Contre la prescription de crime quel qu'il soit

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Aujourd'hui, il est possible pour des personnes ayant commis des crimes d'échapper à la justice grâce au délai de prescription : des personnes ayant violé ou tué peuvent compter sur ce délai de prescription pour se prémunir de leurs agissements...

Quelqu'un a tué il y a 15 ans ? Si les preuves n'interviennent qu'aujourd'hui, après 15 ans, alors cette personne ressortira libre pour le motif de prescription...

Une personne a-t-elle violé ? De la même façon, elle sera libre car il y aura prescription...

Je souhaite, et demande à mes concitoyens de me soutenir dans cette action, que tout acte répréhensible soit jugé quel que soit le délai; je demande que la prescription n'existe pas; en effet, une personne ayant été victime a le droit d'obtenir réparation quel que soit le délai entre sa plainte et le jugement de son bourreau !

Si les services de police ne peuvent parvenir à une arrestation et un jugement dans les temps impartis, il n'appartient pas aux victimes ou à leurs familles d'en payer le prix !

Lorsque l'on a subi un préjudice, peu importe que les forces de l'ordre mettent un an ou vingt ans pour arrêter le responsable... Lorsqu'on est victime, c'est à vie !!

Je demande que chaque victime soit reconnue et écoutée !

Qu'elle soit indemnisée, quel que soit le délai de prescription : n'importe qui peut donc être violé ou assassiné sans réparation possible ?

Non !! Les victimes doivent être reconnues, défendues, et indemnisées, sans attendre le jugement; en effet, lorsque l'accusé se suicide - ce qui arrive parfois - les victimes voient l'affaire classée car il n'y a plus d'accusé...

Est-ce normal ?

Non ! Ca n'est pas "normal" : lorsque quelqu'un a subi des violences quelles qu'elles soient, il a droit à un procès et une indemnisation.

Et si le présumé coupable met fin à ses jours, alors il est impensable que cet acte mette fin au jugement : les victimes ont le droit à être indemnisées pour ce qu'elles ont subi, peu importe que leur bourreau soit vivant ou non.

Je demande donc que toute victime soit indemnisée dans les plus brefs délais, sans attendre le prononcé du jugement, et ceci afin que les victimes ne soient pas flouées par d'éventuels suicides de leurs bourreaux ou appels à répétition devant la justice.

Dès l'instant où un accusé est reconnu coupable, ses victimes doivent être reconnues et dédommagées.

 

 



Corinne compte sur vous aujourd'hui

Corinne CAUBERT a besoin de votre aide pour sa pétition “Corinne Caubert: Contre la prescription de crime quel qu'il soit”. Rejoignez Corinne et 4 signataires.