Demande de conservation de la pinède sur l'Île Sainte-Thérèse à Saint-Jean-sur-Richelieu

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Chères élues et chers élus,

Suite à la consultation publique tenue le 21 mai 2019, les citoyens et citoyennes de l’Île Sainte-Thérèse ainsi que ceux provenant de partout dans la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, vous tendent la main pour demander à ce que les 4 lots constituant ce qui reste de la pinède soient acquis et inclus au plan de conservation.

Cette démarche est lancée dans un souci et une volonté de conserver ce lieu riche en valeur écologique dont tous les citoyens et citoyennes de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu bénéficient depuis des décennies. Il nous appert vital que ce haut-lieu soit préservé, tel un héritage vert indispensable, une signature unique au sein de notre belle ville.

Cette initiative citoyenne s’inscrit dans un désir de poser un geste concret soutenant un mouvement mondial envers l’environnement alors que le sort de l’humanité dépend de chaque petit geste posé et de notre détermination de permettre aux générations futures de vivre sur une planète en santé.  

Nous unissons donc nos voix pour vous demander d’abroger les résolutions du passé afin que soit protégé à perpétuité, ce qui reste de la pinède, pour le bien du plus grand nombre.

---------------------------------------------------------

PÉTITION POUR CONSERVER LA PINÈDE SUR L’ÎLE SAINTE-THÉRÈSE À SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

CONSIDÉRANT QUE les élus de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ont adopté en 2009 et en 2015 un plan de conservation lequel excluait notamment la pinède située sur l’Île Sainte-Thérèse et ce, malgré les représentations des citoyens, des mémoires ainsi que la signature d’une pétition par plus de 5 600 d’entre eux dans le but que soient conservés les derniers espaces verts que sont les milieux naturels, parcs, friches et golfs sur le territoire de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ;

CONSIDÉRANT QUE la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu s’apprête à adopter un changement de zonage et un PIIA y étant associé afin de permettre la construction de résidences sur 4 lots constituant ce qui reste de la pinède sur l’Île Sainte-Thérèse ;

CONSIDÉRANT QUE ce projet domiciliaire aura comme répercussion une destruction massive de ce patrimoine naturel apprécié des sportifs, des touristes et des citoyens de la ville ;

CONSIDÉRANT QUE cette pinède parsemée d'au moins 200 pins blancs matures de plus de 50 ans constitue une signature végétale unique et exceptionnelle à Saint-Jean-sur-Richelieu, qu’elle fait partie intégrante du paysage de l’Île Sainte-Thérèse, en bordure de la piste cyclable La Montérégiade ;

CONSIDÉRANT QUE la pinède offre des services écologiques et économiques gratuits, contribuant ainsi à la qualité de vie de tous les citoyens et citoyennes de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ;

CONSIDÉRANT QUE la pinède est un réel îlot de fraîcheur constituant un espace vert de grande qualité où pourraient venir se ressourcer les citoyens d’ici et d’ailleurs ;

CONSIDÉRANT QUE les citoyens de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu paient une taxe spéciale dédiée à l’acquisition et à la conservation de milieux naturels de grande qualité sur le territoire de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu ;

CONSIDÉRANT QU’il reste tout au plus 5% de boisés naturels sur l’ensemble du territoire et qu'un minimum de 30% est un seuil viable pour conserver la biodiversité ; 

CONSIDÉRANT QUE la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu a joint l’Alliance Ariane en octobre 2018 ;

CONSIDÉRANT QUE les élus ont le devoir de contribuer à la diminution des effets du changement climatique qui menace la population, les animaux et les écosystèmes ;

CONSIDÉRANT QUE les membres du conseil municipal ont le pouvoir absolu, qu’ils peuvent revenir sur des décisions du passé et ainsi revoir leurs orientations afin de répondre aux enjeux du présent ainsi qu’aux attentes des citoyens et citoyennes de Saint-Jean-sur-Richelieu ;

Nous, soussignés, demandons à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu d’inclure la pinède de l’Île Sainte-Thérèse dans le plan de conservation des milieux naturels.

Nous lui demandons d’acquérir les 4 lots constituant ce qui reste de la pinède, de façon à les inclure dans le plan de conservation des milieux naturels et que soit appliquée une servitude de conservation légale à perpétuité.

Enfin, nous lui demandons d’aménager ces 4 lots sous forme de parc naturel pouvant servir de halte en bordure de La Montérégiade.