RAPATRIEZ D'URGENCE CES 2 FRANÇAIS OUBLIÉS AU YÉMEN !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Nous sommes actuellement sans nouvelle d’eux. Détenus arbitrairement depuis maintenant plus de 5 ans, le 4 février 2019 Taha et Mourad ont été sortis de prison et transférés vers le centre de rétention administrative de l’immigration à Sanaa (Yémen) en vue d’un rapatriement qui devait avoir lieu rapidement. Depuis ce centre, ils ont eu la possibilité de s’entretenir régulièrement par téléphone avec leurs familles, jusqu’au 28 avril dernier. Date à laquelle l’un d’eux appela sa famille pour prévenir qu’ils allaient être transférés vers un lieu qu’ils n’avaient pas l’autorisation d’indiquer.

Pourquoi ont-ils été transférés dans un lieu tenu secret ? Dans quel état physique et moral se trouvent-ils ? Sont-ils bien traités ? Pourquoi ne sont-ils pas rapatriés mais une fois de plus abandonnés ? Autant de questions qui restent sans réponse.

Rappelons brièvement leur situation. Il s’est maintenant écoulé 1839 jours depuis leur arrestation arbitraire et ils ne font l’objet d’aucune accusation de caractère pénal. Outre les conditions de détention catastrophiques dans lesquelles ils ont vécu jusqu’à maintenant, s’ajoute à cela la torture morale qu’ils subissent à chaque fois que des démarches sont engagées en vue d’un rapatriement qui n’a jamais lieu.

En février 2015, alors qu’un accord d’expulsion vers la France a été signé, ils furent sortis de cellule en l’attente d’une représentation française qui ne s’est jamais présentée. Après une journée d’attente, ils seront renvoyés en geôle.

En décembre 2015, une employée franco-tunisienne du CICR engage des démarches pour leur libération. Elle sera malheureusement enlevée au Yémen. À la demande des autorités françaises, elle sera retrouvée, libérée et rapatriée après 10 mois de captivité.

En mai 2018, le CICR entreprend enfin de nouvelles démarches. Les deux français sont soumis à un contrôle médical afin de vérifier leur aptitude à embarquer dans un vol de la Croix-Rouge. Cependant, c’est un nouvel échec, suite à un refus du pays de transit entre le Yémen et la France.

En juillet 2018, une délégation de diplomates français se rend à Sanaa pour des contacts politiques et humanitaires avec les rebelles houthistes. Taha et Mourad sont alors extraits de prison et conduits en d’autres lieux afin de rencontrer Christian Testot, ambassadeur de France au Yémen. Ce dernier leur assure faire le nécessaire pour qu’ils soient rapatriés dans les meilleures conditions et les plus brefs délais.

En septembre 2018, certains médias commencent à parler de trois français détenus par les houthistes au Yémen. En effet, à ce moment un autre français est lui aussi retenu à Sanaa depuis plusieurs semaines par les mêmes rebelles houthistes. C’est le navigateur français Alain Goma.

En octobre 2018, un communiqué de l’Élysée annonce la libération d’Alain Goma et son prochain retour en France dont Emmanuel Macron se dit alors réjoui. À notre plus grand regret, plus aucun mot au sujet de Taha et Mourad. Ces deux français sont à nouveau abandonnés au Yémen.

En février 2019, Taha et Mourad ont cette fois été sortis de prison et transférés vers le centre de rétention administrative de l’immigration à Sanaa. Tout est sensé se passer pour le mieux car il ne s’agit plus que de formalités et de coordination entre les autorités et les organismes compétents. Ils rencontrent à plusieurs reprises une représentante de l’Organisation internationale pour les migrations qui engage des démarches. Le 28 avril 2019, ils sont transférés vers un endroit inconnu et nous n’avons maintenant aucune connaissance de leur situation actuelle.

Nous attirons donc l’attention d’Emmanuel Macron, Président de la République française, Christian Testot, Ambassadeur de France au Yémen, du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, de la Ligue des droits de l’homme (LDH), Human Rights Watch (HRW), ainsi que des organisations en mesure d’intervenir sur place comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR),  afin que des mesures d’urgence soient prises car la situation est très alarmante.

Affaiblis moralement et physiquement, détenus dans un pays ravagé par la guerre et dans une ville contrôlée par des milices armées, jusqu’à quand va-t-on laisser ces deux français et leurs familles dans cette situation de détresse ?! Tous ensemble, agissons dès maintenant en commençant par signer cette pétition réclamant le rapatriement d’urgence de Taha et Mourad.

@OubliesAuYemen