Nous voulons une fédération unitaire et populaire dans le Grand-Est

Nous voulons une fédération unitaire et populaire dans le Grand-Est

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Michel BACH a lancé cette pétition adressée à comite-electoral@lafranceinsoumise.fr et à

La population exprime chaque jour sa défiance face aux institutions de la 5ème république. Dans un contexte politique dangereusement instable, l’abstention semble la seule voie par laquelle s’exprime la colère populaire : il est de notre devoir de proposer autre chose !

Les partis qui structuraient la vie politique depuis des décennies autour du traditionnel clivage gauche-droite sont en crise. Le système de la République en Marche, et son assurance-vie représentée par le Rassemblement National, entendent faire en sorte que la vie politique de notre pays se résume à un face à face entre leurs deux formations.  

Aucun des grands défis humains et écologiques auxquels nous sommes confrontés ne peut être résolu par un soutien à ce système qui mène la planète et le pays à la ruine.

Dans la perspective des élections régionales de juin 2021, la France Insoumise avait pris l’initiative du rassemblement et de l’unité au-delà des clivages partisans. Lors d’une assemblée citoyenne en visioconférence, le 5 décembre 2020, plus de 80 militant-e-s ont lancé un appel à une fédération populaire dans le Grand-Est. Au 6 mars 2021, ce programme avait recueilli 868 signatures.

A côté de cet appel pour une fédération populaire, il y a maintenant deux autres appels :

            * L’appel proposé par trois personnes issues de trois organisations politiques différentes se veut inédit. Caroline Fiat, députée France Insoumise, en est signataire et initiatrice, sans avoir consulté au préalable les Insoumis.e.s du Grand Est. Pour l’heure, la nécessaire rupture radicale avec les politiques suivies dans la région depuis trop d’années en est absente. 
              * L’appel dit du « pacte pour le Grand-Est » proposé par des organisations politiques traditionnelles de gauche et écologistes n’est pas crédible car trop assimilé par les citoyen-ne-s à des méthodes politiques d’un autre âge et décalé par rapport à leurs aspirations populaires.

Ces deux appels ne répondent en rien à la démarche proposée dans l’appel initié par les Insoumis-e-s du Grand-Est le 5 décembre. Ils n'avancent aucune proposition programmatique radicale notamment en matière d'emploi, de démocratie, d'écologie et ne correspondent pas aux besoins sociaux de la population. Ils intègrent la gestion des régions dans le contexte néo-libéral national et européen. Ils apparaissent davantage comme une énième bataille de clans dans ou entre des partis.

Nous, militants de la France insoumise dans le Grand-Est, signataires de cette déclaration, voulons travailler à la constitution d’un rassemblement constitué autour d’un programme axé sur des exigences sociales, environnementales et démocratiques. 

Au-delà des partis, le temps est venu de l’élaboration par les citoyens d’un programme de rupture et de reconquête démocratique, sociale, écologique afin de répondre aux besoins définis collectivement et le plus largement possible.

L’affirmation de la souveraineté populaire, afin que les citoyen-ne-s prennent leur avenir en main, est la condition indispensable de l’urgente nécessité à rompre avec les politiques d’austérité.

Dans cette perspective, malgré la proximité du scrutin, nous proposons de développer un mouvement à partir de lignes de rupture à valider dans chaque département de la région Grand-Est.

Ce rassemblement populaire aura pour priorité de répondre par des propositions radicales aux besoins démocratiques, sociaux et écologiques communs, dans les domaines relevant de la compétence régionale, comme l’emploi, la formation professionnelle, les transports…

Face à l’absence de débat et de démocratie interne lors de la préparation de ces élections, et en cohérence avec le projet politique de la France Insoumise, nous réaffirmons notre insoumission aux pratiques de pouvoir verticales et centralisées auxquelles les Insoumis-e-s du Grand-Est se sont trouvés confrontés.

Nous voulons mettre en œuvre dans notre région une autre façon de faire et d’agir pour prendre en compte toutes les préoccupations des habitant.es du Grand-Est, sans nous arrêter à ces prochaines échéances électorales.

Des Insoumis-e-s du Grand-Est dont (par ordre alphabétique) :

Michel Bach (10),Catherine Boussard (52), Jean-Luc Deville (08), Dominique Drot (10), Groupe d’action certifié de la France insoumise à Metz « Les Graoully insoumis » (57), Josiane Mayor (10), Anne Monsus (10), Jean-Claude Moog (67), Claudette Moraine (08), André Smolarz (10), Anne du Souich (08).

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !