Condamnation du refus dominicain de ne pas signer le Pacte migratoire des Nations unies

Condamnation du refus dominicain de ne pas signer le Pacte migratoire des Nations unies

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
L'Haïtionaute a lancé cette pétition adressée à Jovenel Moise (Président de la Republique d'Haiti) et à

La République d'Haïti et la République Dominicaine se partagent l'ile d'Hispaniola depuis 1844. Deux peuples dont on doit admettre, contrairement à ce que beaucoup disent des deux cotés de la frontière, la vocation à vivre ensemble et à s'entraider. Nous sommes, en effet, un cas singulier dans le monde. Il n'existe nulle part ailleurs deux nations indépendantes dans un espace insulaire. Dans les Caraïbes, il y a évidemment le cas de l'ile de Saint-Martin dont une partie est sous souveraineté française et l'autre, sous souveraineté néerlandaise. Ce ne sont donc pas deux Etats indépendants.

Si cette situation singulière devrait nous conduire au vivre-ensemble et à la fraternité, il n'est malheureusement pas le cas. On assiste, en effet, en République dominicaine à une forte rhétorique nationaliste anti-haïtienne d'une bonne partie des élites et également d'une partie de la population qui rendent responsables les migrants haïtiens les problèmes de Santo Domingo. Nous reconnaissons que l'histoire entre nos deux pays laisse des plaies encore non-cicatrisées. Toutefois, ce n'est pas une raison d'accepter l'humiliation continue dont nous sommes l'objet de la part de la République dominicaine. 

Dans ce pays, l'anti-haïtianisme c'est le ciment de la Nation. Elle se construit, se solidifie et s'unit face à la "menace" de l'Ouest (Haïti). Nos compatriotes, malheureusement, face à la détresse sociale et à l'abandon de l'Etat haïtien, sont souvent contraints à aller travailler dans des conditions inacceptables là-bas. De nombreux événements sont venus nous rappeler ce sentiment national dominicain notamment la décision de la justice dominicaine de déchoir de leur nationalité dominicaine à plusieurs centaines de milliers de dominicains en raison de leurs origines haïtiennes.

Depuis quelques jours, les nationalistes dominicains sont vent debout contre leur gouvernement exigeant la non-signature du pacte des Nations unies sur les migrations qui doit être signée à Marrakech, au Maroc, le 10 décembre dont l'objectif est d'aboutir à un monde où les migrants seront traités dignement et humainement. Cet accord international, bien que non-contraignant, selon eux, contribuera à l'accentuation de l'invasion haïtienne et à la disparition de la culture dominicaine. Le gouvernement du président Danilo Medina a fait droit à leur demande. Si les dirigeants dominicains ont le droit de ne pas signer ce pacte onusien, car étant un pays souverain, nous savons néanmoins qu'ils l'ont fait par xénophobie et anti-haïtianisme. C'est ce qui donne à cette décision son caractère détestable.

Pour répondre en toute dignité à cet énième affront infligé par les dirigeants dominicains à notre pays, à cette flétrissure à l'âme nationale, nous demandons au Président de la République, M. Jovenel Moise, au Premier ministre, au chancelier et aux présidents des deux chambres du Parlement de condamner très fermement cette détestable et hostile décision des dirigeants de Santo Domingo. En outre, nous exigeons d'eux qu'ils prennent toutes les dispositions qui s'imposent sur le plan économique et commercial pour que notre pays ne soit plus cette déchèterie de la République dominicaine, leur signifiant ainsi que nous sommes un géant qui sommeille, que nous nous relèverons, que nous marcherons encore une fois la tête altière et fière et que "HaitíDespertará" (HaïtiSeRéveillera) !

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !