NON aux poulets industriels sur la commune de Corroy-le-château

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Ce type d’élevage intensif de 20 poulets par m2 (soit moins d'une feuille A4 pour vivre par poulet), serrés pendant 42 jours dans un espace clos, piètrement conditionné, et sur une litière de paille accumulant les fientes n’est plus actuellement admissible. La production d’un tel produit dans telles conditions ne correspond plus à l’attente de tout un chacun.

Notre société, à l’heure actuelle, veut un respect du bien-être animal et un retour à l’écoute de la nature et de ses bienfaits.

De plus, ce type d’élevage induit un certain nombre de nuisances pour chacun d’entre nous :

> Importantes nuisances olfactives : odeurs nauséabondes permanentes de l’élevage, accentuées lors du chargement des poulets, des stockages et des épandages d’effluents sur les terres environnantes.

> Nuisance sonore liée au fonctionnement continu des ventilateurs et au charroi obligatoire qui viendra perturber la quiétude recherchée par tous : le bruit est devenu un polluant majeur.

> Nuisances diverses dues aux nombreux charrois (approvisionnement en nourriture et en volaille à engraisser puis à abattre) : risque d’accident accrus, dégradation de la voirie, bruit, vibrations, transports de volailles.

> Alors que l’eau devient un bien très précieux, cette consommation accrue peut impacter la nappe aquifère. L’élimination des eaux usées et contaminées par l’ammoniaque des fientes et les diverses substances médicamenteuses ou autres utilisées pour assurer la production, peut malgré tout contaminer nos eaux de surface. Les poussières nocives, produites par l’exploitation, se déposeront, au gré des vents, sur les biens de chacun. L’habitat modifié va perturber le comportement des oiseaux et des animaux.

> Ce genre d’élevage pose un problème de santé publique : celui de l’usage massif d’antibiotiques et de la résistance des bactéries pathogènes que cela induit.

 

> En élevage industriel, les poulets sont sélectionnés pour produire beaucoup de chair en un minimum de temps. Ils sont issus d’une souche de la sous-espèce d’oiseaux Gallus gallus, sélectionnée génétiquement essentiellement dans un objectif de rentabilité. Le poulet de chair Rosse est la race la plus fréquemment utilisée en Belgique. Cette course à la croissance porte sans surprise préjudice à la santé et au bien-être des jeunes poulets, occasionnant notamment des déformations osseuses. En conséquence, beaucoup souffrent de douloureux problèmes de pattes (boiteries, ou en position de grand écart).

Un tel projet va également à l'encontre des projets de transition de la ville de Gembloux. Il serait préférable de proposer à la famille Pilet des alternatives plus respectueuses de l’environnement et du bien-être anima comme l’élevage de poulets en plein air ou le bio.



Ludivine compte sur vous aujourd'hui

Ludivine JANSSENS a besoin de votre aide pour sa pétition “corroy-le-château: NON aux poulets industriels sur la commune de Corroy-le-château”. Rejoignez Ludivine et 739 signataires.