Pour la route du fleuve Apatou - Grand Santi - Maripasoula.

Pour la route du fleuve Apatou - Grand Santi - Maripasoula.

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !

Entre 2003 et 2010, la région a construit avec 90% de ses moyens et 10% de fonds européen le premier tronçon de la « route du fleuve » ( de Saint Laurent à Apatou), soit 54 kilomètres pour 58 millions d'euros. Hors, sur l'île de la Réunion, l'Etat a dépensé 3 milliards d'euros pour seulement 12 kilomètres de route. En 2006, Christian Estrosi, le ministre délégué à l’aménagement du territoire (UMP) annonce qu’il « proposera » que la route Saint Laurent-Maripasoula figure parmi les quinze grands projets d’itinéraires nationaux. Il n’en sera rien. En 2007, l’Etat promet une piste de Bélizon à Saül, dans le cadre du Plan d’Accompagnement du Parc Amazonien. Nouvelle désillusion. En 2016, le nouveau SAR( Schéma d'Aménagement Régionale ) approuvé par décret ministériel inscrit la liaison Apatou-Maripasoula-Saül-Bélizon dans les projets de la CTG. En octobre 2017 à Maripasoula, le président Emmanuel Macron annonce qu’il n’y aura pas de route entre Maripasoula et Saül durant son mandat, mais il ne ferme pas la porte à la route du fleuve (Apatou-Grand Santi-Maripasoula).

25 000 personnes vivent aujourd’hui entre Gran Santi et Maripasoula, au bord du fleuve Maroni. Pour  se ravitailler et se déplacer, ils dépendent que de la pirogue et de l’avion, ce qui limite leurs besoins. C’est dans cette région que le coût de la vie est le plus élevé en Guyane et dans toute l'Amérique du Sud ( l'Europe en Amérique) .Cet un handicap qui s’ajoute aux retards en termes d’infrastructures, liés à l’isolement.

Le 15 mai 2018 au palais du Luxembourg, le sénateur Karam a rappellé à la ministre des transports  les promesses non tenues de l’Etat pour désenclaver l’intérieur de la Guyane par la route. L’ancien président de Région a aussi rappelé que la collectivité a financé seule la route St Laurent-Apatou.Il reste maintenant 180 kms à construire jusqu’à Maripasoula, afin d’achever la « route du fleuve », inscrite au Schéma d’Aménagement Régional (un projet évalué à 250 millions d’euros).

Nous voulons de cette route du fleuve! Autrefois il fallait passer 4 bonnes heures dans une pirogue pour se rendre à Apatou en partant de Saint Laurent du Maroni. Aujourd'hui par la route, c'est seulement 45 minutes. Actuellement, entre Saint Laurent du Maroni et Maripasoula, il faut compter 10 à 12 heures dans une pirogue, et encore cela dépend des saisons. Mais demain avec la route du fleuve ça sera seulement 2 heures.

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !