C’était Louis Carbonel de Toulon

C’était Louis Carbonel de Toulon

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
Les Minots DE MAYOL a lancé cette pétition

C’était Louis Carbonel de Toulon.

Et pour nous, supporters du RCT, cela signifie beaucoup plus qu’un contrat.

Louis devait être un symbole intemporel du fanion frappé du muguet, comme l’ont été avant lui Jérôme Gallion, Éric Champ, Christian Carrère et bien d’autres.

Parce que Louis Carbonel, c’est le futur grand ouvreur que l’on attendait tant, que l’on a vu grandir et rafler tous les trophées : champion de France minime, crabos, espoir, double champion du monde U20. 

Un minot de la « Génération Wilkinson », qui avait pour modèle le métronome anglais et le bouillonnant Matt Giteau. De Jonny, il a hérité la précision face aux perches et la vision du jeu. De Giteau, un jeu d’attaque débridé et les percées salvatrices. De son père, le talent incandescent et le Rouge et Noir au plus profond des tripes.

A 23 ans, il a pris les clés du camion. Dans une équipe moribonde, il a tenu la baraque tant bien que mal. Et dès que ses avants ont su se montrer à nouveau dominateurs, il a montré à la France du rugby qu’il n’a rien à envier à ses comparses Ntamack et Jalibert.

Louis Carbonel aurait pu, aurait dû, au vu des éléments cités plus haut, être le symbole de la Fabrique à Champions si chère à la Direction du club. A l’heure du rugby business, les symboles ont un sens. Le sentiment d’attachement et d’appartenance également. Et la saveur ne sera pas tout à fait la même si son remplaçant est un Néo-Zélandais parachuté à la hâte.

Il y a des joueurs que l’on n’imagine pas sous un autre maillot. P’tit Louis en fait partie. Il semble avoir des torts impardonnables aux yeux de la Direction du Club. Si son crime est d’avoir exprimé avec force son mal-être ou son ras-le-bol d’un club sous la chape de plomb d’un Manager débarqué depuis, bien lui en a pris. Qui nierait le renouveau depuis ?

Nous espérons que la Présidence du Club n’oubliera pas qu’un club de rugby n’a aucune viabilité économique sans ses supporters, sans la passion qui les anime et sans l’identification forte qu’ils ont à leur équipe, à leurs joueurs.

Aujourd’hui, il est peut-être trop tard, mais s’il reste un mince espoir de pousser la Direction du Club à s’interroger sur son choix, osons saisir cette opportunité.

 

Signez cette pétition et faites-là tourner à tous vos amis supporters Toulonnais, pour que la Direction du RCT reprenne les discussions avec Louis Carbonel et trouve une solution pour casser son pré-contrat avec Montpellier.

 

Parce que c’était Louis Carbonel de Toulon.

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !
Quand elle atteindra 5 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !