POUR UNE JUSTICE EQUITABLE

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Alex Karfo Tabiré, jeune artiste burkinabé, est entré légalement en 2013 (visa de trois mois) sur le territoire français pour un projet artistique. A la demande de sa compagne française, mais aussi invité à participer à de nombreuses activités professionnelles, il est resté à Bordeaux jusqu'à son arrestation en 2014, suite à un contrôle d'identité. Placé dans le centre de rétention administrative dans le sous-sol de l'hôtel de Police à Mériadeck, il s'est retrouvé à sa grande surprise suspecté par les policiers, ayant un profil physique proche d'un homme recherché pour viol. Il a alors été immédiatement emmené à la maison d'arrêt de Gradignan. Le jugement administratif a eu lieu en son absence. Il a été condamné à quitter le territoire mais étant incarcéré, il est resté en prison.
Karfo Tabiré a toujours nié être l'auteur de cet acte extrêmement grave. Mais seul devant une justice inégale, il a été incarcéré deux ans puis condamné en 2016 à 12 ans de prison ferme et 60. 000 euros de dommage à verser aux parents de la victime sans même qu'une enquête sérieuse n'ait été menée pour vérifier ses propos : son trajet, les horaires n'ont pas été vérifiés et les tests ADN réalisés sur la jeune fille n'ont pas pu prouver sa culpabilité. Les tests ADN demandés par lui-même lui ont été refusés. La décision de condamnation s'est donc basée sur un témoignage à charges sur le coupable idéal, et non sur des faits. Karfo a fait appel à la décision du juge. Le président du tribunal d'Angoulême, lors de l'audience du 1er mars 2018, a suspendu celle-ci en accusant l'avocat de Karfo de « subordination de témoin » et il a reporté le procès en appel à une date ultérieure. L'avocat est finalement maintenu dans sa mission. Autant d’éléments qui démontrent un traitement inéquitable de l’affaire Karfo.
Aujourd’hui, il est plongé dans l'angoisse et l'attente pénible d'une justice équitable à la Maison d'Arrêt d'Angoulême. Son état physique et moral se détériore considérablement. Citoyens, associations, défenseurs des droits de l’homme, nous avons formé un collectif de soutien pour exiger un jugement impartial de l’affaire Karfo. Nous demandons à la justice française, pays des droits de l’homme :

  • de s'intéresser davantage aux faits, sur la base d'une véritable enquête et pas seulement sur des témoignages et une apparence physique qui font de Karfo Tabiré un suspect idéal ;
  • de laisser tous préjugés de côté et d'entendre Karfo Tabiré comme un individu qui pourrait aussi ne pas mentir ;
  • de respecter le droit à la défense pour tout individu, quel que soit son statut social, son origine, sa situation administrative.


COLLECTIF KARFO compte sur vous aujourd'hui

COLLECTIF KARFO a besoin de votre aide pour sa pétition “COLLECTIF KARFO : POUR UNE JUSTICE EQUITABLE”. Rejoignez COLLECTIF KARFO et 30 signataires.