Égalité des sexes dans le domaine scolaire

Égalité des sexes dans le domaine scolaire

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
jeunesquébecois a lancé cette pétition adressée à Collège Regina-Assumpta et à

Aujourd’hui, au Collège Regina-Assumpta, situé à Montréal, on a vécu une des pires histoires en question de moralité. Pour donner un peu de contexte, le 7 octobre, soit aujourd’hui, plusieurs filles et garçons de maintes écoles se sont entendus pour arborer la jupe afin de contrer la sexualisation autour de ce vêtement. Ainsi, plusieurs se sont sentis interpellés et ont décidé de supporter cette noble cause en portant par solidarité la jupe (filles et gars). Le matin, les gars sont donc venus en jupe. Après la deuxième période, la directrice de niveau, s’est rendue compte de la situation. Tout de suite, sa réaction a été excessive : « LES GARS, VOUS VOUS CHANGEZ MAINTENANT. J’AI PAS QUE ÇA À FAIRE DE VOUS GÉRER. » Vous comprenez alors que dès lors, mes camarades et moi étions en choc. En essayant de parler aux différents adultes, qui eux se doivent de représenter le collège, on eu comme réponse : « Eille, faut la comprendre, est stressée! » Comme si ces temps hors du commun, certes, étaient une excuse pour une telle réaction. Durant la 4ème période, elle est venue en classe nous parler des mesures sanitaires, et nous avons essayé de relancer le sujet. On s’est fait arrêté directement, la conversation s’est close avant même d’avoir débuté : « Les garçons portent des pantalons, les filles portent des jupes ; c’est comme ça depuis toujours, c’est pas aujourd’hui que ca va changer avec votre révolte. » En essayant d’aborder un sujet, nous avons touché le pic d’un grand iceberg : aux yeux de notre établissement, les vêtements ont des genres. On est tous abasourdis par la situation. Personne ni quiconque n’a le droit de décider de telles choses. On décide aujourd’hui de rendre publique cette situation, afin d’aller chercher du support au près de gens comme vous et moi, parce que notre école nous a fait comprendre explicitement que chez eux, on allait pas en trouver du support. En 2020, peu importe ton genre ou ton identité, tu portes ce que tu veux. D’autant plus que le code vestimentaire de l’école cite noir sur blanc : « Les mêmes règles s’appliquent peu importe le sexe » ( Page 18 de l’agenda 2020-2021, annexe 3, règle 7, alignéa 1) Ainsi, tous ensemble, supportons la cause, en s’aidant l’un et l’autre. 

«Il nous apprennent que les gens du passé se battaient pour faire changer les choses et quand on essaye ils nous maltraitent et nous insultes. Ils se justifient en disant que c'est la manière que ça à toujours été, mais ils sont aveuglés et ne peuvent pas voir la vérité. C'est une injustice qui doit être réglé et je trouve que c'est en fait leur comportement qui est exagéré et intolérable. C'est écrit dans la charte canadienne des droits et libertés que chaque personne à la liberté de :"pensée, de croyance, d’opinion et d’expression, y compris la liberté de la presse et des autres moyens de communication." Ils ne respectent pas notre droit fondamentale à la liberté d'expression et nous avons cause pour nous révolter.» Ragheb ORFALI
 

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !