Contre l'injustice subie par les redoublants de terminale

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Depuis une circulaire ministérielle parue en septembre 2016, les candidats au baccalauréat général et technologique qui repassent l'examen après un échec peuvent demander à conserver des notes supérieures à 10 sur 20. Cette mesure concerne principalement des élèves redoublant l'année de terminale. Mais le 31 mars dernier, suite à un recours déposé par l'association SOS Éducation, le Conseil d’État a décidé que ces élèves seraient privés de mention.

La circulaire sur la conservation des notes, imposée à marche forcée par le ministère, était loin de faire l'unanimité parmi nous :

- Certains s'y opposaient, dénonçant l'émergence d'un lycée et d'un baccalauréat "à la carte", visant avant tout à faire des économies budgétaires et non à permettre aux élèves de progresser ;
- D'autres la trouvaient plutôt bénéfique, permettant d'aider les élèves redoublants en réduisant leur charge de travail ;
 - D'autres encore, tout en accueillant positivement le principe de la conservation des notes, contestaient sa mise en œuvre : pour réellement encourager les élèves à réussir, il aurait été préférable qu'ils repassent toutes les épreuves, mais avec la possibilité de garder la meilleure des deux notes obtenues pour chaque épreuve.

En revanche, face à la décision du Conseil d'Etat, notre position est unanime : il est inacceptable que les règles changent en cours d'année, et qu'elles se retournent contre les élèves qui étaient censés en bénéficier. Lorsqu'ils se sont inscrits au baccalauréat et ont choisi de conserver les notes supérieures à 10 obtenues l'an dernier, les élèves concernés ne savaient pas que cette décision pourrait les priver de mention : ils se retrouvent aujourd'hui pris au piège et victimes d'une injustice flagrante. Cela fait également courir le risque d'une démotivation pour certains d'entre eux, à quelques semaines du baccalauréat.

Le ministère de l'éducation est responsable de cette situation scandaleuse, car il a mis en œuvre cette réforme dans la précipitation, sans s'interroger sur ses conséquences réelles sur les élèves, ni sur les failles juridiques qu'elle comportait.

Aussi nous exigeons :

1) que les élèves redoublants ayant conservé des notes puissent accéder aux mentions au baccalauréat 2017 (la décision du Conseil d’État ne pouvant s'appliquer de façon rétroactive) ;

2) qu'une réelle concertation s'engage sur les conditions du baccalauréat 2018 pour les élèves redoublants.



Contre l'injustice subie compte sur vous aujourd'hui

Contre l'injustice subie PAR LES REDOUBLANTS DE TERMINALE a besoin de votre aide pour sa pétition “Contre l'injustice subie par les redoublants de terminale - Signez la pétition !”. Rejoignez Contre l'injustice subie et 85 signataires.