Victoire

Pour le maintien des écoles publiques du Haut Mâché à Chambéry (73)

Cette pétition a abouti avec 83 signatures !


Ci-dessous une lettre pétition ouverte concernant les écoles du Haut Mâché à Chambéry (73). Après l'école Pablo Neruda, Haut Mâché, et ensuite? Quel devenir pour l'école publique?   _____________________________________________________________________________ Chambéry, le 17 juin 2016

Collectif pour les écoles du Haut Maché
collectifhautmache@gmail.com
73000 Chambéry

 

POUR LE MAINTIEN DES ÉCOLES DU HAUT MACHÉ

 

        Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les adjoints,        

        Les écoles maternelle et élémentaire du Haut Maché assurent depuis plus de cinquante ans leur rôle d'éducation et de lien social pour les habitants résidant dans un rayon de 500 à 800 mètres autour de celles-ci.
    Aujourd’hui vous constatez qu’elles ne permettent plus d'accueillir les élèves dans des conditions optimales. Par ailleurs vous avez bien noté la présence de matériaux amiantés dans ces bâtiments, dont le coût de traitement ne peut pas être négligé, que ce soit pour un projet de rénovation ou de destruction.
    Le 12 Mai dernier, lors du Conseil d’école extraordinaire, vous avez engagé une concertation sur l'avenir de ces écoles et présenté un unique projet : la réhabilitation du bâtiment Descartes situé dans le quartier du Biollay pour y transférer les effectifs scolaires du Haut Maché. La destruction des écoles et la vente du terrain serait envisagée.
    Le projet de démolir ces écoles afin de vendre le terrain à un acteur aujourd'hui inconnu n'est pas acceptable.
    Nous entendons cependant votre volonté de concertation, et y répondons présents au travers du Collectif pour les écoles du Haut Maché créé le 7 juin dernier.

        Les écoles publiques constituent un coeur de vie des quartiers où elles sont implantées, étant à la fois moteur de mixité et détentrices d'une richesse sociale qui ne sauraient être qu'un simple enregistrement comptable à optimiser.
    Le positionnement des écoles du Haut Maché est celui de la proximité, permettant aux familles d'y accéder à pied, pour certains par choix, pour beaucoup par nécessité.     La taille de ces écoles et des équipes en présence renforce la possibilité d'offrir des conditions d'enseignement favorables et la mise en place de solutions pédagogiques adaptées aux difficultés rencontrées par les élèves au cours de leur formation.
    C'est ce capital humain présent au Haut Maché que nous vous invitons aujourd'hui à continuer de faire fructifier, et dont les bénéfices pourront être perçus à l'avenir.

        Votre intention d'améliorer la performance énergétique des bâtiments et les conditions d'accueil et d'enseignement prodiguées aux élèves chambériens est louable et nous la partageons. Cependant, certains points du projet initial présenté le 12 Mai nous interpellent :

  • L'accent est mis sur le coût du désamiantage, dans un scénario chiffrant la démolition sans rénovation. En effet, la réglementation amiante s’applique pour le personnel pratiquant le désamiantage et la démolition mais son coût est comparable, voire supérieur, à celui d'un désamiantage préalable à une rénovation. Les chiffres présentés dans cet unique scénario ne permettent actuellement pas de comparer les deux solutions.
    Il est donc impératif de définir dès maintenant toutes les voies autorisées par le législateur, afin de n'en négliger aucune, pour maximiser ainsi l'émergence de solutions viables pour les écoles du Haut Maché.
  • Les élèves actuellement pris en charge par les écoles du Haut Maché seraient scolarisés pour l’essentiel au Biollay, mais également dans les autres écoles alentour (Jean-Jaurès, Caffe, Ecole du Stade). Ce sont ainsi près de 200 élèves qui viendraient à être répartis. Aucun projet de modification de la carte scolaire n'a pourtant été présenté. Comment peut-on concevoir l’aménagement d’une école à proximité du groupement du Biollay qui compte plus de 360 élèves actuellement ? Comment les écoles environnantes vont-elles pouvoir accueillir de nouveaux élèves alors qu’elles ont déjà atteint leur capacité maximale ?
  • La relocalisation des écoles aurait de lourdes conséquences pour l’organisation des familles au quotidien et risquerait de générer beaucoup de fatigue ainsi que des accidents sur une avenue à forte circulation. En effet, pour se rendre au Biollay, le temps de trajet à pied atteindrait pour certaines plusieurs dizaines de minutes… à multiplier par deux, trois voire quatre aller-retours quotidiens. Le détour à effectuer pour les parents qui travaillent peut s’avérer très compliqué. Les risques liés à la traversée de l’avenue de Lyon sont réels aujourd’hui et seraient accrus demain…..
  • De plus le bâtiment Descartes accueille aujourd'hui divers usagers : il héberge une partie de l'école municipale d'art, des associations. Il offre, plusieurs salles de réunion et une salle d'évolution utilisée par les écoles du Biollay. Ces services et associations devront être déplacés, mais où ?

