Petitioning Collectif citoyens indignés

Justice pour Gourgieder

0

0 have signed. Let’s get to 1,000.

En date du 12 juin 2017, suite à une réunion qui a tourné au vinaigre a la faculté d'ethnologie de l'Université d’Etat d'Haïti ou les protagonistes n'ont pas su trouver une issue favorable à la crise, le doyen de cette entité, selon plusieurs sources concordantes et dignes de foi , et face à l'obstruction de son véhicule par quelques étudiants, a écrabouillé l’étudiant Jean John Rock Gourgieder., 24 ans .avec son véhicule dans un geste d'une rare violence et délibéré .

 

Ceci constitue un acte d'une gravite extrême, puisqu'il a été commis par une personne présumée lucide, détenteur d'autorité sur la personne de l'étudiant, alors que sa vie n'a pas été menacée et que même dans une telle hypothèse il y aurait de nombreux moyens proportionnels de neutraliser l'étudiant sans attenter à sa vie.

 

Le spectacle de ce corps livide, gisant dans la rue, la tête ensanglantée, les membres recroquevillés, cassés a vue d’œil, les yeux perdus exprimant son extrême détresse, dénotant une humanité noyée dans l’indignité, nous révolte et nous indigne au plus haut point, car il reflète encore une fois le mépris de la vie de la personne humaine telle est constatée de plus en plus dans notre société

 

Nous ne sommes pas sans savoir que depuis quelques années, l'Université d'Etat d'Haïti est gangrenée par des crises internes structurelles la mettant en péril et menaçant sa propre survie. Il y a moins d'une année, le rectorat de l'Université d'Etat d'Haïti a été rendu inopérant, mis sous scellés, et donc incapable de procéder a des actes administratifs, causant ainsi un préjudice réel a de nombreux étudiants. Il y a un peu plus de deux mois, la Faculté des Sciences humaines a été momentanément close en raison d'altercations entre le conseil d'administration et des étudiants. A quelques exceptions près, toutes les entités de l'Université d'Etat d'Haïti sont constamment rongées par des crises larvées, mettant à rude épreuve la qualité de l'enseignement reçu. Les étudiants ont souvent utilisé des méthodes inadmissibles dont l'atteinte aux biens privés ou publics pour faire entendre leurs voix et nous le déplorons. En aucun cas l’Université ne peut être un vecteur de vandalisme, de non-respect des valeurs fondamentales et ceux dont la culpabilité a été établie dans des actes répréhensibles doivent répondre de leurs actes.

 

Cependant, aucun des faits évoqués ne saurait justifier l'action du doyen en question qui outrepasse les limites de l’entendement humain. Comment peut-on rouler son véhicule sur un étudiant comme sur un vulgaire insecte ? Le doyen n’a-t-il pas senti les membres de sa victime s’écraser sous le poids de la ferraille et des pneus de la voiture. Quel niveau de cynisme et d’indifférence doit-on atteindre pour commettre un tel acte ? Comment a-t-il pu continuer à foncer alors que le corps de l’étudiant sous sa voiture constituait un obstacle reel ? Que vaut aujourd’hui la vie d’un Haïtien et de surcroit un étudiant?

 

Ces luttes intestines au sein des entités facultaires sont aussi symptomatique d'une jeunesse livrée à elle-même, devenue comme la peste qu'on fuie, désespérée en mal d'être et de modelés dans une société ou ses luttes , ses frustrations ses errances , ne trouvent aucun écho ni résonance , elle est abandonnée à elle-même sans espoir d'un lendemain meilleur.

 

Nous citoyens indignés, nous sollicitons des instances judiciaires concernées de diligenter une enquête afin d'établir les responsabilités dans cette affaire et prendre les suites que de droit en vue de prévenir l’impunité, l'une des constantes de notre société.

 

Nous en appelons aussi au conseil de l'Université d’Etat d’Haïti, afin qu'il prenne des mesures idoines tant pour fournir à l'étudiant affecté toute l'assistance médicale nécessaire ainsi que l'assistance psychologique à sa famille. . Que le Conseil de l'UEH pose de manière réfléchie les problématiques les plus pertinentes liées au fonctionnement de l’UEH, face l’étiologie de ces crises récurrentes et prenne aussi des mesures de sortie de crises. Nous recommandons l’adoption d’un code de conduite tripartite au sein de l’université visant le personnel administratif, professoral et les étudiants ainsi que les sanctions qui seront rattachées aux dérogations. Et si le Conseil n'est pas en mesure de le faire , qu’ il démissionne car il ne fait aucun sens qu'un conseil reste en poste alors qu'il n'est pas en mesure de fournir des réponses appropriées , aux crises et autres anomalies appropriés aux crises que connait l'UEH

 

A l'étudiant nous souhaitons un bon rétablissement, nous sollicitons aussi la mobilisation générale des professionnels de la santé, des citoyens pour lui porter secours d’une manière ou d’une autre et que plus jamais , nous disons bien , que plus jamais la jeunesse ne soit le marchepied des forces d’oppression .

Cette pétition a été lancée à l’initiative d’un collectif de citoyens indignés et sera envoyées aux instances judiciaires concernées, aux organisations de la société civile, au Conseil de l’UEH.

Ont signé : Geraldy Boisrond 

Sterlinda Vital 

 

 

 

 

This petition will be delivered to:
  • Collectif citoyens indignés

    Geraldy Boisrond started this petition with a single signature, and now has 611 supporters. Start a petition today to change something you care about.




    Today: Judite is counting on you

    Judite BLANC needs your help with “Collectif citoyens indignés: Justice pour Gourgieder”. Join Judite and 610 supporters today.