Author's Rights: Open Letter to MINAC | Droits d'Auteur: Lettre ouverte au MINAC

0 have signed. Let’s get to 100!


Version française ci-dessous

OPEN LETTER TO THE MINISTER OF ARTS AND CULTURE IN RELATION TO AUTHOR’S RIGHTS ISSUES IN CAMEROON AND THE SITUATION OF SONACAM

After more than 30 years of instability in the author's rights sector in Cameroon, we all jubilated in 2017 when SONACAM was created, and we all hoped IT WAS A PERMANENT SOLUTION and would yield better results. Three years later, as we are ready to hear what the society has to offer as its report.

The Minister calls for a meeting requiring the organization of the Society’s General Assembly scheduled for 24th October at the Yaoundé Conference Hall, to be inclusive, as well as creating special commissions to organize the event, update the society’s member list and to update the organization's statutes, electoral code and internal rules and regulations.

While we understand the minister’s quest for peace, reconciliation and competence in the Music sector, we will like to bring the following points to his attention

A CASE FOR SONACAM

If Mr Sam Fan Thomas and his Board of Directors have not done a good job, it should rest on the members of SONACAM, to vote them out, and get in new leadership to steer the ship. The Cameroon Copyright Law Clearly States and The doors of SONACAM have always been open to all artists to register and benefit from the fullness of SONACAM membership. By accepting to bring in non-members of SONACAM to its general Assembly and giving them voting rights; the Minister has fallen in the trap of those who debate that the Cameroon government doesn’t have respect for copyright institutions. If any artist refuses to register as a member of SONACAM; that artist is free to administer their rights themselves without hindering the operations of SONACAM.

While it may be too late to call on the minister to reconsider his position, the best option would be for the minister to request that all those who wish to participate in the SONACAM General Assembly must pass by the SONACAM offices and register themselves. Through this we can be sure to have an inclusive and peaceful process; otherwise may lead to thirty more years of instability in the sector as those who dully followed all the regulations and paid all dues to SONACAM will feel cheated.

On the other hand, we must congratulate the minister for refusing to change the name of SONACAM as some people had wanted. These constant name changes don’t play well against us in our relations with consumers of music and our international relations.

We also request that conditions for becoming part of the national list of musicians should be made clear and public, so that those who for one reason or the other have not registered can comply before the said assembly.

We also request that All Internal rules, election code and similar documents should be published on the SONACAM Website for access by members (and in this case, all drafts should be made public at least 14 days before the general assembly so that artists can evaluate and make necessary contributions.

A CASE AGAINST MEMBERS OF FOREIGN SOCIETIES

A good number of the people invited by the minister to join this general assembly are registered members of SACEM (FRANCE) and other foreign societies and through their membership, these foreign societies control the author’s rights of these artists in all territories of the world including Cameroon.

With or without SONACAM, these artists continue to receive their royalties; and that is why they use Cameroon and SONACAM as their playground, and care less of what happens to the majority of artists who solely depend on SONACAM.

It is inadmissible, that people who do not rely on SONACAM for their Income be put in charge of SONACAM. They will never manage it well. Hence, we call on the Minister of Arts and Culture and his Committee on Organizing SONACAM Texts to indicate that any member of SONACAM who is a member of a foreign performance Rights Organization, cannot be elected into the board of directors

A CASE FOR THE YOUTH

It is worth noting that more than 70% of all music consumed in Cameroon in the past 10 years is music made by young people, these young musicians also generate majority of the author’s rights income both nationally and in foreign territories; How come they don’t makeup majority of the decision-makers. How come in the ministers meeting almost everyone was above 35 years of age.

Every young musician knows the older generation because we grew up listening to their songs, but most old people don’t know the younger generation; and yet in the committee of identification of musicians, Majority are the same old people, who will end up sidelining hard-working young people.

We hereby call on the committee organizing the SONACAM Texts to include that - Any region that has more than 1 administrator should have at least 1 youth (below the age of 35)

Today’s world is technology Driven; and young people are masters of the technology field. With the use of technology not only can we be able to have effective management of author’s rights but we can be able to generate more income; which will benefit all rights owners in Cameroon especially the old. As young people, we care for our old, and all we want is for every author and composer to be justly remunerated for their works.

