Adressée à Nicolas Dupont-Aignan et 20 autres

Candidats, que savez-vous du secteur culturel ?

Cher candidat,


Prenez le temps de cette lettre pour souffler : l’avenir ne se résume pas seulement à la lutte contre le terrorisme, à la réduction du chômage ou à la résorption du trou de la Sécu. Loin de nous l’idée d’en diminuer l’urgence ou la complexité. Ce dont nous voulons vous parler, c’est de culture.

Jusqu’à quand restera-t-elle ignorée dans les débats ?

Chaque période de doute s’accompagne de réflexes primaires vis-à-vis de la chose culturelle, trop élitiste ou pas assez nécessaire. Mise à l’écart aujourd’hui, en défaut dans le pire des cas. A l’heure du désarroi économique, de la méfiance politique, de la marginalisation sociale et du repli sur soi, la culture serait-elle aux portes de sa défaite ? Laissez-nous vous démontrer qu’elle est la ressource inexploitée du développement durable de notre société.

Entendons-nous, nous ne parlons pas de cette culture “conservée” au sein d’un ministère qui étouffe entre académisme et protocoles en tous genres ; pas de cette culture qui se félicite d’avoir affilié les créateurs de notre pays à l’allocation chômage. Nous parlons d’une culture qui ne s’administre, ni se gère, qui se déploie au sein d’un écosystème libéré des impératifs autoritaires de “démocratisation”, loin des caricatures de grèves d’intermittents.

Un mouvement est à l’œuvre. Il ne fait pas de bruit. Il prend racine dans le terreau d’initiatives locales qui font la vie de nos territoires, dans une tradition festive et populaire. Il se compose de mille élans épars et non coordonnés. Il n’est pas conscient de lui-même et n’en est que plus efficace. C’est une force invisible, remuante, créatrice, nomade et digitale.
Ceux qui le composent, inventent des manières de vivre ensemble aujourd’hui, construisent les formes de demain, expérimentent les modes de vie, de travail, de financement et de création que récupèrent ensuite (et à raison) les entreprises, les startups, les collectivités.
Ils investissent toutes les disciplines artistiques et inventent des pratiques vertueuses et rentables en jonglant avec ce que l’administration permet, promeut ou réglemente. Ils se financent à coup de crowdfunding et de débrouillardise.
Ils questionnent et bousculent le droit et la propriété intellectuelle. Ils donnent un sens au collaboratif et à tous ces “co” que l’on voit fleurir et qui dépassent largement la seule sémantique des bobos.
Ils sont à la croisée du créateur, de l’entrepreneur et du bénévole. Ils investissent des friches pour réinventer la culture dans des espaces oubliés des décideurs. Ils sont ce metteur en scène qui crée des emplois au sein d’une association, ce plasticien urbaniste, ces intermittents qui combinent leur statut avec un numéro Siren, mais aussi ces mécènes qui font rimer innovation technologique avec art numérique. Ils mêlent, sans a priori et sans état d’âme, l’art, le commerce, la recherche, l’éducation et le social.

Alors, voilà, cher candidat, notre requête est simple. Réagissez ! Faites sortir le ministère de la Culture de l’ornière dans laquelle il se trouve englué. Le champ des possibles excède largement ses prérogatives. Faites fi de cette logique qui “administre” et “gère”. Faites entrer la lumière et circuler l’air.

Ensemble, transformons cette chose “molle” en instrument vivant de notre vision de la France. Créons des passerelles entre la culture, l’économie, l’industrie, l’innovation, le digital, la santé et la justice. Promouvons avec tous ceux qui le voudront, cette culture qui irrigue tous les domaines de la vie, toutes les appartenances sociales, tous les recoins de notre pays et au-delà.
Que le ministère de la Culture, de concert avec les grandes institutions mais aussi avec la société civile, devienne un laboratoire des possibles, où se côtoieraient, sans tabous ni frontières, innovation, intelligence collective, culture de l’expérimentation, souci du vivre-ensemble, humour et diversité.

Cher Candidat, avant que le rythme effréné de la campagne ne vous happe de nouveau, nous vous laissons avec les mots du biologiste Jean Rostand qui éclairent l’enjeu de notre appel et celui de votre engagement politique : “Peu m’importe quels seront demain l’aspect des cités, la forme des maisons, la vitesse des véhicules … mais quel goût aura la vie ? Quelles seront pour l’homme les raisons de vouloir et d’agir ? Où puisera-t-il le courage d’être ?”.
Il est temps de réintégrer l’essentiel dans votre vision d’avenir et de donner à la culture la place qui est la sienne.

Ou elle la prendra sans vous.

Cette pétition sera remise à:
  • Nicolas Dupont-Aignan
  • Candidat à l'élection présidentielle
    Nicolas Dupont-Aignan
  • Énarque dissident, Gaulliste de gauche, défenseur du Travail contre la mondialisation financière.
    Jacques Cheminade


10 Générations pour la culture a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 258 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




10 Générations pour la culture compte sur vous aujourd'hui

10 Générations pour la culture a besoin de votre aide pour sa pétition “Candidats, que savez-vous du secteur culturel ?”. Rejoignez 10 Générations pour la culture et 257 signataires.