APPEL A UN NOUVEAU CONSEIL NATIONAL DE RÉSISTANCE

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


APPEL À UN NOUVEAU CONSEIL NATIONAL DE RÉSISTANCE

 

La crise que nous traversons fait des morts. 

Pas seulement d’un point de vue sanitaire, mais aussi d’un point de vue social.

Le coronavirus touche indifféremment les riches et les pauvres. 

La récession ne fera de morts que parmi les pauvres. 

Nous devons agir vite. 

Grâce au régime général de la Sécurité sociale, notre système social permet de porter secours, d’accompagner indifféremment toutes les catégories. 

Ce système social est performant sur l’assurance maladie, mais défaillant sur la couverture salariale. 

Un peu d’histoire.

Nous sommes après-guerre. En 1945, De Gaulle charge Ambroise Croizat, ministre du travail, de penser un nouveau système de protection sociale (assurance maladie, système de retraites, allocations familiales), d'organiser la Sécurité sociale, émanation directe du Conseil National de la Résistance. 

Croizat est un génie politique, un visionnaire. Il imagine un principe que, plus tard, les libéraux n’auront de cesse de détruire : le régime général de la Sécurité sociale.

Son principe fondamental tient en une phrase : des droits attachés à la personne déconnectés de l’emploi. C’est pourquoi la couverture du régime général de la Sécurité sociale est universelle. 

En 1945, nous sommes en période de reconstruction, le chômage n’est pas un enjeu, l’emploi précaire non plus. 

En 2020, nous n’en sommes plus là. 

Cette crise touche et touchera des millions de pauvres. 

IL Y A URGENCE VITALE !

Nous devons lancer l’alerte, celle de non-assistance à personne en danger.

Nous devons porter une réponse forte et aussi durable que notre Sécurité sociale.

Nous pouvons agir.

Nous devons agir !

A l’instar du premier Conseil National de la Résistance, nous exigeons un plan d’action immédiate : un grand plan social d’urgence pour assurer un revenu à tous les précaires. Sinon des millions d’intermittents du spectacle, de la restauration, salariés à activité réduites basculeront au RSA.

Nous exigeons que ces mesures d’urgence soient prises maintenant.

A long terme, il faut penser un système pérenne.

Nous devons organiser, penser l’État-Providence. A tous les niveaux.

Sur la question des droits sociaux il s’agira au minimum de prolonger la pensée de Croizat et d’organiser des droits inconditionnels attachés à la personne en matière de revenus. 

Ce que Croizat a mis en place pour la Sécurité sociale, nous devons le penser pour les salaires : assurer une véritable continuité de revenus pour tous.

Née de la volonté ardente de refuser les politiques néo libérales qui ont conduit à notre perte, nous n’avons pas d’autre raison d’être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée. Ce n’est qu’en regroupant toutes les forces autour de nos aspirations quasi unanimes que nous arriverons à mettre en place un état providence véritablement solidaire au service de toutes et tous.

Organisons un Nouveau Conseil National de Résistance

Samuel Churin 

Renaud Frugier

Franck Halimi

Elise Hôte

Myriam Lotton

Stéphanie Marc

Cécile Marc

Claire Marx

 

 



Cécile compte sur vous aujourd'hui

Cécile Marc a besoin de votre aide pour sa pétition “Citoyens : APPEL A UN NOUVEAU CONSEIL NATIONAL DE RÉSISTANCE”. Rejoignez Cécile et 4 910 signataires.