Pétition fermée

Refus du projet du Grand Stade de Rugby

Cette pétition avait 121 signataires


La Fédération Française de Rugby, bien que disposant de plusieurs sites utilisables dans la région parisienne, notamment le Stade de France, désire posséder son propre stade de Rugby de 82000 places.
Elle a choisi comme lieu d’implantation l’ancien hippodrome de Ris-Orangis. Le but de ce projet est clair : «développer le rugby en France et assurer la croissance des ressources de la FFR ».
Ce projet satisfera avant toute chose des besoins qui sont d’ordre privé.

 

Des coûts durs
Pour mettre en oeuvre ce projet, les collectivités territoriales
sont appelées à supporter financièrement les lourds aménagements
nécessaires à la réalisation du projet et à l’accessibilité de
l’équipement. Actuellement de simples estimations sont avancées,
mais “ça cartonne” déjà…

L’addition*:
   Le financement des infrastructures d’accès au site (parkings,
passerelle piétons, liaisons douces, etc) 60 M€.
+ L’investissement nécessaire pour permettre d’évacuer 50000 personnes par les transports en commun. Or, le RER D a trois branches, est saturé, et aucune branche ne peut s’arrêter de fonctionner pour le stade. Réalisation d’une voie supplémentaire nécessaire : 200 M€.
+ L’achat de 20 rames : 20 M€.
+ Les études à réaliser par le STIF (horizon 2020, RER D) dans la perspective des futures programmations : 125 M€.
+ La rénovation de la gare du Bois de l’épine (Ris-Orangis), qui doit pouvoir évacuer 20 000 voyageurs par heure (aujourd’hui, 12000 par jour maxi) : 30 M€.
+ Les surcoûts, non précisés, pour le tram train Massy-Evry qui devra transporter 10000 voyageurs par heure (il est dimensionné pour 3000 aujourd’hui), et pour la réalisation d’une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) : ?? M€.
= Plus de 435 millions d’euros… et avec le prix du stade, 600 M€** :
le milliard d’euros est largement dépassé, pour… 11 matchs par an !

 

Pertinence du projet : carton rouge !
Quel intérêt pour la collectivité nationale d’un tel équipement, de son implantation en Île-de-France ? Et quel impact environnemental, économique et social sur le territoire choisi ?
Tout projet de ce type doit s’inscrire dans une logique de rééquilibrage
de l’aménagement du territoire national. La concentration des grands équipements en Île-de-France contribue à aggraver les problèmes de transports, tant de la région capitale que pour la desserte des grandes métropoles régionales.

 

Une autre voie
D’autres projets sont possibles pour dynamiser nos agglomérations
et sur le site de l’hippodrome de Ris-Orangis.
Pourquoi ne pas miser sur une activité d’avenir : l’agriculture
biologique ?
Forts des 100 hectares qui lui sont attribués sur les anciens terrains de la Base Aérienne 217, il serait utile de proposer aux industriels un site de transformation de sa production bio.
Rappelons qu’auparavant, une biscuiterie LU fabriquait, avec une bonne rentabilité, ses produits avec près de 600 salariés sur le site.

 

Nous demandons aux élus locaux, départementaux et régionaux de renoncer à supporter ce projet privéde la FFR qui n’apportera pas de solutions aux problèmes d’emploi et de transport des Essonnien·ne·s.

 

* Chiffres extraits de la synthèse du dossier du maître d’ouvrage : http://grandstaderugby.fr/debat-public/
** Le Conseil Départementale devant apporter sa garantie d’emprunt à la FFR à hauteur de 450 M€ !
photo (C) http://grandstaderugby.fr/phototheque/

eelv91@free.fr



Europe Ecologie Les Verts compte sur vous aujourd'hui

Europe Ecologie Les Verts a besoin de votre aide pour sa pétition “Conseillers généraux de l'Essonne: Refus du projet du Grand Stade de Rugby”. Rejoignez Europe Ecologie Les Verts et 120 signataires.