préparer à une 4e vague pour éviter un autre confinement

COVID-19: Le Québec doit se préparer à une 4e vague pour éviter un autre confinement

0 have signed. Let’s get to 1,000!
At 1,000 signatures, this petition is more likely to be featured in recommendations!

Carl-Etienne Juneau, PhD started this petition to Gouvernement du Quebec

CARL-ETIENNE JUNEAU, DOCTEUR EN SANTÉ PUBLIQUE, ET PLUS DE 20 SIGNATAIRES MÉDECINS, ÉPIDÉMIOLOGISTES ET SCIENTIFIQUES EN SANTÉ PUBLIQUE

[Nous avons aussi donné des entrevues à Paul Arcan, Mario DumontRadio-Canada et ailleurs - voir liste complète au bas.]

Le 18 mai, le Dr Horacio Arruda a affirmé qu'une 4e vague de Covid est «possible» mais «peu probable» au Québec. À propos du variant delta (indien), il a ajouté: «Il semblerait que ce variant-là est beaucoup plus transmissible, mais qu'il répond quand même aux vaccins dans la majorité des cas.» On pourrait donc penser qu’il n’y aura pas de 4e vague de Covid au Québec.

Pour en avoir le cœur net, le 9 juin, nous avons examiné les courbes épidémiques des 20 pays les plus vaccinés au monde (deux doses). Des pays comme l'Angleterre (vacciné à 42%), le Chili (45%), la Mongolie (49%), Bahreïn (49%) et les Seychelles (67%). Hélas, 5 des 20 pays les plus vaccinés subissent actuellement une vague de Covid. Ce sont les cinq nommés ci-dessus.

On peut aussi examiner les résultats préliminaires d’études scientifiques. Elles suggèrent que les vaccins seraient moins efficaces contre certains variants. Par exemple, selon une étude de la Santé publique de l’Angleterre, on serait protégé contre le variant dit indien à seulement 33% après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer (et à 88% après avoir reçu deux doses). De même, on serait protégé contre le variant sud-africain à seulement 10% après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, même après deux doses, selon une étude publiée dans le réputé New England Journal of Medicine. L'Afrique du Sud a d'ailleurs mis de côté le vaccin AstraZeneca (elle utilise maintenant les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer).

Alors, est-ce que les vaccins sont inutiles? Bien sûr que non. Les personnes vaccinées sont moins malades et meurent moins de la Covid, peu importe le variant. Mais force est de constater que leur protection varie. Et que même les pays les plus vaccinés au monde ne sont pas à l'abri de nouvelles vagues de Covid. Aussi, il faut le dire: nous ne vaccinerons pas toute la population. Certaines personnes hésitent. D’autres refusent carrément. Et d'autres encore ne peuvent pas l’être, pour des raisons médicales. En cas de 4e vague, comment les protéger sans reconfiner tout le monde?

On peut s'inspirer des pays qui contrôlent le mieux la pandémie. Dans ces pays, relativement peu de gens sont décédés de la Covid. Mentionnons la Nouvelle-Zélande (26 décès en tout), Singapour (34 décès), le Viêt Nam (55 décès), le Cambodge (278 décès), Taïwan (308 décès), l’Australie (910 décès), la Thaïlande (1297 décès) et la Corée du Sud (1977 décès). Prenons le cas de l’Australie. Ce pays a près de trois fois la population du Québec (25.4 contre 8.5 millions d’habitants). Or, seulement 910 personnes y sont décédées (contre 11 164 au Québec). Il y a donc eu près de 38 fois plus de décès par million d’habitants au Québec qu’en Australie. Fait remarquable, il y a eu moins de confinement en Australie qu’au Québec et seulement 2.49% des Australiens ont reçu deux doses d’un vaccin Covid. Plus près de chez nous, le Canada se classe dans le premier tiers des pays les plus endeuillés au monde. Le Québec fait encore pire, avec près de deux fois les décès de l'Ontario et quatre fois les décès de la Colombie-Britannique. Et ce, malgré des mois de confinement.

