L'Organisation des Médecins Indiens de l’État du Chiapas a besoin d'aide!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Cela fait 30 ans qu’OMIECH (l’Organisation des Médecins Indiens de l’État du Chiapas) travaille à la sauvegarde, à la valorisation, au développement et au maintient, des pratiques traditionnelles indiennes dans les hauts-plateaux du Chiapas, au sud-est du Mexique.

Installés sur un terrain situé dans la ville de San Cristobal de Las Casas, l’organisation, fondée dans les années 1980, a construit un musée de la médecine Maya, une herboristerie, et dispose d’un jardin médicinal, d’un fond audiovisuel à caractère anthropologique, ainsi que d’une section femmes et sages-femmes, qui continue d’organiser des ateliers d’échanges de savoirs et de transmission des connaissances dans les villages des montagnes.

Cependant, face aux transformations socio-économiques permanentes du pays et à son instabilité, l’organisation est actuellement en danger : cela fait la 4ième fois depuis près d’un an que le terrain est envahi. Cette occupation illégale est la continuité de l’outrage commis en diverses occasions par un certains nombres de personnes. Cette situation est préoccupante en raison du caractère violent de l’invasion.

Article en espagnol: http://www.cuartopoder.mx/invadencentrodemedicinamaya-199932.html

L’association Mâ, qui travaille depuis 6 ans avec les membres d’OMIECH, demande donc en son nom un soutien international, afin que les autorités fassent le nécessaire pour trouver une solution durable à ce problème, et protéger enfin cette organisation et ses membres de nouvelles attaques.

Cette demande de soutien et de protection va également de pair avec celle d’une reconnaissance de leur travail, et au-delà, des cultures autochtones et indigènes du pays, qui souffrent encore d’un manque de valorisation, lié au racisme envers les peuples indigène. En effet, nous souhaitons, par cette demande collective à l’international, non seulement apporter un soutien et une protection des autorités locales à cette organisation, mais également au-delà d’insuffler une véritable prise en compte de la signature de la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT) concernant les peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants, ratifiée par le gouvernement mexicain en 1990, et proposant le respect des peuples dans leur culture, leur religion, leur organisation sociale et économique et dans leur propre identité, pour qu’aucun État ne s’arroge la faculté de nier l’identité sous laquelle ils s’affirment.

Présentation d’OMIECH

En 1985, OMIECH, une association civile, voit le jour à San Cristobal de Las Casas, dans l'Etat du Chiapas, dans le but de sauvegarder et promouvoir la médecine traditionnelle Maya. Ces membres fondateurs et la majorité de ses employés sont d’origine et de culture autochtone locale (Maya-Tsotsil et Maya-Tseltal). OMIECH est l’unique organisation qui promeut les savoirs traditionnels en matière de santé sur tout le territoire du Chiapas.

Lors des premières années suivant sa création, OMIECH s’est principalement consacré au renforcement des connaissances liées à l’herboristerie dans la médecine Maya, au moyen d'ateliers d'échanges d'expériences, d'installations de jardins de plantes médicinales dans les communautés membres et de collectes de ces plantes pour constituer un herbier. Au début des années 1990, des travaux plus spécifiques furent élaborés avec des femmes et des parteras de l'organisation sur les questions de genre et d’accès aux soins. Un centre de recherche, le CEDEMM (Centre de Développement de la Médecine Maya) a vu le jour, ainsi qu’un musée,  un jardin de plantes médicinales, et une herboristerie à prix abordables pour la population locale. Un médecin traditionnel et plusieurs herboristes assurent une permanence pour des consultations et conseils. La Section Femmes et Sages-Femmes est coordonnée par l'une des fondatrices de OMIECH, Micaela Icó Bautista. Le rôle de la Section est d'organiser des ateliers dans les communautés membres d'OMIECH afin de renforcer les savoirs en santé sexuelle et reproductive des sages-femmes (plantes, massages prénataux, accouchements naturels) et de les transmettre aux jeunes générations.

Aujourd’hui, OMIECH compte 11 communautés adhérentes, 1646 ateliers en communautés autochtones, 34 formations, 3 séminaires à l’étranger, et plus de 6000 visites du Musée de la Médecine Maya. De nombreux partenariats avec des instituts de recherches et universités nationaux et étrangers ont eu lieu pour divers types de projets.

Présentation de Mâ

Créée en 2009, l'association MÂ a pour but de mener des actions de sensibilisation à la Naissance Respectée et promouvoir le bien être et l'épanouissement de la personne, de sa naissance à l'âge adulte. L’association vise également à créer un lien social entre ses différents acteurs (professionnels, étudiants, usagers, militants, curieux...) afin de construire des projets créatifs dans ce but et les diffuser. Nous souhaitons également ouvrir cet échange sur un plan interculturel et solidaire au niveau international afin d'élargir les esprits et les réseaux.

 Depuis 2011, l’association Mâ a tissé des échanges interculturels et solidaires avec des sages-femmes et médecins traditionnels autochtones de l’Etat du Chiapas réuni.e.s au sein d’OMIECH. Ces échanges se sont dans un premier temps concrétisés par l’organisation en France de projections du documentaire réalisé par notre partenaire, d’évènements solidaires pour soutenir leurs actions, d’organisation de stages, d’ateliers et de conférences pour faire connaître leurs luttes. Fin 2013, les volontaires de Mâ et OMIECH ont lancé une campagne de financement participatif (« crowdfunding ») afin d’organiser une rencontre de sages-femmes traditionnelles dans le Chiapas. Grâce au succès de cette démarche, en février 2014, 36 sages-femmes se sont retrouvées au siège d’OMIECH pendant deux jours pour parler de leurs pratiques contemporaines. Face à la forte demande locale, une deuxième rencontre a été organisée en février 2016 grâce au fond d’aide au développement de la ville de Rennes, ainsi qu’une reprise des ateliers dans les villages, pratique qui avait été abandonnée depuis quelques années, faute de financements. Afin de faire face à cette dernière problématique, les associations Mâ et OMIECH sont aujourd’hui en train de monter un projet d’activité génératrice de revenus de châles, dont la vente permettra entre autres d’assurer le financement des prochains ateliers et rencontres de sages-femmes.

 



OMIECH compte sur vous aujourd'hui

OMIECH a besoin de votre aide pour sa pétition “C. ING. MARCO ANTONIO CANCINO GONZALEZ: L'Organisation des Médecins Indiens de l’État du Chiapas a besoin d'aide!”. Rejoignez OMIECH et 673 signataires.