Everybody is important, but none is indispensable. To assume that a few people are the only competent people to handle something in a whole country like Cameroon is a big mistake. Cameroon has a good number of young competent people who can do a great job, in updating the SONACAM Repertoire, in Effective management, in negotiating and maintaining reciprocal agreements and especially with impeccable integrity, void of any corrupt pasts and with the necessary energy to get things done. It will be an injustice to our heritage not to engage these young people.

To conclude, we are at a critical point in time for the future of the Cameroon Music Industry as a whole, and any further instability in the Author’s rights sector not only is a big loss financially and culturally for us but may also cause instability in the current process of restructuring the sector through the new Law on Artistic and Cultural Associations, which may end of discrediting all the minister's efforts for the past years as well.

FRANCAIS

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE RELATIVE AUX QUESTIONS RELATIVES AUX DROITS D'AUTEUR AU CAMEROUN ET À LA SITUATION DE LA SONACAM

Après plus de 30 ans d'instabilité dans le secteur des droits d'auteur au Cameroun, nous avons tous jubilé en 2017 lors de la création de SONACAM, et nous espérions tous que C'ÉTAIT UNE SOLUTION PERMANENTE et donnerait de meilleurs résultats. Trois ans plus tard, car nous sommes prêts à entendre ce que la société a à offrir dans son rapport.

Le Ministre demande qu'une réunion exigeant l'organisation de l'Assemblée générale de la Société prévue le 24 octobre à la salle de conférence de Yaoundé, soit inclusive, ainsi que la création de commissions spéciales pour organiser l'événement, mettre à jour la liste des membres de la société et mettre à jour la statuts, code électoral et règles et règlements internes.

Bien que nous comprenions la quête de paix, de réconciliation et de compétence du ministre dans le secteur de la musique, nous aimerions porter les points suivants à son attention

UN CAS POUR SONACAM

Si M. Sam Fan Thomas et son conseil d'administration n'ont pas fait du bon travail, cela devrait reposer sur les membres de la SONACAM, pour les voter et obtenir une nouvelle direction pour diriger le navire. La loi camerounaise sur le droit d'auteur déclare clairement et les portes de la SONACAM ont toujours été ouvertes à tous les artistes pour s'inscrire et bénéficier de la plénitude de l'adhésion à la SONACAM. En acceptant de faire venir des non-membres de la SONACAM à son Assemblée générale et en leur donnant le droit de vote; le ministre est tombé dans le piège de ceux qui débattent du fait que le gouvernement camerounais n’a pas de respect pour les institutions du droit d’auteur. Si un artiste refuse de s'inscrire comme membre de SONACAM; cet artiste est libre d'administrer lui-même ses droits sans entraver les opérations de SONACAM.

S'il est peut-être trop tard pour demander au ministre de reconsidérer sa position, la meilleure option serait pour le ministre de demander à tous ceux qui souhaitent participer à l'Assemblée générale de la SONACAM de passer par les bureaux de la SONACAM et de s'enregistrer. Grâce à cela, nous pouvons être sûrs d'avoir un processus inclusif et pacifique; autrement, cela pourrait conduire à trente ans d'instabilité supplémentaires dans le secteur car ceux qui ont suivi scrupuleusement tous les règlements et payé toutes les cotisations à la SONACAM se sentiront trompés.

En revanche, il faut féliciter le ministre d'avoir refusé de changer le nom de SONACAM comme certains l'avaient souhaité. Ces changements de nom constants ne jouent pas bien contre nous dans nos relations avec les consommateurs de musique et nos relations internationales.

Nous demandons également que les conditions pour faire partie de la liste nationale des musiciens soient rendues claires et publiques afin que ceux qui, pour une raison ou une autre, ne se sont pas enregistrés puissent se conformer devant ladite assemblée.

Nous demandons également que tous les règlements internes, le code électoral et les documents similaires soient publiés sur le site Web de la SONACAM pour que les membres puissent y accéder (et dans ce cas, tous les projets doivent être rendus publics au moins 14 jours avant l'assemblée générale afin que les artistes puissent évaluer et apporter les contributions nécessaires.