En cas de 4e vague au Québec, ferons-nous mieux? S’il doit y avoir une 4e vague, on peut s'attendre à ce qu'elle frappe à l’automne 2021 (en septembre ou en octobre). Heureusement, grâce aux vaccins, on peut aussi s’attendre à ce qu’elle soit moins grave et moins mortelle que les précédentes. Mais nous devrons réagir quand même. Que ferons-nous? Confiner? À quel prix? Sur le plan économique seulement, pour l'année 2020-2021, le Québec anticipe déjà un déficit de 13,3 milliards $.

L'objectif souhaité par tout le monde doit être d'assurer le contrôle de l’épidémie sans retourner en confinement. Pour y arriver, on peut notamment:

  1. Mieux contrôler les entrées aux frontières (incluant celles avec les provinces canadiennes, en particulier quand les cas remontent)
  2. Dépister les cas et isoler leurs contacts plus rapidement
  3. Permettre aux laboratoires régionaux de cribler les variants
  4. Faciliter l’accès aux tests de dépistages rapides antigéniques (en Slovaquie, ces tests ont permis de réduire la transmission de 70%)
  5. Appuyer les quartiers défavorisés les plus touchés
  6. Mieux ventiler nos écoles et nos lieux de travail

Plus ces mesures seront appliquées, plus on éloignera le confinement. De nombreux pays donnent déjà l’exemple. Si vous désirez encourager nos dirigeants à s’inspirer de ces pays et à faire preuve de davantage de transparence, vous pouvez signer et faire circuler cette pétition. Vous pouvez la partager avec l'adresse petitioncovid.com.

Nous invitons aussi les lecteurs à se faire vacciner complètement (deux doses). Nous avons l’été pour nous préparer (trois mois). Il n'en tient qu'à nous.

Carl-Etienne Juneau, PhD
Docteur en santé publique
carl-etienne.juneau@umontreal.ca

Et plus de 20 signataires médecins, épidémiologistes et scientifiques en santé publique:

Roxane Borgès Da Silva, PhD
Professeure, École de santé publique, Université de Montréal

Marie-Pascale Pomey, MD PhD
Professeure, École de santé publique, Université de Montréal

Richard Marchand, MD
Infectiologue, Institut de Cardiologie de Montréal

François Béland, PhD
Professeur, École de santé publique, Université de Montréal

Bryn Williams-Jones, PhD
Professeur, École de santé publique, Université de Montréal

Maximilien Debia, PhD
Professeur, École de santé publique, Université de Montréal

Ludwig Vinches, PhD
Professeur, École de santé publique, Université de Montréal

Marc-André Verner, PhD
Professeur, École de santé publique, Université de Montréal

Jean-Sébastien Fallu, PhD
Professeur, École de psychoéducation, Université de Montréal

Maude Laberge, PhD
Professeure, Université Laval

Valérie Hurteloup, MD
Urgentologue, Institut de Cardiologie de Montréal

Alain Vadeboncoeur, MD
Urgentologue, Institut de Cardiologie de Montréal

Benoit Trottier, MD
Professeur agrégé de clinique, Département de médecine familiale, Université de Montréal

Joseph Dahine, MD MSc
Intensiviste

Amélie Boisclair, MD
Interniste-intensiviste

Michel Belley, MSc
Président, Sceptiques du Québec

Les 8 signataires suivants sont aussi membres du collectif COVID-STOP:

Marie-Michelle Bellon, MD
Spécialiste en médecine interne, médecin en unité COVID-19

Bruno Bernardin, MD
Spécialiste en médecine d’urgence

Anne Bhéreur, MD
Spécialiste en médecine de famille

Nimâ Machouf, PhD
Chargée d’enseignement clinique, École de santé publique, Université de Montréal

Michel Camus, PhD
Épidémiologiste retraité de Santé Canada

Stéphane Bilodeau, ing., PhD
Ingénieur et docteur en génie mécanique

Manuelle Croft, ingénieure

Nancy Delagrave, physicienne

* * *

ENTREVUES / NOUVELLES

0 have signed. Let’s get to 1,000!
At 1,000 signatures, this petition is more likely to be featured in recommendations!