Vol de bagages en gare SNCF: Oui à la mise en place d'une véritable sécurité des voyageurs

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Habitué des trains depuis des années pour mes déplacements personnels réguliers, je fréquente régulièrement les gares SNCF parisiennes et européennes.

Le 25 octobre 2017 restera pour moi un voyage mémorable et inoubliable à tous les niveaux. Arrivé en retard, c'est à dire tout juste 15 minutes avant le départ de mon train, j'accède au quai n°5 et monte dans la voiture 23 du ICE 9571 partant à 6h40. Je passe par la zone d'accueil, dépose mon bagage près des toilettes et de la porte vitrée à 3 mètres de mon siège et pars m'asseoir, d'autres voyageurs se trouvant derrière moi et voulant accéder à leur place. Je m'assieds, pose mon sac, retire mon manteau et appelle brièvement ma famille, ma batterie étant faible, j'économise celle-ci jusque mon arrivée. Les autres voyageurs passent dans le couloir, j'ai un regard sur ma valise. Je raccroche, je ne la vois plus. Je me lève et regarde dans la zone d'accueil, le wagon accolé au mien. Rien, elle a disparu malgré sa taille volumineuse. Je regarde sur le quai et demande au voyageur qui fume s'il a vu quelqu'un descendre avec une valise bleue. Non, personne. Je comprends à ces mots que la personne serait donc passée avec ma valise dans la voiture précédente et descendue en sortie de quai , ma voiture étant très proche de l'ouverture de quai près des boutiques et que les deux premières voitures sont relativement vides par rapport à la mienne.

L'inquiétude est grande, toutes mes affaires personnelles sont présentes dans cette valise hormis mes papiers d'identité et mon portefeuille. Des documents de travail s'y trouvent aussi.

Le premier contrôleur passe, je lui demande pour ma valise et me répond sèchement que son rôle n'est pas de surveiller les bagages et qu'ils n'en sont pas responsables si on a pas souscrit à l'envoi de bagage à notre domicile ou hôtel. Tout en sachant que parfois certaines personnes handicapées attendent dans le wagon 15 minutes le temps qu'une personne vienne les chercher, je n'ose pas imaginé ce service avec les valises. Dans les quelques rares dernières minutes restantes, il me propose de descendre en gare pour porter plainte, mon bagage ayant été certainement volé. Je refuse car je sais que je ne pourrais pas avoir un autre train pour arriver à destination. Les portes se ferment. Je fais un tour dans le train mais ma valise n'est pas là. Parfois certains voyageurs prennent des valises et les déplacent involontairement d'un wagon à un autre en passant par le quai.

Lors de mon contrôle à ma place, le second contrôleur me précise qu'il faut porter plainte, avertir la gare à l'aide du 3635 et contacter la police ferroviaire. Pas plus, pas moins, et me précise en même temps qu'il faut demander à la police ferroviaire de conserver les bandes vidéos du quai pour retrouver la trace de mon bagage, la durée de conservation des bandes est toutefois de 48 heures. Je lui demande aussi s'il ne peut pas contacter la police ferroviaire, il me répond que celle-ci n'arrive qu'à 7h00, je réalise que j'ai commis une erreur, j'ai choisi le train de 06h40. Pas de chance, je n'ose même pas imaginer si quelque chose de plus grave arrivait en gare. Je lui dis que j'en parlerai à la police ferroviaire qui passera dans le train à notre arrêt à Strasbourg, les agents ne passent pas dans le train ce jour-là.

A mon arrivée en Allemagne, je descends du train, "dépouillé" de tous mes biens personnels. Personne parmi le personnel n'est venu me voir pendant les 3 heures de trajet, me laissant seul avec ma culpabilité puisqu'il s'agit bien de cela, ne pas oublier que les voyageurs et les affaires ne se trouvent pas en sécurité dans un lieu ou seuls les voyageurs muni d'un titre de transport devraient accéder au quai et au train.

