Non aux 650.000 Fcfa à L'INPTIC et Oui au départ d'AHAVI et à la régularisation des profs.

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Une réunion s’est tenue le mercredi 19 septembre au sein de l’Institut National de la Poste, des Technologies de l’information et de la Communication (INPTIC), entre la Direction et les étudiants. Au cours de cette rencontre, Claude Ahavi, le directeur général, a annoncé des mesures non favorables pour les apprenants. Ces derniers ont fermé l’entrée de l’institut durant un court moment.

Pour cette première réunion après les vacances, Claude Ahavi a fait part à ses étudiants des nouvelles mesures qui devraient permettre de débuter le quatrième semestre : « Les étudiants devront payer une somme de 150 milles francs CFA pour terminer le semestre et 500 milles pour l’année prochaine. Compte tenu des manquements observés dans le fonctionnement de l’établissement, les concernés ont exprimés leur colère. Les étudiants se sont mobilisés pour manifester leur mécontentement. Ils ont exhibé une pancarte sur laquelle était inscrit : « non au 650 milles francs. On veut le départ du Directeur général et sa famille ». 

Non rémunérés depuis quatre ans, les enseignants vacataires de cette grande école ne viennent plus au cours régulièrement. Les enseignements ne sont donc pas vraiment fait dans leur plénitude. Le directeur a expliqué que l’argent servirait à régler les impayés ainsi que les frais de soutenances des deuxièmes et troisièmes année. « Aucune condition ne s’améliore. Aujourd’hui, notre directeur vient nous faire part de certaines décisions ; nous devrions payer pour la fin de notre semestre une somme de 150 milles francs et pour l’année prochaine une somme de 500 milles francs. Nous ne sommes pas en position de l’accepter, car l’enseignement n’est pas suivi comme il le faut ! Pourquoi payer pour une année que nous avons déjà régularisée et l’institut organisera un concours malgré tout » a déclaré un étudiant en colère. Avec cette nouvelle grogne, le fonctionnement de l’INPTIC pourrait davantage être perturbé.

Source: Gabon News.