Pétition fermée

Vers une 6ème République !

Cette pétition avait 212 signataires


Les lois inscrites dans la Constitution de 1959 voulue par De Gaulle, et censées protéger les citoyens en période d'après-guerre, sont trop souvent devenues caduques par ces temps de paix contrariés par le terrorisme.

En 2016, LE PARTI CITOYEN souhaite un véritable changement politique et oriente les discours vers une 6ème république, plus adaptée à notre époque et à l'évolution de notre société !

13 propositions concrètes à porter haut pour un cheminement vers la 6ème république. Parmi elles, la suppression de l'immunité parlementaire, du sénat, du projet d'impôt pour les propriétaires sur les loyers économisés, la fin du RSI...

Prenons les commandes de la nouvelle constitution capable de garantir à notre pays sécurité, honneur et prospérité !

                                                               ********

   Souvenons-nous qu’à la fin de la 4ème République c’était la guerre froide dans une Europe anéantie tandis que des conflits embrasaient le monde entier. L'obligation de passer à une 5ème République avec une Constitution en béton armé s'imposait naturellement. Cela nous valut les 30 glorieuses à zéro chômeur. Que reste-t-il de ces années de prospérité ?

   L’actualité récente dénonce des « phobies administratives » fiscales non réprimées émanant de députés, de sénateurs, voire de hauts fonctionnaires indétrônables. La Presse quotidienne ne cesse de faire l’écho de pratiques dignes d’une royauté de droit divin. Ainsi nous apprenons qu’une ribambelle de responsables ministériels poursuivis pour manquements au droit de Réserve est transférée dans d’autres régions afin de lutter … contre la fraude fiscale ! Combien de gravissimes scandales judiciaires, visant d’anciens Présidents de la République ou d’anciens ministres, classés sans suite. Cela doit cesser. La justice doit s’appliquer d’une façon équitable indépendamment des classes sociales. Notons, de-ci-de-là, quelques mutations de complaisance sans effet sur les profils de carrière des fautifs. Combien de sénateurs, de ministres, de députés et de maires, bénéficient de prérogatives injustifiées ? Bref, un certain nombre de nos élus ont bel et bien détourné en catimini la Constitution, ainsi que l’argent des contribuables, pour mieux se servir.

   Notre pays ploie donc sous la tutelle d’un régime devenu hybride combinant oligarchie et monarchie constitutionnelle. Le pouvoir administratif du savoir absolu contrarié par celui de" l’argent Roi", et de connivence avec la Presse à scandales, est trop souvent générateur de références anti-démocratiques. Lorsque l’on attend neuf mois et plus de 130 morts après la tuerie de Charlie Hebdo pour promulguer l’Etat d’Urgence supposé défendre les citoyens, lorsque certains protègent d’inadmissibles intégrismes sous prétexte de liberté du culte, il ne faut plus s’étonner des massacres du 13 novembre 2015. Ne rien faire c’est laisser faire, il est temps d’agir.  

 FAISONS CESSER CETTE  GABEGIE AVEC « LE PARTI CITOYEN »

    1 / Abrogeons les protections dites « fonctionnelles » (*) détournées de leurs fonctions initiales pour défendre des élus escrocs avec l’argent des contribuables.

   2 / Interdisons les immunités parlementaires et administratives. Et, dans la même ligne de conduite supprimons le Sénat avec les avantages fiscaux et « de fonction » (**) qui les accompagnent. Cette maison de repos luxueuse, pour cumulards fatigués, sera remplacée par une Cour de Justice composée de magistrats indépendants aux compétences indiscutables.

   3 / Abolissons les appels suspensifs innocentant des élus traduits en justice.

   4 / Exigeons l’impossibilité à vie de briguer un nouveau mandat à tout élu condamné.

   5 / Modifions les lois organiques qui favorisent certaines catégories professionnelles au détriment des autres tout en aggravant les inégalités entre citoyens. 

   6 / Interdiction à ceux qui n’ont jamais travaillé de briguer un poste ministériel ou une fonction électorale. (***)

   7 / Poursuivons au pénal comme au civil tout élu y compris au Président de la République. Invalidons ce régime faussement présidentiel qui facilite l’intronisation d’un monarque intouchable, omnipotent, asphyxié dans la course aux sondages. Remplaçons cet archaïsme par une présidence collégiale. De ce fait, les privilèges qui consistent à octroyer 4500 (****) postes aux courtisans du régime deviendraient caducs et attribués ipso-facto par concours. Le droit de grâce comme celui d’amnistie n’auront plus lieu d’être.

