Maintien de la licence professionnelle Conception et Management en Eclairage

Maintien de la licence professionnelle Conception et Management en Eclairage

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Suppression d’une formation diplômante unique en France et qui fonctionne : une décision incompréhensible.

Ce lundi 20 juillet 2020, l’équipe enseignante a été informée, par un simple mail, que la commission « Formation » de l’iaelyon School of Management avait décidé de supprimer purement et simplement une des seules formations diplômantes publiques dans le domaine de l’éclairage en France, la Licence Professionnelle Conception et Management en Éclairage (LP CME).

Il n’y aura donc pas de rentrée en septembre 2020 sauf si nous pouvons influencer cette décision.

Cette décision intervient en toute fin d’année universitaire, à quatre jours de la fermeture de l’université pour la période estivale et à 45 jours de la prochaine rentrée, alors que 25 étudiants ont été admis pour suivre les cours dès septembre 2020 et qu’une partie d’entre eux a déjà signé un contrat d’alternance (apprentissage) avec des entreprises du secteur.

Que vont pouvoir faire ces étudiants qui avaient choisi cette formation ? Ils se retrouvent au pied du mur désormais, sans autre formation alternative équivalente... De même pour les entreprises qui vont devoir se réorganiser pour trouver d’autres solutions faute de pouvoir recruter des apprentis en éclairage...

Les étudiants ont été informés de la fermeture de la licence pro Éclairage ce 24 juillet, alors que certains d’entre eux recevaient encore leur lettre d’acceptation de l’iaelyon en début de semaine.

La commission « Formation » l’iaelyon School of Management s’est-elle souciée des étudiants qui avaient été recrutés pour l’année universitaire 2020-2021 ? Ses membres se sont-ils posé la question de savoir ce que ces étudiants allaient devenir, à quelques semaines de la rentrée universitaire, en plein crise sociale, économique et sanitaire ? Ont-ils seulement conscience que derrière les chiffres il y a des êtres humains et qu’en prenant des décisions sur une base uniquement budgétaire ils mettent en péril l’avenir des étudiants ?

Comment peut-on jouer ainsi avec la vie des étudiants ?

L’administration de l’iaelyon nous explique que, depuis plusieurs années, il n’y a pas assez d’alternants, que les perspectives de recrutement sont trop faibles, qu’il n’y a pas de perspectives d’évolution positives…

Et Pourtant :

  • que fait-on des annonces du gouvernement pour soutenir l’alternance et l’apprentissage ?
  • l'apprentissage n’est-il pas une priorité du gouvernement dans le cadre de la crise liée à l'épidémie ?
  • quelle alternative l’iaelyon propose-t-elle aux étudiants inscrits à cette formation pour la rentrée 2020-2021 ?
  • que dit-on aux entreprises ayant recruté un alternant pour l’année 2020-2021 ?
  • que fait-on du haut taux de réussite à l’examen (> à 90% en 2018-2019) de cette formation qui a attirer de nombreux étudiants grâce à son rayonnement international (Italie, Grèce, Espagne, Allemagne, Maroc, USA, Mexique, Paraguay...) durant ses 20 années d’existence ?
  • que pense-t-on du taux d’insertion professionnelle de plus de 80 % directement à l’issue de la formation (conception lumière, entreprises d’installation, bureaux d’études, fabricants...) et qui désormais sont des professionnels du monde de la lumière ?
  • que fait-on de l’investissement des enseignants, des professionnels, de l’équipe pédagogique et administrative, du réseau d’anciens étudiants, tous impliqués dans la transmission de ces savoirs spécifiques depuis de nombreuses années ?
  • pour ne prendre que l’exemple des concepteurs lumière, qui ont pour partie les plus grandes difficultés à recruter du personnel formé et opérationnel rapidement, cette décision va encore accroître cette problématique.

Tout cela est balayé d’un revers de mail daté du 20 juillet 2020.