L'avenir des écoles du Haut Maché impacte bien évidement les élèves et leurs familles, mais également les écoles environnantes, le tissu associatif et culturel local. C'est pourquoi toutes les parties prenantes doivent être consultées, et plusieurs scénarios doivent être étudiés en prenant en compte leur impact global, afin de favoriser l'éclosion d'une solution équilibrée.

        Une fermeture des écoles du Haut Maché pour un transfert vers le bâtiment Descartes déjà occupé soulève des inconvénients dont certains ont été sous-estimés et ne peut donc pas être acceptée en l'état. Aussi, nous sommes convaincus que d'autres solutions méritent d'être étudiées dans leur globalité. Voici celles que nous vous proposons :

  • Une rénovation de ces écoles, sans désamiantage ou avec un désamiantage partiel, dont le coût global pourrait être comparable ou inférieur à celui du projet initial présenté ; 
  • Un projet de travaux de reconstruction par tranches, de l'école primaire et de l'école maternelle du Haut Maché, pour faire émerger au même emplacement un groupement maternel et élémentaire correspondant aux normes et besoins actuels et futurs ;
  • Un hébergement temporaire durant les travaux des écoles dans des unités de construction préfabriquées, sur le parking sécurisé de l'ancienne cimenterie face à l'usine Opinel ou sur le terrain inoccupé proche du stade Michel Vallet par exemple ;
  • Une anticipation de la rénovation de l'école du Stade, prévue pour accueillir à l'avenir de nouvelles classes dans le cadre de la construction de l'éco-quartier. Moyennant la mise en place d'une navette, ces classes pourraient accueillir les élèves du Haut Maché pendant la période de travaux.

 

          Monsieur le Maire, vous avez souhaité nous rencontrer à nouveau à la fin de ce mois de juin concernant l'avenir des écoles du Haut Maché. Nous espérons que cette rencontre permettra de définir les modalités d’une concertation à venir. Cette concertation aura pour but de favoriser l'émergence d'une solution acceptable issue de l'étude globale de différents scénarios concernant les écoles du Haut Maché. Nous vous proposons d'ores et déjà la tenue d'une première réunion publique dès la rentrée 2016.

        Certains que vous saurez être attentif à nos préoccupations, interrogations et requêtes, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos respectueuses salutations.

Le collectif pour les écoles du Haut Maché
En leur nom, les personnes signataires de cette lettre-pétition

 

Copie à :

  • Monsieur le Préfet de la Savoie
  • Monsieur l’Inspecteur d’Académie - Directeur Académique des Services de l’Education Nationale
  • Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale de la circonscription de Chambéry 1  


ETIENNE compte sur vous aujourd'hui

ETIENNE LEGRIS a besoin de votre aide pour sa pétition “collectifhautmache@gmail.com: Pour le maintien des écoles publiques du Haut Mâché à Chambéry (73)”. Rejoignez ETIENNE et 82 signataires.