Améliorer la qualité de la cantine à Coye-la-Forêt

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Améliorer la qualité de la cantine dès la prochaine rentrée scolaire, tout en maîtrisant le prix des repas est possible : si vous soutenez cette démarche, signez cette pétition en ligne !

Tous les rapports scientifiques vont dans le même sens : il est essentiel et urgent de privilégier les produits biologiques, éviter autant que possible les plats transformés, diminuer la consommation de viande… et revenir prioritairement à une alimentation saine, simple, locale et de saison.

Depuis la dernière rentrée scolaire, notre collectif de parents d’élèves et de parents élus représentant les 3 écoles du village (dont Lucie Babaud, Lucie Bohler, Aurélie Pradel, Vincent Pradel, Anne-Caroline Soutenet...) travaille sur le sujet de la cantine scolaire à Coye-la-Forêt : analyses du contrat, des tarifs, des menus, participation aux différentes commissions, échanges réguliers avec la mairie…

Le contexte aujourd’hui :

  • La cantine scolaire est actuellement sous contrat avec la société de restauration collective Convivio, et ce jusqu’à septembre 2019, avec une offre ne proposant à ce jour aucune part de bio et une très grande majorité de produits industriels.
  • Les denrées alimentaires ne représentent qu’entre 15 et 20% du coût global de service d’un repas ; en améliorer la qualité signifierait donc une augmentation proportionnelle ( http://www.unplusbio.org/ ).
  • La loi EGalim entrera en vigueur le 1er janvier 2022, imposant pour les cantines :
    - 50% de produits locaux, équitables, durables et au moins 20% de produits biologiques.
    - De diversifier les protéines (moins de viandes et de produits lactés), de lutter contre le gaspillage, d’interdire les contenants plastiques pour le réchauffage…

D’autres communes autour de nous ont déjà réussi à modifier en profondeur les pratiques de leurs cantines tout en maîtrisant leurs coûts. A propos des produits biologiques, Orry-la-Ville et Chantilly en ont déjà introduit à hauteur de 20% et d’autres vont encore plus loin comme Lamorlaye avec une carte quasiment 100% bio sur les fruits et les légumes.

Et si on suivait l’exemple de Lamorlaye en anticipant et en allant plus loin que la loi à venir ?
Rapprochons-nous d’eux pour profiter de leur expérience et changeons d’approche sans attendre, pour la prochaine rentrée scolaire, ici à Coye-la-Forêt !

Nous sommes convaincus que les bons réflexes se prennent dès le plus jeune âge et qu'il est de notre responsabilité de proposer des repas sains en exigeant :

  • Des produits biologiques et locaux
  • Des produits frais de saison
  • Des produits faiblement transformés
  • La fin des contenants plastiques pour le réchauffage des plats
  • La baisse de la part de la viande au profit des céréales et légumineuses
  • Une lutte plus soutenue contre les déchets et le gaspillage

_________________________________________________________________

Voici un état des lieux détaillé et des pistes d’améliorations réalistes et concrètes pour le futur :

La réalité d’aujourd’hui :

  • Les produits servis sont tous issus de l’agriculture traditionnelle et intensive et sans aucune garantie de qualité (OGM, pesticides…)
  • L’origine et la traçabilité de produits restent opaques
  • Des pratiques potentiellement dangereuses pour la santé de nos enfants : plats réchauffés dans des contenants plastiques favorisant la diffusion de perturbateurs endocriniens
  • Un trop grand recours aux produits transformés par l’industrie agro-alimentaire et/ou sans intérêts nutritionnels, des produits hors saison 
  • Une place trop importante donnée aux produits carnés (viande, charcuterie…) 
  • Une surconsommation de produits à usage unique et des emballages de produits individuels

Nos priorités pour demain :

  • Introduire une part de produits bios, durables, locaux et labellisés (AOP, Label Rouge…)
  • Privilégier un approvisionnement clair, identifié et local en circuit court
  • Rendre obligatoire la réchauffe de plats dans des contenants sains (la céramique, le verre…)
  • Privilégier les produits bruts et de saison
  • Augmenter la part de protéine végétale meilleure pour la santé avec la mise en place d’un repas végétarien hebdomadaire
  • Utiliser des serviettes en tissu et de la vaisselle durable systématiquement, proposer du pain pour le goûter…

Protégeons la santé de nos enfants en favorisant une agriculture respectueuse de l’environnement : signez cette pétition en ligne !


Voulez-vous partager la pétition ?