Et plus largement :

  • dans une période difficile où le chômage va considérablement augmenter dans les mois à venir, cette décision ne va pas dans la bonne direction.
  • avec un parc national d’éclairage public rénové seulement à hauteur de 15 % grâce à la technologie LED, est-ce bien sûr qu’il n’y pas de perspectives pour cette formation ?
  • au moment où nous prenons conscience de façon plus intense que notre planète doit être préservée et l’énergie économisée, n’avons-nous pas besoin de compétences dans le domaine de l’éclairage ?
  • à l’heure où nous devons défendre et développer nos outils industriels, devons-nous laisser la main aux pays étrangers  ? Allons-nous reproduire les erreurs faites dans le secteur de l’industrie ?
  • la France fut pionnière dans la montée en compétence des savoirs lumière, allons-nous laisser tomber cette « French Touch » ?
  • Lyon, ville phare dans la lumière au niveau mondial avec sa Fête des Lumières (auxquels les étudiants de la licence participaient chaque année), son Campus Lumière, son plan lumière, son Cluster Lumière (regroupements d’entreprises et de compétences), sa cité de la lumière (Lumen), ses industries encore actives, ses agences de conception reconnues, ne va-t-elle pas y perdre beaucoup ?

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, parce que la lumière c’est la vie, nous faisons part ici de notre incompréhension totale face à cette décision injuste et dommageable autant pour les étudiants, pour les professionnels et plus largement pour la société.

 

Co-auteurs :
Partenaires et équipe enseignante :
Roger MONNAMI, fondateur de la licence pro CME et ancien Président du Conseil de l’iaelyon
Yves BRAL, enseignant vacataire, Concepteur lumière président d’ECL Studio
Jean-Cécil GAILLOT, enseignant vacataire, Responsable bureau d’étude éclairage - WE-EF France
Pierre MORAT, enseignant vacataire, Trésorier de l’Asso’Lumière, ancien étudiant 
Nicolas CAPILLON, enseignant vacataire, Architecte
David LOUCHE, enseignant vacataire, Contrôleur de gestion - SONEPAR
Thierry SIMON, professeur de sciences physiques (iaelyon et lycée Assomption-Bellevue)
Richard GRILLE, Chef d’établissement du lycée Assomption Bellevue
Émilie BLOUET, Directrice du pôle supérieur au lycée Assomption-Bellevue
Valérie HUMEAU, Référent École-Entreprises et enseignante BTS domotique au lycée Assomption-Bellevue
Les membres du bureau de l'ACE Association des Concepteurs Lumière et Éclairagistes

Candidats admis en Licence Pro Conception et Management en Éclairage pour l'année 2020-2021 :
Tom AUBERT
Vivien CHERIN
Billel DEBBAH
Arthur MENU
Damien NETO

Adrien PIERRE
Francisca PRAT MENDOZA
Mathias HOUGA
​Alexis RIBEYRE
Rudy SOFI
Arthur VANNESTE

Anciens étudiants :
Nadia FERHOD, Présidente de l’Asso’Lumière, Responsable Bureau d’études éclairage
David BETTU, Tuteur d’apprentissage, Prescripteur - AED NRA LIGHTING
Harmonie ALLARD, Technico-commerciale sédentaire - Planet Éclairage
Baptiste BRIQUET, Technicien d’études éclairage - Serpollet
Julien EMORINE, Responsable Technico-Commercial - Marwal Way
Thibaut BERBEZIER, Responsable BE Éclairagisme - SELUX
Audrey NIVET, Conceptrice lumière junior - ECL Studio
François LOUAIL, Maître d’œuvre EPSL (Éclairage Public et Signalisation Lumineuse) - Rennes Métropole
François JOLIET, Prescripteur - IDELUM
Thomas ESPARZA, Chargé de projet Bureau d’études - SEET Europole
Antoine THOMAS, Manager produit - SLV France
Joseph PEDRON, Programmeur domotique - SASU InGenius

Professionnels :
Guy CELDRAN, Directeur Général - CELLUX Concepteur et fabricant de luminaire
Christophe GATEAU, ancien Directeur de la Formation du groupe Sonepar région
Victor VIEILLARD, Concepteur lumière - Gérant de l’entreprise STUDIO BY