Arrivé à destination, je commence enfin les quelques démarches qui m'ont été présentées. L'appel au 3635 ne sert à rien puisqu'il s'agit d'une base à Marseille et les déclarations de vol ne sont pas de leur ressort. J'appelle l'accueil de la gare de l'Est et leur demande s'il est possible d'effectuer une mise de côté des bandes vidéos du quai 5, la personne me répond que « ce n'est pas possible, cela ne marche pas ainsi » 


En ce qui concerne la police ferroviaire, j'effectue plusieurs envois de mails, je n'ai toujours pas eu de réponse dans la journée. Je n'en aurai toujours pas deux semaines plus tard. Je comprend lentement le laxisme du système, personne n'est là pour vous aider alors que vous payez pour un service de qualité et sécurisé. Difficile d'y croire tant qu'on a pas vécu le pire. Je m'en résous donc à porter plainte sur internet, en porter une à l'étranger n'ayant aucun intérêt, les faits ayant eu lieu en France.

A mon retour en France, une semaine après mon départ, je n'ai pas encore eu de rendez vous par mail ou par téléphone pour signer mon dépôt de plainte en ligne, je choisis donc de me déplacer au commissariat. J'entame une discussion avec un interphone qui me précise que si je n'ai pas de rendez vous, on ne peut donc pas m'accorder de temps pour ma plainte. Je me retrouve une nouvelle fois bien seul sur le trottoir parisien.

Je l'apprends tristement à mes dépends mais le vol est visiblement "autorisé" dans les gares et trains SNCF à certaines heures puisqu'on ne peut pas vous offrir la moindre sécurité ou protection. En ce qui concerne l'aide ou le soutien des différents acteurs, ils me paraissent bien minimes en fonction des conditions décrites précédemment. Seul le fait de faire marcher la culpabilité a fonctionné. Autre chose que je trouve très décevante est qu'on demande à la gare du Nord de présenter son billet pour accéder au quai et monter dans un Intercité, si cette action était mise en place pour chaque train, le nombre de vols en serait bien réduit.

Ironie(s) du sort, je suis une personne très consciencieuse et vigilante. Il m'arrive même de porter le bagage d'autres voyageurs pour monter dans le train ou ranger le bagage d'autrui dans les porte-bagages au dessus des sièges. Sinon, à ce jour, je n'avais jamais eu à me plaindre des services SNCF.

Je reste toutefois très étonné par l'attitude de cette dernière concernant d'autres faits : comment fait-on pour surveiller ses bagages quand on est seul et que l'on veut aller au toilette ? Comment peut-on être vigilant sur ses bagages alors que des range-bagages sont à proximité des portes et que l'on ne doit pas bloquer l'accès des couloirs aux voyageurs qui descendent lors des arrêts ? D'autres part, il est possible parfois que les porte-bagages au dessus des sièges soient pleins, où doit-on mettre nos bagages tout en assurant leur surveillance ?

 

Conseils pour modifier les choses et enfin permettre une véritable sécurité dans les gares SNCF :

  • # Mise en place d'un site internet et d'un numéro pour les vols de bagages et d'effets personnels avec réponse ( assurée !) et rapide.
  • # Conservation longue des bandes de vidéo-surveillance afin de palier les éventuelles soucis de lenteur administrative.
  • # Une meilleure information des actions à réaliser lors d'un vol
  • # assurer une aide financière même minime
  • # améliorer l'accompagnement d'une personne lésée avec déclaration téléphonique du contrôleur en gare de départ.
  • # améliorer les rappels de surveillance et d'interdiction de vols aux entrées des gares
  • # Contrôles réguliers d'identité de personnes quittant les quais avant les départs de train.
  • # Fermeture des quais avec contrôle des titres de transport afin de pouvoir accéder aux quais.
  • # Refus des personnes accompagnant un voyageur sur le quai. 


Jerome compte sur vous aujourd'hui

Jerome KAZMIERCZAK a besoin de votre aide pour sa pétition “Céline Sibert: Vol de bagages en gare SNCF: Oui à la mise en place d'une véritable sécurité des voyageurs”. Rejoignez Jerome et 176 signataires.