Pour la réouverture de la Réhabilitation Respiratoire du Centre Hospitalier de Mâcon (71)

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


A Monsieur Flot-Arnould, Directeur du Centre Hospitalier de Mâcon,

Depuis la mi-février le service de réhabilitation respiratoire de votre établissement n’est plus opérationnel. Le non remplacement du personnel vous a conduit à supprimer ces soins pourtant indispensables aux insuffisants respiratoires. Pourtant, vous savez que la réhabilitation respiratoire est primordiale dans le parcours de soins des malades. Etalée sur 10 semaines, à raison de 3 après-midis par semaine, elle permettait de remettre en mouvement et en confiance des patients atteints de pathologies graves telles : Broncho-Pneumopathie-Chronique-Obstructive (BPCO), mucoviscidose, cancer, etc…

Outre un réentrainement à l’effort, la réhabilitation respiratoire apporte  une meilleure connaissance de la maladie. Elle comprend les composants suivants, adaptés aux besoins de chaque patient : 

-          traitement  physique  :  renforcement  des  muscles  respiratoires,  travail  en  endurance  et renforcement des muscles périphériques, drainage bronchique;

-          éducation thérapeutique;

-          prise  en  charge  du  tabagisme  et/ou  des  autres  addictions  et/ou  de  l’exposition professionnelle;

-          prise en charge psychologique;

-          prise en charge et suivi nutritionnel;

-          prise en charge sociale.

La Haute Autorité de la Santé préconise et reconnait l’intérêt essentiel de la réhabilitation respiratoire, extraits : « La réhabilitation (ou réadaptation) respiratoire (RR) est une des composantes principales du traitement non médicamenteux des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). »

« La réhabilitation respiratoire (RR) doit être prescrite dès que le patient présente une dyspnée, une intolérance à l’exercice ou une diminution de ses activités quotidiennes malgré un traitement médicamenteux optimisé. Dans ces indications, elle améliore la capacité d’exercice et la qualité de vie, réduit la dyspnée, l’anxiété et la dépression liées à la BPCO, et diminue le nombre d’hospitalisations.».

Au titre de Président de l’association Solid’AIR71, je vous ai fait parvenir un courrier en recommandé le 15 avril 2019 et n’ai malheureusement aucune réponse.  Nous réitérons la demande des insuffisants respiratoires du mâconnais à savoir: la réouverture du service de réhabilitation respiratoire du Centre Hospitalier de Mâcon dans les plus brefs délais,  avec les moyens humains nécessaires.