COLLECTI(E)F MEDIAPARK

0 have signed. Let’s get to 100!


 Positionnement citoyen par rapport au projet Mediapark

 En réponse à la concertation dans le cadre du Mediapark, le « Collectif Mediapark » a organisé une réunion des résidents riverains le 20 juin 2018 rue Colonel Bourg. À la suite de cette réunion, toutes les questions et préoccupations des résidents ont été rassemblées dans ce procès-verbal.

 Réflexions sur l'espace de vie prévu dans le projet

Le nombre d’habitations dans les plans est estimé entre deux et trois mille. Au total, il y a environ 6.000 nouveaux résidents et cela dans un quartier qui est déjà très densément peuplé. Beaucoup de résidents se posent des questions sur ces chiffres élevés. Pourquoi ce nombre de résidents et de maisons est-il si élevé? De plus, les habitations actuellement en cours de construction autour du site ne sont pas prises en compte.

Il ne s'agit pas seulement du nombre d’habitations et de résidents. La manière dont le site est pensé soulève également des questions. La plupart des bâtiments sont prévus en périphérie du site, à savoir Avenue Reyers, Rue Colonel Bourg et Rue Henri Evenepoel. La hauteur des bâtiments peut varier considérablement selon l'endroit. Des couches de construction de R + 4 et R + 8 jusqu'à R + 10 de hauteur ne font pas exception. La tour avec une hauteur maximale de 70 mètres prévue à côté de la tour Reyers actuelle soulève encore plus de questions.

Nous comprenons que la densité devient un critère plus important aujourd'hui, mais cette densité doit être proportionnelle à son environnement et à la capacité portante du quartier. Avec cette densification et la hauteur planifiée des nouveaux bâtiments, cela ne semble pas être le cas. Il y a un grand risque d'ombre portée des bâtiments et de pertes de valeur des maisons et appartements autour du site. De plus, cela reste à voir si l'icône du site actuel, la tour VRT / RTBF, n'est pas déshonoré par le nouveau skyline.

Un mélange de formes de vie et de types d’habitations serait fourni dans les plans. Pour les résidents locaux, il est essentiel qu'il y ait un mélange sain entre les habitations pour les personnes à revenu faible ou modeste et pour les revenus moyens. Une attention particulière doit être accordée aux conditions de logement des jeunes familles, des familles monoparentales et des célibataires. Après tout, ces groupes ont du mal à trouver un logement aujourd'hui. Le segment de luxe dans les nouveaux blocs résidentiels doit rester limité.

En tant que résidents locaux, nous ne comprenons pas pourquoi la vacance le long de l’E40, le futur Parkway, n'est pas abordée avant de débuter un nouveau plan de développement au Mediapark. Dans les zones administratives et industrielles entre la Chaussée de Louvain et l’E40, jusqu'à 20% des bureaux et des bâtiments industriels sont vides. On pourrait s’attendre à ce que les communes et la Région mettent plus de pression pour préparer cet espace disponible pour le marché du logement.

 Réflexions sur l'espace commercial et public prévu dans le projet

La fonction principale du site concerne aujourd'hui l'hébergement de la VRT et de la RTBF. Le quartier comprend que les deux radiodiffuseurs veulent rester sur le site. Ils font partie du site de Reyers. Les deux radiodiffuseurs publics prévoient un nouvel immeuble pour respectivement 2.400 et 1.300 employés (et effet négatif si voitures de société). Les projets pour l'avenir semblent toutefois plus ambitieux: le site devrait devenir le lieu où les entreprises de médias de la région, de Bruxelles et des environs peuvent trouver leur port d'attache. Une soixantaine d'entreprises médiatiques ont déjà leur place sur le site. Les chiffres parlent d'environ 5.000 employés dans des emplois liés aux médias qui seraient mis en place sur le site. Ce n'est pas tout. Pour le seul logement des nouvelles entreprises, on vise 30.000 m².

