Pour une gestion de l'eau potable en régie publique sur la Communauté Paris-Saclay

0 have signed. Let’s get to 200!


L'eau est indispensable à la vie. Mais elle est fragile écologiquement et rare dans de nombreuses régions du monde. C'est pourquoi ce bien commun de l'humanité doit être protégé et son accès assuré à tous les habitants de la planète. Ainsi, la ressource en eau comme les services qui en assurent la gestion ne peuvent pas faire l'objet d'une appropriation privée et doivent échapper à tout logique marchande.

En France, la loi confie aux communes ou à leurs regroupements la mission d'assurer l'approvisionnement en eau  potable des populations. Certaines exercent cette compétences directement, sous forme de régie publique. D'autres ont préféré confier ce service à des entreprises privées, généralement filiales de grands groupes comme Suez ou Véolia. C'est ce qu'on appelle la délégation de service public (DSP).

Pour les 27 communes* de la Communauté Paris-Saclay (CPS), la DSP est la règle depuis des décennies. Mais la réforme territoriale prévoit qu'avant le 1er janvier 2020, la CPS devra exercer cette compétence. Cela offre l'opportunité aux citoyens et élus de se poser la question: privilégier la rente de situation des multinationales ou promouvoir une nouvelle donne économique, démocratique et environnementale en construisant une régie publique?

Placées devant les mêmes questions, de nombreuses collectivités locales de toutes tailles et de toutes sensibilités politiques ont fait le choix de la régie publique. C'est par exemple le cas de Paris, Grenoble, Nice, Besançon, Castres, Neufchâteau... Et en Essonne de Viry-Châtillon, Briis-sous-Forges et des Communautés d'agglomération Cœur d'Essonne et Grand-Paris-Sud.

Elles l'ont fait au regard des constats accablants pour la gestion du privé plus préoccupé de la rémunération des actionnaires que de la qualité du service: opacité des prix, mauvais entretien des réseaux entraînant de nombreuses fuites (facturées aux abonnés). Sans parler des coupures d'eau aux usagers en difficulté et des multiples astuces contractuelles qu'elles trouvent régulièrement pour accroître leurs bénéfices au détriment des collectivités et des habitants. Ce constat peut être partagé par les habitants de notre territoire.

Au contraire, la gestion publique a fait la démonstration qu'elle est plus efficace pour éviter les gaspillages d'eau et pour planifier les travaux nécessaires. Elle assure mieux le renouvellement des réseaux et protège mieux la ressource et les captages. Elle est aussi moins chère (Eau de Paris est 31% moins chère que le SEDIF). Elle est enfin la seule à permettre une participation des citoyens à la gestion des services.

Forte de ses 300 000 habitants, notre Communauté d'agglomération peut, si elle le décide, se donner les moyens techniques et juridiques pour engager cette démarche.

C'est pourquoi nous demandons aux 27 maires et au président de la Communauté Paris-Saclay, de tout mettre en œuvre pour réaliser le passage en régie publique à échéance des contrats en cours. Nous demandons que l'audit annoncé des DSP en cours soit mené à son terme et rendu public. Tous les élus communautaires ainsi que les citoyens, notamment à travers l'association Aggl'eau-CPS, doivent pouvoir contrôler le processus de décision.

----------------

*Ballainvilliers, Bures-sur-Yvette, Champlan, Chilly-Mazarin, Epinay-sur-Orge, Gif-sur-Yvette, Gometz-le-Châtel, Igny, La Ville-du-Bois, Les Ulis, Linas, Marcoussis, Massy, Montlhéry, Nozay, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint-Aubin, Saulx-les-Chartreux, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villebon-sur-Yvette, Villejust, Villiers-le-Bâcle et Wissous.



Today: Association Aggl'eau-CPS is counting on you

Association Aggl'eau-CPS needs your help with “Communauté Paris-Saclay: Pour une gestion de l'eau potable en régie publique sur la Communauté Paris-Saclay”. Join Association Aggl'eau-CPS and 180 supporters today.