Pétition fermée

EN 2017 MODIFIONS LA LOI HANDICAP

Cette pétition avait 45 signataires


 

Les personnes en situation de handicap, sont victimes de discrimination dans l'emploi.

Il est temps de tirer des conclusions sur les lois "handicap" existant depuis 15 ans, qui ne sont pas efficaces.

Le sujet n'avance pas alors chers candidats à l’élection présidentielle, écoutez ces propositions, réagissez enfin avant d'agir dans les faits. 

 

Votre aide peut tout faire changer

Grâce à vous, les proposions suivantes, simples et concrètes pourront enfin devenir audibles pour les candidates de l’élection présidentielle et contribuer à réduire une injustice qui touche 10% de la population.

1/ Idées reçues

Les personnes en situation de handicap, ne souhaitent pas être "insérées" par les pouvoirs publics  ou ne rêvent pas d'allocation, mais bien d'avoir une opportunité d'embauche équitable basée sur leur compétences réelles

 

2/ Lois inefficaces et injustice

Les lois sur le handicap ne fonctionnent pas depuis 15 ans : 

- Le taux de chômage parmi nous est largement supérieur à la moyenne

- Certains employeurs ne se cachent même pas et estiment pouvoir se moquer de la loi et préfèrent s'acquitter d'une taxe plutôt que d'embaucher des personnes en situation de handicap

- Les grandes entreprises dont les plans de communication humanistes se félicitent de leur bilan handicap constituent une vaste hypocrisie. 

De l'intérieur, on constate : 

* Que le désir d'embauche est factice, sans aucune volonté concrète ni moyen pour réellement instituer une politique de recrutement et de suivi de celle-ci

* L'absence d'enquête dans l'entreprise pour évaluer la situation réelle vécue et objective des personnes en situation de handicap. Cela explique la décorrélation entre la communication institutionnelle et la réalité  

* Q'une fois embauché, un salarié en situation de handicap ne connaît quasiment jamais d'évolution (ni de poste ni de salaire bien sûr). Une nouvelle discrimination apparaît.

* La méthode du calcul du taux d'emploi est biaisée pour faire en sorte de ne pas inciter à de nouveaux recrutements

 

3/ Des propositions simples peuvent tout changer

Après 15 ans de lois et de mesure de leur impact dans le monde réel, le constat est simple.

L'évolution ne peut intervenir que par une prise de conscience et  une action de plus haut niveau politique.

Il s'agirait de modifier la loi handicap existante très simplement : 

-  instituer un quotta de travailleurs handicapées aux conseils d'administration
des grandes entreprises (afin d'induire un changement de l'intérieur)

- inscrire le principe de la réalisation d'une enquête tri annuelle auprès des
travailleurs handicapés d'une entreprise concernant leur situation, insertion et
évolution professionnelle/salariale au regard de l'ensemble des salariés.

- Inscrire dans la réglementation, que l'application du taux d'emploi d'une
entreprise s'applique à tous les départements et directions de celle-ci
que chacun d'entre eux est responsable du respect du taux d'emploi.

- Inscrire dans la réglementation
du calcul du taux d'emploi d'une entreprise
* un bénéfice pour les recrutements de moins de 2 ans
* pour l'évolution de carrière constatées des personnes handicapées dans
l'entreprise

- Pour les grands groupes et les administrations, la pénalité financière existante doit être augmentée drastiquement

(versée quand le taux d'emploi des personnes en situation de handicap est insuffisant)

-  En termes de formation, il est inadmissible que des formations soient inaccessibles à des personnes en situation de handicap de façon injustifiée.  Il existe en effet de nombreux moyens techniques volontairement ou involontairement méconnus qui rendent les formations accessibles avec un peu de professionnalisme des instituts de formation 

 

 

 

 

 

 



Diane compte sur vous aujourd'hui

Diane FORMELA a besoin de votre aide pour sa pétition “Candidats de la présidentielle: LA FRANCE N'AIME PAS LE HANDICAP AU TRAVAIL!NOTRE SUJET EST-IL DIGNE DE LA PRÉSIDENTIELLE?”. Rejoignez Diane et 44 signataires.