Contre le nom de "Manitas de Plata" pour le Conservatoire de Thau Sète

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Par la presse, je viens d’apprendre avec stupéfaction et effroi que le magnifique conservatoire de Sète imaginé par Rudy Ricciotti va porter le nom de Manitas de Plata !

Dois-je rappeler qu’un conservatoire de musique est un lieu d’apprentissage de la musique : on y apprend le solfège, la pratique des instruments et l’histoire de la musique. Je n’ai rien contre Manitas de Plata, rien non plus contre son talent que je suis d’ailleurs bien incapable de définir, contrairement à celui de Gabriel Fauré, de Maurice Ravel et d’autres encore, mais je sais comme nous tous passionnés de musique et de culture que la majorité des conservatoires de France n’ont pas de nom, et lorsqu’ils en ont un, il s’agit toujours de celui d’un musicien classique. Mélanger l’origine d’un artiste comme Manitas, la nature particulière et toujours improvisée de sa musique pour en faire le nom d’un conservatoire, c’est nier même l’essence même de la musique qui s’apprend en ce lieu : une musique savante, témoin toujours attentif et précieux des signifiants culturels et politiques et d’une société, voire d’un monde et de son évolution.

Je me suis livré à une petite enquête concernant les conservatoires de ce pays, et il est clair que lorsqu’un conservatoire porte un nom, ce dernier a souvent, mais pas toujours, un rapport de proximité avec un musicien qu’il soit instrumentiste, compositeur ou les deux à la fois. Ainsi le conservatoire de Marseille porte le nom de Pierre Barbizet, immense pianiste classique marseillais qui a été le premier grand professeur d’Hélène Grimaud, notre virtuose nationale. Celui de Bayonne s’appelle Maurice Ravel. Très souvent, s’il n’y a pas de proximité, le nom choisi est celui de grand compositeur français ou instrumentiste célèbre français. Paris qui a vu naître nombre de grands compositeurs n’a pas eu de difficultés à baptiser ses conservatoires : Rameau, Nadia et Lili Boulanger, Satie, et bien d’autres encore… Quelques exceptions à Paris où des conservatoires ont pris le nom du divin Mozart ! Mais qui s’en plaindrait ? Je n’ai pas trouvé de conservatoire qui ait pris le nom d’un chanteur de variétés fut-il de veine classique, et je pense à Gibert Bécaud ou Léo Ferré ! Le conservatoire est un lieu de travail et d’apprentissage, c’est une école de musique où l’on apprend des choses savantes et techniques, comme ailleurs on apprend les sciences, la littérature, la médecine ou encore l’architecture. Le nom de Manitas de Plata est donc complètement inapproprié et ce n’est pas faire injure à son talent que de dire cela ! Je sais bien que dans une atmosphère suffocante de déliquescence le Prix Nobel a été décerné à Bob Dylan alors que dans le même temps l’immense écrivain américain Philip Roth récemment disparu était ignoré ! Plus grand-chose ne m’étonne donc dans ce domaine ! De plus, le rayonnement de ce conservatoire intercommunal, à qui on peut prédire un bel avenir et une influence décisive sur le rayonnement l’action culturelle autour de du bassin de Thau, peut évoluer et s’étendre à un territoire plus large encore, ce qui milite en faveur d’un nom consensuel. Mais de grâce, ce nouvel établissement d’enseignement artistique dont la fonctionnalité et l’efficacité ne devrait rien céder à une esthétique hardie et réussie mérite une belle adéquation entre sa mission et son histoire. Ou bien, il n’a pas de nom, sauf bien entendu celui de Thau Agglopôle Méditerranée, ou bien on trouve un nom de compositeur français. Et je pense à celui de Lili Boulanger décédée en 1918, il y a donc un siècle, à l’âge de 25 ans ! De plus, c’est une femme, une immense dame de la musique française, aujourd’hui totalement oubliée par les autorités culturelles du pays.

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs des affaires culturelles, je vais communiquer mon inquiétude aux journaux locaux et régionaux, aux radios locales qui ont encore le souci culturel dans leurs gênes et au Ministère de la Culture afin de provoquer un débat sur ce sujet que je juge, ni innocent, ni dérisoire. Je vous remercie pour votre attention en espérant que mon initiative permettra d’ouvrir une réflexion sur le sujet.

Max Trébosc



Max compte sur vous aujourd'hui

Max TRÉBOSC a besoin de votre aide pour sa pétition “Contre le nom de "Manitas de Plata" pour le Conservatoire de Thau Agglopôle Méditerranée”. Rejoignez Max et 152 signataires.