Protégeons-nous par la Traque des criminels du FPR sur le sol européen

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Tout d'abord, au nom de l’association AS International, je voudrais remercier tous les Rwandais, formistes et non formistes épris de paix et de justice,  toutes celles et tous ceux qui m’ont écrit après que nous avons lancé l’idée de traquer les collabos de Kagame et du régime nazi du FPR sur le sol européen, nord-américaine  et partout ailleurs.

Seulement, comme vous le savez le combat ne s'arrête pas là ! C'est pourquoi nous avons besoin de vous, pour  former une organisation internationale dont la responsabilité sera entre autre la traque des Rwandais qui ont demandé l’asile politique ou humanitaire  et ont acquis la nationalité soit disant pour échapper au régime criminel du FPR  au Rwanda alors qu’ils travaillent pour ce régime crapuleux qui emprisonne et ou assassine tous les jours tous ceux et celles qui pensent autrement, toutes celles et tous ceux qui veulent la liberté d’expression et de rassemblement, la justice pour tous, la démocratisation et la bonne gouvernance de leur cher pays le Rwanda.  Vous tous qui avez apprécié l’idée de prendre des photos et des vidéos lors des démonstrations ou pas et dans d’autres occasions les espions, les criminels du FPR déversés en Europe et en Belgique en particulier avec le seul objectif de déstabiliser, anéantir, tuer et exterminer les victimes et les survivants  de plus de 3 millions de Rwandais et de 5 millions de Congolais,   un régime qui a transformé le Rwanda en une plus grande prison du monde d’une superficie de plus de 26.338 km2.  

Votre « Yes » ne sera pas facile. Il vous faudra aussi un travail sans relâche,  la détermination et le sacrifice pour y arriver. Vous serez appelé à réaliser notre rêve Lors des visites de Kagame, ce plus grand criminel que notre planète ait jamais abrité, ceux-là qui tiennent des photos ou qui scandent des slogans de rendre hommage à ce Kagame qui ne cesse d’endeuiller le Rwanda et les pays avoisinants,  détruire les familles et ceux et celles qui veulent donner leur plus-value en tant que leaders de l’opposition et de la société civile. Vous tous, rejoignez-nous pour créer dans les meilleurs délais cette organisation inégalable et inégalée, qui nous permettra de nous protéger d’abord pour mieux nous préparer à la libération denotre chère patrie. C’est pour cela, je vous demande de partager sur tous les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Snapchat, WhatsApp, les fora dont DHR, Rwanda All, Rwanda Révolution, les cris des opprimés, etc. Ce n'est qu'en obtenant encore plus de signatures que l'on se fera entendre. Et Comment ?

 La pétition, avec des photos à l’appui, vont être acheminés vers les institutions chargées de ce dossier. Qui sont les personnes visées ? Ceux-là qui ont obtenu le droit d’asile, puis la nationalité pour avoir fui le régime criminel de Kagame alors qu’ils travaillent, collaborent, l’accueillent et agressent les vrais réfugiés, c’est à dire les Rwandais qui réellement ont survécu les crimes de ce régime criminel, totalitaire, tyrannique et nazi du FPR.

Pour ceux qui rejoignent la pétition, ou qui passeraient par là, vous n’allez plus certainement vous demander pourquoi vous participez et signez une telle pétition.
Eh bien, premièrement tout le monde peut-être demain ou  après-demain victime du poison, des assassinats sous plusieurs formes organisés par le régime criminel ici en Europe ou ailleurs. Et lorsque cela vous arrive, vous comprenez trop tard que vous allez subir une mort que vous-même avez préparé en ne dénonçant pas ces criminels. Le moment est venu de passer à la défensive, il n’est jamais trop tard.

Pourquoi ? Parce que lorsque l'on est victime ou survivant des crimes du FPR, lorsque vous disposez des informations sur les crimes de Kagame et de son FPR, vous êtes certaienment en danger de mort. Vous souffrez d’insécurité, mais vous souffrez aussi et malheureusement du laissez-allez de votre pays hôte, le pays de votre nouvelle nationalité au regard des autres. Ça c'est la double peine. Et la troisième peine, est bien c'est qu'en plus de d’avoir perdu les siens, le FPR et ses criminels restent impunis, vous ne pouvez plus retourner dans votre pays d’origine que vous aimiez puisque vous n’y avez pas droit.  Et bien NON ! Ce n'est pas suffisant, lorsque Kagame vien en Europe,  il amène ces criminels et sur le sol européen,  rassemble ces criminels, hier réfugiés et aujourd’hui clament être très heureux du régime de Kagame.

Vous vous imaginez un homme ou une femme qui, hier était avec vous dans un camp de réfugié et qui aujourd’hui  organise des conférences et l’accueil de ce criminel de nos familles, amis et connaissances?  Allez-vous continuer à aller manifester contre ce régime et en même temps se battre avec celui qui a menti les autorités Belges, Françaises, Allemandes ou Britaniques comme quoi il est réfugié alors qu’il travaille pour ce régime en tant qu’espion ou assassin (Intore, Abakada, et autres) ? NON. Car c'est bien de cela que nous parolons et dénonçons de vive voix. D’autre projets sont en cours. A la guerre comme à la guerre.

Dernièrement, pourquoi signer cette pétition ? Par solidarité, pour vous donner et donner de la voix à ceux qui n'en ont pas. A ceux que l'on cache, qui vivent reclus, à ceux qui ne sortent plus de chez eux par peur d’être assassiné, d’être empoisonné. Pour PROTEGER les vrais réfugiés, les victimes-survivants du génocide rwandais, les activistes et les opposants au régime tyrannique et criminel de Kagame et qui souffrent de ne pas être suffisamment protégés. Sachez qu'il est toujours plus facile de faire semblant d'être heureux que d'expliquer pourquoi on souffre.
Alors rejoignez-nous, aidez-nous, car à travers notre combat, vous aidez les Rwandais à mieux se protéger, et vous vous aidez, vous, votre famille et les êtres qui vous sont chers.

 



Jean-Christophe compte sur vous aujourd'hui

Jean-Christophe Nizeyimana a besoin de votre aide pour sa pétition “Change.org: Protégeons-nous par la Traque des criminels du FPR sur le sol européen”. Rejoignez Jean-Christophe et 51 signataires.