Victoire

Pour la diffusion intégrale de l'oeuvre De Mère en fils d'Ariel Laplante.

Cette pétition a abouti avec 133 signatures !


Messieurs Sylvain Blais et Éric Aubin, Directeur général et Directeur des Études du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue,

Nous vous demandons de revoir votre décision de censurer l’œuvre De mère en fils réalisée par l’étudiante Ariel Laplante du Programme Arts visuels au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

Comme il faudrait le faire auprès des personnes qui ont porté plainte, nous vous rappelons la démarche de l’étudiante, qu’elle a elle-même décrite comme suit :

Mon œuvre consiste à mettre face aux gens la réalité de la mutilation des parties intimes que les femmes subissent encore aujourd’hui, dans une société moderne. Les cultures pratiquant la dénaturation des lèvres génitales exécutent ce procédé pour des raisons telles que la pression sociale, la préservation de la pureté, la religion, l’hygiène, la tradition et l’augmentation du plaisir sexuel masculin. En tant que femme, je me questionne sur la continuité de ces pratiques traditionnelles horribles, que l’on devrait abandonner pour évoluer en tant qu’être humain. Ma conscientisation des conditions de la femme m’a amenée à réfléchir à une nouvelle conception d’une réalité où les hommes seraient contraints aux mutilations infligées aux femmes. (Texte accompagnant l’œuvre De mère en fils d’Ariel Laplante)

Avant de signer cette pétition, nous prenons acte du fait que peu après l’exposition de l’œuvre De mère en fils d’Ariel Laplante dans le hall d’entrée du Cégep, vous avez reçu semble-t-il de nombreuses plaintes à propos des parties génitales masculines représentées dans cette œuvre. Dans ce contexte, vous avez proposé à l’étudiante et à son enseignante de déplacer l’œuvre à un autre endroit du Cégep, mais elles vous ont demandé de la couvrir plutôt que de la déplacer. L’œuvre De mère en fils est donc demeurée dans le hall d’entrée du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, mais les parties génitales masculines sont recouvertes d’une toile.

À notre avis, votre décision brime la liberté d’expression de cette étudiante, constitue une forme de censure inacceptable et contrevient au rôle social d'un établissement d’enseignement supérieur au Québec en 2016.

En conséquence, nous vous demandons de favoriser la diffusion de l’œuvre De mère en fils réalisée par l’étudiante Ariel Laplante du Programme Arts visuels au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue dans son intégralité.



Contes Confits compte sur vous aujourd'hui

Contes Confits a besoin de votre aide pour sa pétition “Cégep Abitibi-Témiscamingue: Pour la diffusion intégrale de l'oeuvre De Mère en fils d'Ariel Laplante.”. Rejoignez Contes Confits et 132 signataires.