 C'est une grosse augmentation de l'activité sur le site. De plus, on prévoit de la place pour d'autres activités commerciales. On pense à de nouveaux supermarchés, restaurants, boutiques, un ou deux hôtels, un cinéma, à la haute école IHECS (et ses nombreux élèves et corps professoral), etc. Aujourd'hui, il n'y a aucune garantie que ces activités commerciales répondent aux besoins des habitants et de la zone (exemple : cinémas à Docks, nombreux supermarchés proches).

En outre, il existe des besoins en termes d’installations publiques dans le quartier qui ne semblent pas être envisagés. Seules deux écoles primaires et une garderie seront prévues dans les plans actuels. Il ne semble pas y avoir d'autres installations publiques. C'est assez maigre, compte tenu des besoins du quartier et des développements futurs dans le quartier.

 Réflexions sur les pistes de mobilité explorées.

Un projet avec une telle surface au niveau résidentiel et commercial nécessite une bonne étude d'impact de la mobilité. Ce qui a été communiqué dans les présentations publiques jusqu'à présent est extrêmement mince. L'impact des développements sur la mobilité est absolument imprécis et de fausses hypothèses sont faites. Un exemple d'une telle hypothèse est le suivant. L'hypothèse faite aujourd'hui est que beaucoup de personnes qui travaillent sur le site vivent aussi sur ou autour du site. La réalité que nous voyons avec VRT ou RTBF est différente. En outre, la VRT prévoit d'étendre sa flotte avec des véhicules de sociétés (De Morgen, 26.06.2018), ce qui va encore plus en l’encontre de cette philosophie. Le secteur des médias est un secteur très spécifique. Il est peu probable qu'elle puisse recruter du personnel dans le voisinage immédiat. Le quartier insiste donc sur une étude d'impact objective et indépendante qui détaille les effets de la mobilité des différentes options de développement.

De plus, il nous manque dans les plans actuels l'intégration d'autres projets. Prenez le Boulevard Reyers, dont les plans ne sont pas encore clairs, Parkway E40 et la relance (et le réaménagement possible) de la Chaussée de Louvain. Le gouvernement régional actuel a échoué à développer un nouveau plan pour l'avenir d'un goulot d'étranglement particulier dans le quartier: la Place Meiser. Les pistes précédentes pour construire un tunnel pour les voitures et le tram ont depuis été abandonnées. L’avenir de cette place reste donc un mystère. De plus, il ne semble pas y avoir de plan pour les rues existantes: Quelle place doit-on donner aux rue Colonel Bourg et Henri Evenepoel dans ce projet? Les habitants de ces rues pourront-ils également profiter des développements futurs? Enfin, un grand projet est prévu à moins d'un kilomètre: le site Josaphat.  Nous pensons donc que l'impact sur l’axe saturé Reyers-Meiser-Général Wahis-Lambertmont ne doit pas être sous-estimé.

Un certain nombre de pistes dans le domaine des transports publics sont mentionnées. Par exemple, le tramway 25 pourrait être dévié par la Chaussée de Louvain et libérer ainsi une capacité supplémentaire pour le tram 7 avec ses lignes de tram T4000 dans le tunnel prémetro. Comment cela se rapporte-t-il à l’avenir de la place et plus généralement l'environnement reste un mystère. Ceci semble donc pas plus qu’une bulle d’air. De plus, l’augmentation de la capacité du tunnel prémetro reste limitée. Un métro complet sur la ligne 7 semble être rien de plus qu'une lointaine musique lointaine. Il y aura une ligne de bus à travers le site et à travers le parc. Encore une fois, il n'est pas clair comment cela se rapporte à tous les transports en bus dans la région et les connexions au centre-ville. Il ne semble pas y avoir de solution pour la voie de bus saturée sur la Chaussée de Louvain. De l'avenir de la gare RER Meiser, où beaucoup du personnel de la RTBF et de la VRT embarquent et débarquent, on ne retrouve rien dans les plans.  Est-ce que la capacité sur cette ligne de RER va augmenter? À quoi ressemblera la connexion sur cette gare ? Pour le moment, il n’y a que des pistes sans aucune garantie.

