non au sacrifice de notre ciel

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Non au sacrifice de notre ciel

Starlink est un projet d’accès à internet par satellite proposé par la société américaine SpaceX.
Son but est de proposer un accès internet partout, même dans les zones blanches. Dit comme ça c’est une bonne initiative, mais quand on s’y intéresse un peu, l’envers du décor est bien moins flatteur.

Il faut savoir que nous comptions jusqu’à présent environ 2000 satellites en service au-dessus de nos têtes et cela représentait déjà une pollution spatiale préoccupante. Lancé en 2018 avec 2 prototypes le projet Starlink a des ambitions aussi démesurées que les moyens qu’il emploi.
Le 3 mai 2019, premier lancement massif de 60 nouveaux prototypes.
Le 1 novembre 2019, nouveau lancement de 60 satellites.
Le 7 janvier 2020, 60 de plus.
Le 9 janvier 2020, encore 60 unités.
Le 7 février 2020, une grappe de 60 supplémentaire.
Et enfin le 3 mars 2020, à nouveau 60 spécimens.
Ce qui nous fait un total de 362 satellites uniquement dédiés à cette usage.
Alors, me direz-vous, ce n’est pas si grave et c’est même plutôt cool, mais ce n’est qu’un début. Le programme, pour répondre à ses objectif commerciaux repose sur la mise en orbite à l’horizon 2025 (demain) de 12000 satellites.
Oui oui 12000, vous avez bien lu et il n’y a pas de zéro en trop. Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg puisque si SpaceX en obtient l’autorisation à termes c’est une constellation de 42000 satellites qui voyageront en orbite basse (350km).
Bien que relativement peu nombreux à ce jour ils sont déjà très facilement observables et identifiables puisqu’ ils sont très lumineux, plus que la plupart de nos étoiles, et se déplacent en file indienne, comme un petit train de point lumineux dans la nuit. Il vous suffit de lever les yeux pour prendre conscience de la défiguration à venir de notre voûte céleste. Pour vous donner une idée, une fois tous ces appareils en place la Terre aura un anneau comme Saturne.
Ces dernières décennies l’observation est devenue de plus en plus difficile à cause de la pollution lumineuse dût à l’éclairage publique, imaginez donc que dans un futur proche vous ne passerez plus une nuit, « à la belle étoile », mais, « au beau satellite », pas très romantique tout ça …. Mais le pire n’est pas là, la recherche spatiale s’en trouvera terriblement impactée, la pratique de l’astronomie en amateur sera impossible et les risques d’accident seront multipliés. Nous pouvons aussi, légitimement nous interroger sur l’impact sur notre santé et celle de notre biodiversité.

Mais pas de fatalisme car il est encore temps d’agir, ensemble, en tant que citoyens de l’univers, nous pouvons manifester notre désaccord envers cette démesure aberrante. Comme dans tous combats, l’union fait la force, alors battons ce projet à son propre jeu. En nous mobilisant massivement, en formant une gigantesque constellation d’opposition farouche nous pouvons tuer dans l’œuf cette abomination. Mais le temps presse les amis car SpaceX a une forte avance sur nous et a clairement affiché son ambition de rapidité.
Alors je compte sur vous pour signer et surtout faire circuler, partager en masse cette pétition. Informer le plus grand nombre de personne sera notre arme la plus puissante et la plus efficace.
Tous ensemble, sauvons ce qu’il reste de notre ciel étoilé, donnons-nous une chance de pouvoir encore avoir des étoiles plein les yeux et la tête dans la lune. Sachons mettre une limite à la technologie pour éviter de la laisser empiéter sur les fondements de notre savoir.

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’au bout et j’espère que j’aurais réussi à éveiller en vous ce désir irrépétible qui nous accompagne depuis la nuit des temps,
Lever les yeux et regarder les étoiles.

Source Wikipédia.



Sandrine compte sur vous aujourd'hui

Sandrine KOIKIA a besoin de votre aide pour sa pétition “CERA: non au sacrifice de notre ciel”. Rejoignez Sandrine et 4 846 signataires.