Pétition fermée

POUR LA RÉINTÉGRATION DE FRANCK, INJUSTEMENT LICENCIÉ AVANT SA RETRAITE PAR CARREFOUR/DIA!

Cette pétition avait 490 signataires


Franck était à 56 ans, à quelques trimestres de la retraite. Une simple erreur de caisse après des années de bons et loyaux services lui a coûté son boulot de caissier dans le groupe Carrefour (DIA, magasin de Tourcoing). Exigeons de M. Arnault, l’une des plus grandes fortunes du monde, qu’il réintègre Franck dans le groupe !

Ci-dessous le communiqué de l'UL CGT de Tourcoing, qui défend les intérêts de son adhérent :

 

UNION LOCALE DE TOURCOING ET ENVIRONS

43 RUE DE LILLE 59200 TOURCOING 03 20 24 48 34 / ulcgt-tourcoing@live.fr

 

APRES KARINE, FRANCK… APRES AUCHAN CITY, DIA…

LES MILLIARDAIRES DE LA GRANDE DISTRIBUTION SE DÉCHAÎNENT SUR LES SALARIÉS!

Pour les actionnaires de la grande distribution, les rentiers, les vrais assistés donc, les magasins où nous allons faire nos courses, c’est un véritable casino. On vend, on rachète, on magouille, on empoche, et sur fond d’appauvrissement de la population, on racle les fonds du « hard discount ».

Les salariés sont eux soumis à une pression intense, avec des salaires de misère et des conditions de travail dégueulasses. Comme ce sont eux les seules « variables d’ajustement », quand il faut dégraisser, on trouve des périmés dans leurs rayons ou des erreurs de caisse. (Le film « La loi du marché », diffusé vendredi dernier lors du 6ème apéro-ciné de notre Union Locale devant plus de 60 personnes est à cet égard très éclairant).

 

DANS LA GRANDE DISTRIBUTION, CE QU’ON DISTRIBUE EN PREMIER, CE SONT LES DIVIDENDES!

(Ci-dessous quelques illustrations à propos des magouilles Carrefour/Dia)

  1. http://www.lineaires.com/LA-DISTRIBUTION/Les-actus/Carrefour-a-t-il-fait-une-bonne-affaire-en-rachetant-Dia-48481
  2. http://www.humanite.fr/dia-le-hard-discounter-qui-servi-de-tirelire-bernard-arnault-576801
  3. http://www.20minutes.fr/economie/1914939-20160829-desespoir-salaries-huit-ex-magasins-carrefour-plus-payes-depuis-juillet

 

TOURCOING A NOUVEAU VICTIME DES GRANDS DÉLINQUANTS DU CAPITAL!

Après Karine, caissière ignoblement virée de Auchan City, puis réintégrée, voici le tour de Franck. Franck a 57 ans, plus de 10 ans dans le groupe (après un licenciement économique – Rank Xerox), 3 ans dans le magasin Dia de Tourcoing, rue du Chêne Houpline, à la caisse. Dans ce métier, durer jusqu’à cet âge, c’est rare. Il est d’ailleurs suivi par la Médecine du Travail, qui lui interdit de faire des journées complètes, trop

usantes. Il est bientôt à la retraite. Il envisage sa fin de carrière (salaire = 1200 euros…) tranquillement, lui l’employé-modèle : jamais d’arrêt-maladie, aucune sanction… Et puis, on entendit dire que le groupe Carrefour allait céder des magasins… Que le sien allait fermer… Que Carrefour devait le reclasser.

C’est à cette période que les ennuis commencent. Il est inexplicablement mis à pied deux jours en décembre 2015, pour ne pas avoir suivi une procédure technique (laquelle n’a aucune incidence économique). Il prend un coup sur la tête, mais reprend le travail.

 

UNE ERREUR SUR 156 428 CLIENTS : SOIT UN RATIO DE 0,0000063 %...

Le 9 juin dernier, Franck scanne les articles d’une cliente : il y en a pour 18,17 euros. La paëlla en sachet sera accompagnée de rosé provençal. Elle paye par carte bancaire. Fait son code. Range ses courses dans son sac. Franck, distrait par le bruit dans le magasin et dans la rue, ne se rend pas compte que le ticket de caisse ne sort pas. La cliente s’en va. La cliente suivante passe ses propres articles.

Le lendemain, cette deuxième cliente revient avec son ticket de caisse : les produits de la cliente précédente sont sur son ticket, elle les a payés ! En effet, la carte bancaire de cette cliente précédente n’a pas fonctionné. Immédiatement, la vidéo-surveillance, appelée à la rescousse, confirme ce fait.

Franck n’est pas un voleur, évidemment. D’ailleurs il ne sera pas licencié pour faute mais pour « cause réelle et sérieuse ». Quand ? Il sera convoqué en entretien préalable… le 4 août. Soit quasiment deux mois après l’incident ! Deux mois durant lesquels il a continué de travailler, sans qu’on puisse rien lui reprocher. Et puis il est licencié par courrier daté du 12 août.

Pour Franck, c’est une catastrophe. Pour le groupe Carrefour c’est un joli coup : parvenir à se débarrasser à moindre frais d’un vieux salarié malade, qu’il ne faut plus reclasser, c’est une réussite managériale indiscutable.

Quand on songe que Franck a vu passer à sa caisse, selon nos calculs, depuis le début de sa carrière, 156 428 clients, son erreur d’inattention, la seule, constitue un taux de déchet de 0,0000063 %.

 

NOTRE UNION LOCALE EXIGE LA RÉINTEGRATION DE FRANCK

Notre adhérent a le droit de continuer à nourrir et élever ses enfants. Il a le droit de continuer à se faire exploiter par le Groupe Carrefour jusqu’à sa retraite, en espérant que l’âge de celle-ci ne soit pas à nouveau repoussé. Il ne doit pas vivre dans la précarité et une galère plus grande que l’actuelle. Dès lors, notre CGT va mettre toutes ses forces dans la bataille pour obtenir la nullité de ce licenciement infâme.

La réintégration de Franck à son poste représente 0,0000019 % de la fortune estimée de M. Arnault, l’un des actionnaires principaux du groupe Carrefour.

 

(Le présent communiqué est envoyé à toute la presse et y compris au journal Fakir, producteur du film « Merci Patron ! », dans lequel M. Arnault joue le premier rôle, afin que les journalistes de cet excellent journal, nos amis, nous aident à trouver une solution honorable pour notre camarade Franck, avec les moyens qui sont les leurs ; il a également été envoyé à M. Darmanin. Ce dernier, qui ne cesse de se présenter comme un redresseur de torts au service des Tourquennois – et Franck est tourquennois, ne manquera pas de réparer cette injustice criante. D’autant que le candidat qu’il soutient est un ami proche de M. Arnault. Nul doute que son entregent permettra à son administré de trouver une solution juste. Nous attendons M. Darmanin. Il est invité, à la même heure et le même jour que la presse – et que nous lui communiquerons, dans ces locaux qu’il veut nous confisquer, au 43 rue de Lille à Tourcoing. Inutile de tenter de joindre Franck en dehors du canal de défense qu’il a choisi, la CGT, et son excellent avocat, Me Kappopoulos)



CGT union locale de TOURCOING compte sur vous aujourd'hui

CGT union locale de TOURCOING CGT UNION LOCALE DE TOURCOING a besoin de votre aide pour sa pétition “CARREFOUR: POUR LA RÉINTÉGRATION DE FRANCK, INJUSTEMENT LICENCIÉ AVANT SA RETRAITE PAR CARREFOUR/DIA!”. Rejoignez CGT union locale de TOURCOING et 489 signataires.