Des questions sur l'accès au site se posent également. Le site est maintenant emménagé comme une zone sans voiture et c'est une bonne chose. Quels véhicules auront encore accès au Mediapark? Et quelle pression est-ce que cela rajoute sur les portes d'entrée? De plus, une promenade dans un parc est également un problème de sécurité: l’emménagement sera-t-il de sorte qu'il donnera un sentiment de sécurité?

Un dernier point d'intérêt concerne le nombre de places de stationnement. Il y a aussi un manque de clarté sur ce sujet. La VRT et la RTBF offrent une capacité de stationnement sous leurs nouveaux bâtiments. Le parking existant peut encore exister. Quelles sont les conditions prévues pour les nouveaux bâtiments sur le site, en termes de places de stationnement, de stationnement pour vélos, etc.? L'espace de stationnement est-il partagé entre les résidents et les employés sur le site? Autour du site, il existe actuellement de nombreux parkings et des tickets de jour et d'année sont utilisés, réduisant ainsi l'approvisionnement des résidents. Il doit y avoir une zone rouge autour du site. Et on devra bien réfléchir à toutes les places de parkings qui se rajouteront.

 Réflexions sur la disparition d’espace vert sur le site

Le projet prévoit un parc d'environ 8 hectares. Aujourd'hui, cependant, derrière les bâtiments de la RTBF et de la VRT (vers l’avenue Jacques Georgin et rue Colonel Bourg), il y a beaucoup d'espaces verts et cet espace est constitué d’une magnifique forêt. Avec une faune et une flore spécifique (richesse d’espèces)  et une biodiversité remarquable, le site est un poumon vert important entouré de quartiers bétonnés et d'importantes sources de pollution de l'air telles que l'E40. De plus, la forêt est une sorte de barrière de bruit qui empêche le bruit de l'autoroute. Les gens qui prétendent que cette forêt est trop vieille et qu’il faut l’abattre sont ignorants, colportant ces fausses nouvelles. Idem les personnes qui disent de supprimer cette forêt car personne n’en profite : pour le moment, les ballades y sont interdites, mais elle a un rôle très important au niveau de rideau de calme et tranquillité auditive et visuelle, de vie de chants des oiseaux, apportant à tous les sens des gens du quartier une qualité de vie appréciable (aussi aux maisons de repos de la rue Evenepoel). Elle fut l’argument d’achat de la majorité des propriétaires de la zone.

 Cette forêt est menacée de disparaître en grande partie avec les développements expansifs du projet (menace de « Massacre à la tronçonneuse »). Restera-t-il quelque chose de l'espace vert et du sentiment du parc? Il y a lieu de réaliser une étude environnementale de cette forêt et de réaliser un plan d’aménagement forestier du site tenant compte de sa richesse d’espace vert. Et qu'en est-il de la perte de valeurs pour les maisons qui, à la place des arbres, se tournent vers le béton à l'avenir? Des questions sont posées pour savoir pourquoi c’est justement sur le talus autour du site qu’on va construire.

Nous exigeons de maintenir une barrière verte entre les rues Henri Evenepoel, et Colonel Bourg et les nouvelles implantations, déplaçant les nouvelles constructions derrière ce rideau vert qui profitera aux deux parties, et de concentrer les bâtiments au centre du site? Quand nous consultons les sites officiels de la Région (Ministre régionale de l’Environnement), de la commune de Schaerbeek et de Bruxelles-Environnement, sur les questions de nature, jardin, biodiversité, environnement, il apparaît évident que le projet Mediapark projette de faire exactement tout le contraire de ces politiques, sans parler des enjeux nationaux et mondiaux de la COP.



Today: Collectief Mediapark is counting on you

Collectief Mediapark needs your help with “Collectief.mediapark@gmail.com: COLLECTI(E)F MEDIAPARK”. Join Collectief Mediapark and 98 supporters today.