UNE AFFAIRE CONTRE LES MEMBRES DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES

Bon nombre des personnes invitées par le ministre à rejoindre cette assemblée générale sont membres inscrits de la SACEM (FRANCE) et d'autres sociétés étrangères et de par leur appartenance, ces sociétés étrangères contrôlent les droits d'auteur de ces artistes sur tous les territoires du monde dont le Cameroun. .

Avec ou sans SONACAM, ces artistes continuent de percevoir leurs droits d'auteur; et c'est pourquoi ils utilisent le Cameroun et la SONACAM comme leur terrain de jeu et se soucient moins de ce qui arrive à la majorité des artistes qui dépendent uniquement de la SONACAM.

Il est inadmissible que les personnes qui ne comptent pas sur la SONACAM pour leurs revenus soient confiées à la SONACAM. Ils n'y parviendront jamais bien. Par conséquent, nous appelons le ministre des Arts et de la Culture et sa commission d'organisation des textes de la SONACAM à indiquer que tout membre de la SONACAM qui est membre d'une organisation étrangère de droits d'exécution ne peut être élu au conseil d'administration.

UN CAS POUR LES JEUNES

Il convient de noter que plus de 70% de toute la musique consommée au Cameroun au cours des 10 dernières années est de la musique faite par des jeunes, ces jeunes musiciens génèrent également la majorité des revenus des droits d’auteur tant au niveau national qu’à l’étranger; Comment se fait-il qu'ils ne constituent pas la majorité des décideurs. Comment se fait-il que lors de la réunion des ministres, presque tout le monde avait plus de 35 ans.

Chaque jeune musicien connaît l’ancienne génération parce que nous avons grandi en écoutant leurs chansons, mais la plupart des personnes âgées ne connaissent pas la jeune génération; et pourtant dans le comité d'identification des musiciens, la majorité sont les mêmes personnes âgées, qui finiront par mettre à l'écart les jeunes travailleurs.

Nous appelons par la présente le comité organisateur des textes de la SONACAM à inclure cela - Toute région qui compte plus d'un administrateur doit avoir au moins 1 jeune (de moins de 35 ans)

Le monde d’aujourd’hui est axé sur la technologie; et les jeunes maîtrisent le domaine de la technologie. Grâce à l’utilisation de la technologie, nous pouvons non seulement être en mesure d’avoir une gestion efficace des droits d’auteur, mais également générer davantage de revenus; ce qui profitera à tous les ayants droit au Cameroun en particulier aux anciens. En tant que jeunes, nous nous soucions de nos vieux et tout ce que nous voulons, c'est que chaque auteur et compositeur soit rémunéré à juste titre pour ses œuvres.

Tout le monde est important, mais aucun n'est indispensable. Supposer que quelques personnes sont les seules personnes compétentes pour gérer quelque chose dans tout un pays comme le Cameroun est une grave erreur. Le Cameroun compte un bon nombre de jeunes compétents qui peuvent faire un excellent travail, dans la mise à jour du Répertoire SONACAM, dans la gestion efficace, dans la négociation et le maintien d'accords réciproques et surtout avec une intégrité irréprochable, dénuée de tout passé corrompu et avec l'énergie nécessaire pour obtenir Choses faites. Ce sera une injustice pour notre héritage de ne pas engager ces jeunes.

Pour conclure, nous sommes à un moment critique pour l'avenir de l'industrie de la musique camerounaise dans son ensemble, et toute nouvelle instabilité dans le secteur des droits d'auteur est non seulement une grosse perte financière et culturelle pour nous, mais peut également provoquer une instabilité dans le secteur des droits d'auteur. processus actuel de restructuration du secteur par le biais de la nouvelle loi sur les associations artistiques et culturelles, qui pourrait finir de discréditer tous les efforts du ministre au cours des dernières années également.



Today: Verkijika is counting on you

Verkijika Divine Nyuyki needs your help with “Cameroon Government: Youth Inclussiiveness”. Join Verkijika and 32 supporters today.