Petition Closed
Petitioning Au Commissaire européen au commerce, Karel de Gucht

Cambodge : le scandale des accaparements de terres par les compagnies sucrières. La Commission européenne doit agir !


12,856
Supporters

« Ils ont tout brûlé…y compris le riz. Ils ne nous ont même pas laissé le récolter d’abord » témoigne Mme Yem Ry, de la région d’Oddar Meanchey. Douze mille personnes spoliées, deux villages détruits, plus de onze mille hectares de champs et vergers saisis : au Cambodge, les compagnies sucrières dépossèdent des milliers de personnes de leurs terres. Cette attitude prédatrice est encouragée par l’Union européenne qui absorbe 97 % des exportations cambodgiennes de sucre et accorde des avantages douaniers aux entreprises sucrières, au nom de la lutte contre la pauvreté. 

L’initiative européenne "Tout Sauf les Armes" part d’une bonne intention : accorder aux pays les plus pauvres un accès au marché européen libre de toutes taxes douanières ou de quotas. Mais dans certains cas, elle a des effets dramatiques pour les populations locales. Ainsi, au Cambodge, les avantages consentis par l'UE aiguisent l’appétit d’entreprises sucrières qui expulsent des milliers de paysannes et paysans de leurs terres et vont jusqu’à détruire des villages pour produire davantage. Le sucre est ensuite vendu à la multinationale anglaise Tate& Lyle qui le revend sur le marché européen. 

Ces dernières années, 75000 hectares de terres ont été accordés aux industriels pour la production de sucre dans les provinces de Koh Kong, Kampong Speu et Oddar Meanchey. Douze mille personnes ont perdu leurs moyens de subsistance. Deux villages ont été entièrement détruits et plus de 11 500 hectares de champs de riz et de vergers (appartenant à plus de 2 000 familles) ont été saisis pour être transformés en plantations de sucre.

Arrestations arbitraires, menaces, violences… Forces de l’ordre et hommes de main des entreprises n’hésitent pas à user de violence face aux communautés locales qui tentent de défendre leurs terres. Ayant tout perdu, certaines familles se retrouvent - ironie du sort - obligées de travailler dans les plantations de sucre pour survivre.

Pour mettre fin aux accaparements de terres, l'Union Européenne doit immédiatement suspendre les avantages consentis aux produits agricoles du Cambodge. Telle est la demande de notre partenaire Cambodgien Equitable Cambodia qui vient en aide aux victimes de ces accaparements, et tel est le message que nous vous demandons d'adresser au Comissaire européen au commerce Karel de Gucht. 

Car malgré les appels de nombreuses organisations de la société civile en ce sens, malgré la résolution d'urgence du Parlement européen, malgré les preuves des violations, malgré les témoignages accablants… la Commission européenne n'a pas encore réagi. 

Elle ne bougera pas sans une mobilisation citoyenne massive : aidez nous à faire pression pour qu'elle intervienne immédiatement !

Merci d'avance,

Vincent Brossel, directeur de Peuples Solidaires

Letter to
Au Commissaire européen au commerce, Karel de Gucht
Monsieur le Commissaire européen au Commerce,

"Ils ont tout brûlé…y compris le riz. Ils ne nous ont même pas laissé le récolter d’abord". Tel est le cri de de révolte que je souhaite porter à votre connaissance par ce message.

Ce cri est lancé par Mme Yem Ry, une citoyenne cambodgienne qui, comme des milliers d'autres, a tout perdu ces dernières années. Douze mille personnes spoliées, deux villages détruits, onze mille hectares de champs et vergers saisis : au Cambodge, les compagnies sucrières dépossèdent les populations rurales de leurs terres dans un climat de violence et de graves violations des droits humains.

Ces violations sont encouragées par les avantages commerciaux découlant de l'initiative européenne Tous Sauf les Armes (TSA).

Aussi, je vous demande de tout faire pour que l'UE :

- lance immédiatement une enquête sur les violations des droits liées aux productions agricoles du Cambodge bénéficiant de l'initiative TSA ;
- suspende les préférences TSA pour les produits agricoles du Cambodge tant que durent ces violations.

Je vous remercie par avance de votre action pour mettre fin à ce drame et vous prie d'agréer, Monsieur le Commissaire, l'expression des mes salutations distinguées.