   8 / Démobilisons notre Garde Républicaine garante de nos traditions au bénéfice d’autres missions plus nobles. Rendons à nos forces de l’ordre la mission qui les honore : celle qui consiste à protéger TOUS les français.  Pourquoi contraindre nos soldats à des vacations indignes de leur rang ? Ne les condamnons pas à l’inactivité dans les dorures Élyséenne et aux roulements de tambour dans les couloirs d’une Assemblée Nationale aux 2/3 désertée. Oui aux haies d’honneur, sabre au clair, à l’attention d’élus ou d’hommes d’État méritants. Ne glorifions pas ceux qui souillent la France.

   9 / Économisons 160 Millions d’Euros, soit 130 000 euros par élu, de « Réserve Parlementaire » annuelle au profit des contribuables. Les représentants de la nation abusent de cette manne pour développer un clientélisme à moindre frais.

   10 / Abolissons les droits à la retraite des anciens ministres ainsi que les « frais de train de vie » inhérents à « la fonction ». Finissons-en avec cette comédie jouée par des laquais obséquieux, théâtralement costumés en queue de pie, contraints d’ouvrir la portière arrière d’une rutilante limousine à ces potentats repus.

    11 / Réagissons si nous voulons éviter la honteuse reconduction de la comédie de la gabegie, au prix fort cette fois-ci, dès les résultats des élections 2017 promulgués.

    12 / Garantissons une jouissance réelle, sereine et pérenne, pour les citoyens ayant acquis leurs biens grâce à leur travail. Annulons les dispositions injustes comme celles, par exemple, concernant les personnes âgées contraintes de subir « les mises sous hypothèque de leurs biens pour des raisons de placement en maison de retraite avec comme conséquence, la privation d’héritage des ayants droits ». Une autre injustice qui consisterait à « taxer les propriétaires ayant réglé la totalité de leur crédit en les imposant sur les loyers économisés». Veillons à ce que cette taxe dite  « sur  économie de loyers » ne voie jamais le jour.

   13 / Mettons un terme au scandale mortifère du Régime Social des Indépendants (R.S.I). Depuis 2008 cette tyrannie administrative fait subir aux artisans et aux commerçants une véritable souffrance morale, sociale et familiale. Cette déchéance inique, celle-là, est souvent responsable d’actes désespérés dont nombre de suicides.   

 DECHIQUETEZ CE SYSTEME QUI NOUS ETOUFFE. REJOIGNEZ LE PARTI CITOYEN EN EXIGEANT L’AVENEMENT D’UNE 6ème REPUBLIQUE DIGNE DE CE NOM. PRENONS LES COMMANDES DE LA NOUVELLE CONSTITUTION PARFAITEMENT REACTUALISEE ET SEULE CAPABLE DE GARANTIR A NOTRE PAYS SECURITE, HONNEUR ET PROSPERITE.

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE ACCORD MORAL, C'EST-A-DIRE CELUI DU PEUPLE DE FRANCE TOUTES TENDANCES CONFONDUES, POUR IMPOSER AUX CANDIDATS A LA PRESIDENTIELLE LA MISE EN PLACE D’UN REFERENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE. VOTRE ADHESION EST INDISPENSABLE POUR L’ABOUTISSEMENT DE CE NOBLE PROJET.

LE PARTI DES CITOYENS.

Madame Lucie Desblancs,  conseillère municipale à Allauch, expert-comptable, commissaire aux comptes.

 Docteur Jean Pierre Simoni, médecin généraliste, conseiller municipal à Allauch.

 

(*) La protection fonctionnelle était destinée, à l’origine, à la protection des personnels des collectivités victimes d’accidents de service dans l’exercice de leur fonction. Cette mesure a été détournée par les politiques qui profitent de ce système pour faire payer aux contribuables les frais de justice alors qu’ils sont mis en examen pour des malversations.

 (**) Avantages liés à la fonction. Il s’agit d’appartements de fonction, de voitures avec chauffeur, de frais de secrétariat et d’une protection policière. Ces dispositions sont payées à vie par nos impôts.

(***) « Avant d’être  ministres ils faisaient quoi ? » Article du 11 octobre 2015 paru dans « Le Parisien » dans lequel on apprend que, hormis avoir été élu en 1989, Manuel Vals n’a jamais travaillé ! Les 2/3 des ministres sont dans le même cas …

(****) 4500 postes laissés à la discrétion du Président de la République. Il s’agit, pour la plupart, de la nomination de sous-préfets, de préfets, de directeurs de musées ou d’opéras. Il s’y ajoute les directeurs chargés du tourisme, de festivals, de l’agriculture, de la préservation du patrimoine architectural, de la protection du littoral … Aucun de ces 4500 postes n’est soumis à concours !



Lucie compte sur vous aujourd'hui

Lucie DESBLANCS a besoin de votre aide pour sa pétition “Candidats aux élections Présidentielles de 2017: vers une 6ème République !”. Rejoignez Lucie et 211 signataires.